Le domaine du Lavardin en Vendomois, Uchronie des Royaumes Renaissants (1451 - ?)
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Duché RR] Azay le Ridel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
LLyr di Maggio
Maistre de céans
avatar

Nombre de messages : 3949
Age : 43
Date d'inscription : 17/12/2007

MessageSujet: [Duché RR] Azay le Ridel   Mar 12 Jan - 15:51



Héraldisme
Fief ducal RR
Description du Blason :d'Azur aux trois aigles d'or .
Ancien nom : Azay le brulé, Azay le rideau
Devise : -
Actuel Seigneur : Barbe_Noir
Ancien Seigneur : Zygomar
Nom des habitants :
Seigneuries historiques :
  • Gerfaut (à Azay)
  • Javesnon (à Azay)
  • La Rémonière, (à Azay)
  • Goupillières ou Les Caves-Brunes, (à Azay)
  • Meschinières, (à Azay)
Seigneuries RR octroyées :


Généralités historiques
  • Origine gallo-romaine d'"Aziacus", mentionné au 10ème ; "Azaium Ridelli" (1225) appartint au chevalier-banneret Ridel d'Azay, qui lui laissa son nom.
  • En 1417, Jean sans Peur y installa une garnison bourguignonne qui, en 1418, insulta le dauphin, futur Charles VII, se rendant de Chinon à Tours.
  • La répression fut sanglante : toute la garnison fut exécutée et le village fut incendié, ce qui lui valut jusqu'au 16ème le surnom d'Azay-le-Brûlé.
  • En 1518, le financier Gilles Berthelot et sa femme Philippe Lesbahy firent construire un luxueux château, témoin de leur réussite ; ils durent partir en exil pour Cambrai, à la suite de la disgrâce et de la pendaison de leur cousin Jacques de Beaune-Semblançay ; le château appartient à l'Etat depuis 1905.
    Au Moyen-Age, les seigneurs de Tours édifient un château sur une île au milieu de l'Indre pour protéger le passage de la route menant de Tours à Chinon.
    Après sa défaite à Saint-Martin-le-Beau (Indre-et-Loire) contre le comte d'Anjou Geoffroi Martel en 1044, le comte de Blois Thibaut III se voit contraint de céder la Touraine, dont fait partie la seigneurie d'Azay, à son vainqueur. Un château existe à Azay-le-Rideau vers la fin du XIe siècle ou au début du XIIe.
    En 1119, le seigneur Ridel d'Azay donne à la ville son nom d'Azay le Rideau. Le premier édifice connaît sans doute de nombreux aménagements durant la période médiévale, mais est rasé de fond en comble par le dauphin Charles (futur Charles VII) en 1418. La garnison bourguignonne qui l'a insulté - elle aurait mis en doute la validité de ses origines royales - est passée au fil de l'épée (350 hommes). La ville est aussitôt dévastée. Le site conservera jusqu'au cœur du XVIIIe siècle le nom d'Azay-le-Brûlé.

    C'est à la fin du XVème siècle que Martin Berthelot, maître de la Chambre aux deniers du roi, achète le château et le lègue à son fils Gilles à sa mort. Avant la bataille de Marignan (1515), Gilles Berthelot hérite de cette demeure fortifiée. Berthelot entreprend une carrière florissante dans la Finance, il est Général des finances du royaume puis devient Trésorier de France. Il est ami du baron de Semblançay, lui-même Gouverneur général des finances.
    Ces personnages puissants de la place tourangelle sont missionnés pour remplir les coffres de l'Etat. Son nouveau château reflète donc son éblouissante ascension sociale,
    et c'est avec sa femme Philippe Lesbahy qu'ils restaurent l'édifice dans le style actuel qu'est la Renaissance.

    Quelques familles tourangelles se sont enrichies en prêtant de l'argent à la couronne, alors que François Ier est emprisonné en Espagne,sa mère Louise de Savoie cherche l'argent qui servira à payer la rançon demandée pour libérer son fils.

    Dès son retour en France François Ier accuse Semblançay de malversations. Semblançay s'enfuit, arreté, il est condamné et pendu en 1527. Berthelot prend peur et s'enfuit à Metz, en 1528 ses biens sont confisqués par François Ier. Un an après il meurt à Cambrai où il s'est réfugié laissant à son épouse un domaine architectural inachevé.

    Pendant plusieurs annèes, Philippe Lesbahy se bat pour conserver le château mais en vain, elle le perd définitivement en 1535 au profit d'Antoine Raffin, un compagnon d'armes du roi.

    Le château restera dans la même famille jusqu'à la Révolution.

    En 1791, il est acheté par le marquis Charles de Biencourt. Les marquis de Biencourt redonnent sur plusieurs générations son lustre au château. Ils feront supprimer les derniers vestiges du Moyen Age et créent le grand parc romantique.

    Après le Second Empire, le dernier marquis, ruiné, doit vendre les terres et le mobilier.

    L' Etat le rachète en 1905 et en devient propriétaire..

    Liste des différents propriétaire du châteaux:
    • Comte Eudes 1er (IX Ème)
    • Thibault II
    • Eudes II
    • Thibault III
    • Geoffroy Martel (1044)
    • le seigneur Ridel d'Azay (1119)
    • Charles VII (1160)
    • Foulques de Boijourdain (1464)
    • Martin Berthelot fin 15 éme


Vestiges préhistoriques et antiques
  • Cachette du Bronze.
  • Vestiges des villas gallo-romaines de La Rémonière et de Mazères.


Architecture civile
  • Château** 1518 à 1529 (MH), joyau de la Renaissance à réminiscences gothiques : logis rectangulaire, aile en équerre, élégantes tourelles en encorbellement, tour circulaire 19ème, chemin de ronde sur mâchicoulis ornés, lucarnes sculptées, fenêtres à meneaux, larges douves ; escalier d'honneur à rampes droites ; mobilier et tapisseries 16ème ; parc à l'anglaise* (MH) ; communs 17ème (MH) ; chapelle ogivale 1603, restaurée.
  • Château de La Chatonnière* 16ème Renaissance (IMH) : logis à 2 pavillons inégaux, tour d'escalier polygonale, tour et tourelle d'escalier circulaires ; chapelle ogivale ; communs 16ème flanqués de tours d'angle circulaires ; jardins en terrasses.
  • Manoirs du Val d'Aunay* 16ème (IMH) (tourelles d'angle en encorbellement) et de Bécheron 16ème/17ème.
  • Château de La Rémonière 15ème, remanié ; parc (château-hôtel).
  • Château de Mazères, néo-classique 19ème.
  • Château du Gerfault 1909.
  • Manoir de La Grande-Loge fin 16ème : tour polygonale, lucarnes à fronton triangulaire, chapelle 18ème.
  • Tour circulaire découronnée, reste de l'enceinte urbaine 15ème.
  • Maison 15ème à étage en encorbellement (en ville).


Architecture sacrée
  • Eglise Saint-Symphorien** (MH) : nef majeure 11ème et 13ème à abside semi-circulaire, nef secondaire 12ème et 16ème à abside en cul-de-four 12ème, chapelle seigneuriale 1603, clocher 12ème, double façade à pignons aigus (façade de la nef majeure à décoration carolingienne**).


Liens divers, Photos




Sources
  • quid.fr
  • Chateau d'Azay
  • Office du Tourisme
  • Merci Ljd Barbe_Noir pour les commentaires ajoutés


Nota Bene : * : Notoire - ** : Exceptionnel - IMH : Inscrit Monument Historique - MH : Monument Historique - SI : Site Inscrit - SC : Site Classé[/list]

_________________
Avatar(c)(t)(r) 2006-Fay'Raya


Dernière édition par LLyr di Maggio le Sam 19 Juin - 10:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://Terresdeleyt.free.fr
LLyr di Maggio
Maistre de céans
avatar

Nombre de messages : 3949
Age : 43
Date d'inscription : 17/12/2007

MessageSujet: Re: [Duché RR] Azay le Ridel   Jeu 21 Jan - 16:21

Azay-le-Rideau,

commune, chef-lieu
de canton, arrondissement de Chinon, sur les
bords de l'Indre, à 25 kilomètres de Tours et à
21 de Chinon. Asiacus, 1020 (Maan, S. et
metrop. ecclesia Tur.). Ecclesiola super
fluvium Agneris sita, in honore B. Symphoriani
martyris dicata. dicitur autem Asiaeus,
vers 1030 (Cartul. de Cormery, charte
xïxvii). Aziacum, oppidum, 1047 (Monsnior,
I). – Azayum, 1119 (charte de Marmoutier)..
– Azaiacum, 1143 (charte de Turpenay).
Azai, 1174 (Cartul. de Cormery, 130). –
Villa de Asaio, 1178 (Liber de semis, LVI). –
Aza, 1189 [Calai des actes de Philippe-Auguste,
58). Azayum Ridelli, 1225 (Cartul. de
Phiiippe-Auguste). Parochia de Azayo,
xm° siècle (Cartul. de l'archevêché de Tours).
Villa de Azayo Ridelli, 1338, 1419 (Cartul. de
Cormory, 218, 252). Azay-sur-Indre, Azayle-
Ilrûlé (dans quelques titres des xv* et xvi"
siècles).
Elle est bornée, au nord, par les communes do
Lignières, de Vallères etde Druyes; à l'ouest, par la
commune de Bréhémont; et sur les autres points
par Sache et Choillô. EUe est arrosée par l'Indre,
qui fait mouvoir les moulins de la Motte, da
Luré, de Marnay, de Gharriôre, d'Islette, de Perré,
d'Azay, de Launay et le Moulin-Neuf, et par le
ruisseau de Lautière qui prend sa source aux
Ruines de la Rabinière, passe à la Cave et à la
Gougeonnière et se jette dans l'Indre près de la
Clousiôre. Deux routes la traversent l'une, n° 1,
allant de Loudun à Tours; l'autre, n* 31, allant
de Noyant à Sainte-Maure.
Azay-le-Ridoau est une station du chemin de
fer do Tours à Chinou.

Sont compris dans son territoire les lieux, hameaux
et villages de Perré (72 habit.), ancien
fief. Le Fourneau (19 habit.). Les Caves
(80 habit.). La Brifaudière (30 habit.).
Mazères (14 habit.), ancien fief, connu dès 1365.
-Aunay (44 Èabit.). Le Vau (10 habit.), ancien
fief, relevant de la châtellenie d'Azay-le-
Rideau. La Goussardière, ancien fief, relevant
du prieuré de Relay. Los Granges (autrefois
Grannes-aux-Drelhes), ancien fief. Les Frogeais
(13 habit.), ancien fief. Laulée (12 habit.).
Gerfaux, ancien fief, relevant de Vauguérin.
Les Mechinières, ancien fief, relevant de
la Chevriére e.t appartenant au prieuré de Saint-
Côme au xv° siècle. La Gasnoraie (13 habit.).
La Brtisselière, ancienne propriété du prieuré
do Saint-Cômo. La Gougfionnière, ancien fief,
relevant de la Rivière. Lautière, ancienno propriété
de la Commanderie de Ballan. Lionnière
(12 habit.), ancien fief, relevant de la châtelteuie
do Villandry. Charrièro (GO habit.). Les
Itibottières (48 habit.). Le Port-Iluault (42 habit.).
Luré (70 habit.), ancien fief, relevant do
Villandry. Les Martinières (II habit.), anciénne
propriété du prieuré de Relay. La Chatonoière
(12 habit.), ancien fief, relevant de la
Rivière et de Villandry. La Motto (8 habit).
Les Renaudières (35 habit.). Marnay (48 habit.)
est connu dès le xi" siècle, et a été possédé
par l'abbaye de Turpenay. La Clousière, ancien
fief. La Cave-Feuillet, ancienne propriété
du prieuré de Relay. C'est là que se tenaient, au
xvne siècle, les assises des fiefs de Relay et de
Puy-Gautron. La Loge (14 habit.). Les
fermes do la Dalvinière, du Verger, des Lizières,
de la Maison-Rouge, de la Cossonuière, de la
Touche, etc.

Avant la Révolution, la paroisse d'Azay-le-
Rideau était dans le ressort de l'élection de Chinon
et était le chef-liou d'un doyenné composé
des paroisses d'Azay, Chelllé, Rivaronnes, Bré-
Mmont, Lignièros, Vallères, fiertlionay, Saint-
Genouph, Villandry, Savonnières, Artannes,
Pont-de-Ruan, Sache, Thilouze, Villaines,
Druyes. Elle faisait partie du grand-archidiaconné
et de l'archiprètré de Tours. En 1793, elle
dépendait du district de Chinon.
Superficie cadastrale. 2724 hectares.
Le plan cadasdral, dressé par Trotignon, géomètre
de l'" classe, a été terminé le 15 mars 1814.
Population. 1400 habit. en 1139. – 323
feux en 17G2. 1750 habit. on 180t. – 1090
habit, on 180G. – 1551 habit. en 1808. – 1575
habit, en 1810. 1896 habit, en 1831. – 2005
habit. on 1841. 20ii habit. en 1851. – 2073
habit, en 1861. 2108 habit, en 1872. – 2160
habit, en 1877.

Foires les premiers mercredis de janvier, de
mars et de mai; le premier mercredi de juillet
(par ordouuauce du 20 mai 1838); ot les premiers
mercredis do septembre et do novembre.
Assemblée povr location de domestiques le premier
dimanche après Pâques.

Recette de poste. Chef-lieu de perception.
L'existence de l'église, placée sous le vocable
de saint Symphorien, est constatée dès les premières
années du xi* siècle. Vers 1020 elle appartenait
à un noble personnage nommé Geoffroy,
fils d'Amalric, du château de l'Ile (Ile-Boueliard),
qui la donna au monastère do Cormery, avec tous
les droits do sépulture, de dîme et de terrage dont
il avait joui jusque-là. Dans la charte qui consacre
cette donation on l'appelle ecclesiola, une
petite église, et il est dit qu'à peu près abandonnée,
elle était devenue un lieu sauvage, un
repaire des bêtes fauves. Quelques années après,
le don fait par Geoffroy fut ratifié par Gosselin
Le Poitoviu, sou héritier.

L'édifice actuel, dont le plan est irrégulier, se
compose de deux nefs et d'une chapelle qui a été
construite au siècle dernier, pour l'usage des seigneurs
d'Azay-le-Rideau. Une de ces nefs parait
avoir été élevée au xi" siècle, et a été restaurée
dans le siècle suivant. C'est peut-être la petite
église dont nous venons de parler, et qui fut
donnée par Geoffroy à l'abbaye de Cormery. Les
colonnes, les chapiteaux et la voûte de l'abside
semblent en effet appartenir au temps où vivait le
donateur.

En 1518, deux travées furent ajoutées à l'église,
au nord. On prit pour l'emplacement de celte
construction, le petit cimetière, entre le clocher et
la façade.

Le portail est la partie la plus Intéressante du
monument. Il est orné de deux rangées de sta- >
tues, la première composée do sept personnages
parmi lesquels figure le Christ; la seconde, de
six sujets. La description raisonnéo do cette composition
a été donnés par M. l'abbé Bourassé,
dans les Mémoires de la Société archéologique
de Touraine, t. V, p. 65, 68, et se trouve reproduite,
avec un dessin photographique, dans les
Recherches sur les églises romanes en Touraine,
par le même autour et par M. l'abbé Chevalier
(pages 89, 90). Les archéologues considèrent
l'église d'Azay-le-Rideau comme un spécimen
des plus importants, des plus curieux, pour
l'histoire de l'art religieux dans nos contrées, aux
sie et xii8 siôclos.

La possession de l'église d'Azay-!e-Rideau par
l'abbaye de Cormery fut confirmée par une bulle
du pape Innocent II, en date de 1139, et par une
autre bulle du pape Alexandre III, datée de 1180.
Cette abbaye possédait également le prieuré
d'Azay, ot elle avait le droit de présentation au
titre curial. Voici les noms de quelques prieurs
que nous avons pu rocueillir: Hubert, 1174. –
Rivalruus, 1198. Jean, 1338. Eustache de
Mailo, 1*19. – Jehan Morin, 1447. Nicole
David, 1547. Laurent David, 1559. Raphaël
Doraoyera, 1G57. – Jacques Graffin, 1124.
Les bâtiments du priouré et leurs dépendances s
furent vendus nationalement la 18 avril 1791, au G
prix de 28,400 livres. d
A la fin du xviii» siècle on comptait sept cha- d
pelles dans la paroisse Notre-Dame et Saint- d
Blaise des Ponts, Sainte-Barbe, Saint-Claude do q
la Clousiôre, et celles de la Loge, de la Ch.Uon- d
nière et du château d'Azay. Cotte dernière avait 1
été fondée en 1G24 par Antoinette Baffin, femme r
de Guy de Lusignan, décédée le 5 janvier 1629. 1
Le curé d'Azay était tenu de célébrer l'office d
doux fois par an à la chapelle de la Clousière à l
la fête de saint Claude et le mardi des Rogations. 1
Il devait se rendre en procession à la chapelle de c
la Logo, aux Rogations'et le mercredi de Pâques. r
Le plus ancien des registres d'état-civil de cette f
commune commence en 1594. c
Curés d'Azay-le-Rideau. Pierre Martin, I
1441. René Soulas, 1548. Louis Raoul, I
1600. René Bodin, 1020, 1627. – Julien Huhay,
1670. Pierre Taschereau, 1G06. Fran- c
cois Guérin, 1725. Jean Tasehereau, 1747.
Jean Lupuy, 1775. Dupuy, 1801. Alluaume, 1
1834, 1877. s
Azay-le-Ridi'au avait les titres de châtellenie,
de prévôté et quinte royale. La ville formait un
fief dont le prieur d'Azay était seigneur, et il y
avait encore un autre fief appelé la Grande-
Dîme d'Azay, qui consistait on rentes et rodevanc
«8. Le château, la prévôté et la quinte, constiluaient
trois fiefs distincls.


La ville était autrefois fortifiée. A la fin de l'année
1417, on y avait mis une garnison qui obéissait
au duc de Bourgogno. Cette garnison ayant
insulté le dauphin Charles tandis qu'il se rendait
à Chinon avec un corps do troupes, ce prince fit
le siège de la place, l'emporta d'assaut et exerça
une vengeance épouvantable. Par ses ordres, trois
cent cinquante-quatre soldats furent pendus. Le
gentilhomme qui commandait la forteresse pour
le duc de Bourgogne eut la tète tranchée. A la
suite de cette affreuse exécution, on démantela lo
château et les fortifications de la ville. Mais quelques
années après, los soigneurs châtelains et les
habitants réparèrent ces ruines, et, en 1466, les
travaux de défense étaient achevés.
Le château actuel, situé sur l'Indre, dans un
paysage ravissant, est une des oeuvres les plus
remarquables de la Renaissance. Commencé par
Martin Berthelot, dans les dernières années du
xv« siècle, il fut achevé par Gilles Bertholot
avant 1524.
SEIGNEURSd'Azay-le-Rideau. Eudes, comte
de Tours. Il mourut en 995 et fut enterré dans
l'abbaye de Marmoutier. Thibaud Il, comte de
Tours, fils ainé du précédent. Il mourut on 1004.
Eudes II, comte de Tours, frère du précédent.
Il mourut le 17 septembre 1037. Thibaud III,
comte do Tours, fils aîné de Eudes II, céda Azay
au suivant, par suite du traité fait à Loches
en 1044. Geoffroy Martel, comte d'Anjou
(1044), mort à Angers le 14 novembre 1060.
Geoffroy I, dit le Basvribtiiu, scmotmvi tefa /d1e Tours, neveu
du précédent (1061). Ridel d'Azay, mentionné
dans une charte de Marmoutier de 1119. Ridel
d'Azay (appelé aussi Rideau de Rillé), cité, ainsi
que son prévôt, Regnaud, dit le Fils-du-Diable,
dans une charte de l'abbaye de Turpenay do
1143 et dans un autre titre de 1153. Henri II,
roi d'Angleterre, décédé à Chinon la 6 juillet
1189. Jean sans Terre, comte de Glocester et
do Mortain, et ensuite roi d'Angleterre. En 1205,
les domaines qu'il possédait on France; et parmi
lesquels figurait Azay, furent confisqués, pour
crime do félonie, par le roi Philippe-Auguste et
réuni à la Couronne. Peu do temps après, Azay
fut restitué à la famille Ridel, qui en avait été
dépouillée par Henri II, roi d'Angleterre.
Hugues Ridel, chevalier-banneret, seigneur de
Relay et d'Azay, est cité dans des chartes de
1196, 1208-13. Il avait un frère, Geoffroy Ridol,
qui fit un voyage à Jérusalem en 1208.
En 1290, on rencontre dans des chartes de
Marmoutier un Guy d'Azay; mais on ne peut
affirmer qu'il ait possédé la terre dont il s'agit.
De 1213 à 1350, nous ne trouvons aucun nom do
seigneurs d'Azay-le-Rideau, ce qui nous porte à
croire que cette seigneurie, après la mort de
Hugues Ridel et de son frère, était revenue à la
Couronne. Mais à partir du milieu du xiv« sièclu
nous n'avons plus de lacune dans la liste de nos
châtelains.
Jean Le Meingre, dit Boucicaut, maréchal de
France, vers 1360. Marguerite de Marmande,
dame d'Azay, fille unique de Piorre de Marmande,
chevalier, seigneur de Marmande, de
La Haye, de Faye-la-Vineuse et de la Roche-
Clermault (1379). Jean III, comte de Sancerre,
baron de La Haye et de Saint-Michel-sur-'Loire,
fils aine de Louis II, connétable de France, devint
seigneur d'Azay-le-Rideau (1379), par son mariage
avec Marguerite de Marmande, dont il eut
deux filles Marguerite et Jeanne de Sancerre.
Gérard Chabot V, seigneur de Retz, puis
d'Azay, par son mariage avec Marguerite de Sancerre,
fille de Jean III. Il était fils de Gérard Chabot,
Ve du nom, baron de Retz, et de Philippe
Bertrand de Roucheville. Beraud II, comle de
Clermont, dauphin d'Auvergne, seigneur d'Azay,
par suite de son mariage avec Marguerite de Sancerre,
devenue veuve de Gérard Chabot, fit hommage
do cette terre ou 1392. Il mourut lo 13 janvier
1399. Jacques de Montberun, maréchal de
France, sénéchal d'Angoulême, chambellan du
due do Bourgogno, seigneur d'Azay, par son mariage,
contracté en 1408, avec Marguerite de Sancerre,
veuve do Beraud II, comte de Clermont.
De son second mariage, Marguerite de Sancerre
avait eu un fils, Beraud III. Elle fit avec lui, lo
22 novembre 1409, un accord, aux termes duquel
les terres d'Az.iy ut dû La Haye, rep^.iïpnl A son
mari, Jacques do Montberon. Ce dernier mourut
en 1422. Peu d'années auparavant il avait été
AZA AZA
destitué de ses fonctions de maréchal de France
et ses biens avaient été confisqués. François de
MoiUberon, un des fils du précédent, continua de
prendre le titre de seigneur d'Azay-le-Rideau,
malgré la confiscation dont cotte terre avait été
frappée, et, par acte du 1,7 février 1437, il céda,
à Jacques, son frère, tous les droits qu'il prétendait
avoir. En 1422, le propriétaire réel d'Azay
était, nous ne savons par suites de quelles circonstances,
Beraud III de Clermont. Beraud III,
comte de Clermont, seigneur d'Azay-le Rideau,
vendit cotte terre, le 14 mai 1422, à Jean du Puy
du Fou, dit le Gallois, au prix de 1700 moutons
d'or. L'acte de vente contenait la clause suivante
a Au cas que par abolition générale faite ou à
a faire par le roi ou le régent, ou par jugement,
a il conviendrait de restituer au seigneur de
« Montberon ou aux siens ladite terre d'Azay, le
« vendeur no sera tenu qu'à restituer le prix de
« vente. » Beraud III mourut le 28 juillet 1426.
Jean du Puy du Fou, dit le Gallois, maitre
d'hôtel du roi, épousa en premières noces Damiette
de Chastelby, veuve de Guyon des Clouaisiores;
et en secondes noces Marie d'Auxigny,
dont il eut quatre filles Catherine, Georgine, Perrinette
et Marguerite II fit son testament le 3 décembre
1441. En U2C, il avait pour capitaine de
son château d'Azay, Tristan de la Rivière, écuyer.
Jean de Montgommery, seigneur d'Azay-le-
Rideau, par suite de son mariage avec Marie
d'Auxigny, veuve de Jean du Puy du Fou. Celleci
transigea avec François de Montberon qui, pour
le prix do 500 6cns d'or, renonça, à son profit,
à tous les droits qu'il prétendait avoir sur la terre
d'Azay. Elle mourut avant 1446. Fouques de
Boisjourdan, Éc. seigneur du Plessis, puis
d'Azay-le-Rideau, du chef de sa femme, Catherine
du Puy du Fou, fille aînée et principale héritière
de Jean du Puy du Fou. Il est mentionné
dans des titres do 1466. Jehannel de Boisjourdan,
Éc, fils du précédent et de Louise de Cigny,
figure, avec la qualification de seigneur d'Azay,
dans des pièces de 1492-93. En 1504, il vendit
Azay au suivant. Antoine de Loubes, chevalier,
seigneur de Jenardoil, de Fontaines et de la
Motte (1504), avait épousé Renée de Daillon.
Charles de Boisjourdan, fils aîné de Jehannet,
fit opposition à la vente consentie par son père
au profit d'Antoine de Loubes, et fut autorisé,
par sentence du 2 avril 1505, à oxercer le retrait
lignager. Nous ignorons si la justice lui donna
gain de cause. Toujours est-il que nous le voyons,
en 1507 et en Ï50D, prendre la qualification de
seigneur d'Azay-le-Rrdoau. Jacques de Bueil,
comte de Sancerre, échanson dos rois Charles VIII
et Louis XII, est seigneur d'Azay-le-Rideau, du
chef de sa femme, Jeanne de Boisjourdan, fille de
Fouques de Boisjourdan. Selon toute apparence,
Jeanue ne possédait qu'une partie de cette terre.
L'autre partie était celle qui fut vendue on 1504,
par Jehannet de Boisjourdau à Antuiuu du
Loubes. Martin Berthelot, maltro de la chambre
aux deniers dos rois Louis XI et Charles VIII,
seigneur d'Azay-le-Ridesu. Aucun titre no nous
apprend comment ce domaine était venu en sa
possession. D'un premier mariage avec Françoise
Bernard, nièce de Jean Bernard, archevêque de
Tours, il eut une fille, qui épousa Charles Lecoq,
président des monnaies, et un fils, Gilles Berthelot.
Il mourut vers 1498. A cette époque, sa veuve,
Philippe Laurans de Marnez, qu'il. avait épousée
en secondes noces, se remaria à Jérôme de Marie.
Gilles Berthelot, conseiller, notaire et secrétaire
du roi, puis maitre des comptes en 1511, et
l'un des trésoriers do France, maire de Tours
(1519), est qualifié de seigneur d'Azay-le-Rideau
dans un titre du prieuré do Relay de 1498 et dans
un autre du 24 avril 1504. Par lettres patentes du
6 avril 1518, le roi lui céda, ainsi qu'à ses successeurs,
à titro d'engagement, la prévôté royale
d'Azay. Ce fut dans ces conditions que les
seigneurs do cette terre continuèrent do jouir de
la prévôté, jusqu'au xviii» siècle, ainsi que le
constate un acte du 30 août 1760, concernant
Armand-Mathurin de Vassé, seigneur d'Azay-le-
Rideau. Gilles Berthelot tomba en disgrâce en
1524 et ses biens furent confisqués. Il s'enfuit en
Lorraine, où il mourut vers 1530. En 1528, le roi
donna la terre d'Azay à Antoine Raffln; mais les
formalités qui devaient mettre celui-ci en possession
ne furent définitivement remplies qu'en
1534. L'adjudication eut lieu le 22 août de cette
année. Antoine flalïin, dit Poton, capitaine de
la garde du roi, seigneur d'Azay-le-Rideau, mourut
avant 1552. Le 8 avril 1551, il avait fait donation
de tous ses biens à François Raffla, sou fils,
François Raffîn, seigneur de Pelcavary, sénéchal
d'Agénoi's, épousa, en 1553, Nicole Le Roy
do Chavigny, et lui donna tous sos biens.
Artus de Cossé, comte de Gonnor, maréchal de
Franco, gouverneur de Touraine, seigneur d'Azayle-
Rideau, du chef de sa femme, Nicole Le Roy,
veuve de François Raffln, mourut le 15 janvier
1582. Nicole Le Roy décéda en 1602. Guy de
Saint-Gelais de Lusignan de Lansac, chevalier de
l'ordro du roi, gouverneur de Brouage et ambassadeur
en Pologne, devint seigneur d'Azay par
son mariage avec Antoinette Raffln, fille de François
Raffin. Artus de Saint-Gelais de Lusignan,
marquis de Balon, seigneur de Lansac,
conseiller d'État, fils du précédent, épousa, en
1602, Françoise de Souvré, fille is Gilles de Souvré,
gouverneur de Touraine et maréchal de
France. Gilles de Saint-Gelais de Lusignan,
marquis de Balon, fut tué au siége de Dolo lo
30 juillet 1636. Il avait épousé, en premières
noces, le Si octobre 1621, Françoise Fouquet,
fille de Charles Fouquet, Éc., seigneur de Marsilly,
trésorier général de France à Tours, et de
Renée Frezeau. De ce premier mariage naquit
Marie-Madeleine, mariée à Honri-François do
Vassé. En secondes uocoa, il épousa Marie de
AZA AZA
Fossé, dont il eut Armande, mariée à N. de
Créquy. Henri-François de Vassé, capitaine du
Plessis-les-Tours, seigneur d'Azay, par son mariage
(19 mai 1651) avec Marie-Madeleine de
Saint-Gelais, mourut à Azay le 28 avril 1684, âgé
de soixante-deux ans environ. Sa femme, qui
était décédée le 17 décembre 1079, fut enterrée
dans l'église de Saint-Saturnin de Marsilly, au
diocèse d'Angers. Louis-Alexandre de Vassé,
fils .aîné de Henri-François, épousa, par contrat
du 27 juillet 1682, Louise de Crevant d'Humières,
flllo do Louis de Crevant d'Humières, maréchal
de France, et de Louise-Antoinette-Thérèse de la
Châtre. Il mourut avant le 27 octobre 1684.
Henri de Béringhen, seigneur d'Armainvilliers et
de Grez, gouverneur de la citadelle de Marseille,
décédé le 30 avril 1692. Jacques-Louis de Béringhen,
fils du précédent, comte de Châteauneuf
et du Plessis-Bertrand, directeur général des
ponts et chaussées (1692). Emmanuel-Armand,
marquis de Vassé, brigadier des armées du roi,
né en 1683, épousa, le 11 juillet 1701, Anne-
Bonignc-Fare-Thêrèse de Béringhen, fille de
Jacques-Louis de Béringhen. Il mourut le
30 avril 1710. Armand-Mathurin da Vassé,
vidame du Mans, maréchal des camps et armées
du roi, baron de la Roche-Mabille et de la Touche
d'Avrigny, est qualifié de seigneur de la ville et
prévôté quinte royale d'Azay-le-Rideau, et de
gouverneur du Plessis-les-Tours dans un acte du
30 août 1770. Il épousa Louise-Madeleine de
Pezé. Alexis-Jean-Baptiste Le Mayre, marquis
de Courtemanche, est qualifié de seigneur d'Azayle-
Rideau dans un titre de 1772. Mais par un
autre titre du 20 novembre 1774, provenant du
prieuré de Relay, nous voyons que. le domaine
appartenait, indivis, à Adélaïde-Euphémie-Geneviève
de Vassé, sa femme, non commune en
biens, avec lui, et à Agathe-Mathurine-Anne de
Vassé, toutes deux filles d'Armand-Mathurin de
Yassé. Henri-Alexis-Charles Le Mayre de
Courtemanche, lieutenant au régiment Dauphincavalerie,
fils unique des précédents. Le 27 septembre
1791, étant encore mineur, il vendit la
seigneurie d'Azay à Charles de Biencourt, avec
promesse de ratifier la venta à sa majorité qui
arriverait le 24 janvier 1794. Avant la rédaction
du contrat, il avait affranchi le domaine de tous
les droits de lods et ventes et droits casuels envers
différents seigneurs et envers le Directoire
do Tours qui représentait les anciennes seigneuries
ecclésiastiques. Charles de Biencourt,
marquis de Biencourt, seigneur d'Azay-le-Rideau,
Masfame, Ayen, etc., maréchal des camps et armôos
du roi, chevalier de Saint-Louis, né le 7 novembre
1747, fils de François de Biencourt, chevalier,
seigneur du la ForliLsso et du Moutior-ÏIalcar,
et de Marie-Perrette du Bouex de Villemort,
épousa, par contrat des t5-18 juillet 1770,
Marie-Jeanne, fille de Jacques Bernard de Chauvelin,
conseiller d'État. Il mourut en 1825. Lo
château d'Azay-le-Rideau passa à son fils, Armand-
François-Marie, marquis de Biencourt, né
au château de. Masfame, le 12 février 1773, décédé
en 1854, puis à son petit-fils, qui le possède
aujourd'hui (1877).
En 1837, on a découvert dans le voisinage du
château les restes d'une villa romaine. Ces curieux
débris ont été signalés, l'année suivante,
à la Société française pour la conservation des
monuments historiques, dans sa session générale
tenue à Tours. Une description par M. Massé en
a été donnée dans los Mémoires de la Société
archéologique, t. V.
Le château et l'église d'Azay-le-Rideau ont été
classés parmi les monuments historiques du département
d'Indre-et-Loire.
Les armes de la ville d'Azay-le-Rideau sont
d'azur à trois aigles d'or.
Maires d'Azay-le-Rideau. Godineau, 1778-
82. Châtelain, 180t, 29 décembre 1807.
Charles, marquis de Biencourt, 14 décembre 1812.
– Armand-François-Mario, marquis de Biencourt,
officier supérieur de la maison du roi,
lieutenant-colonel do cavalerie, 1825. Pigou,
ancien receveur de l'enregistrement, nommé le
5 septembre 1830, 17 novembre 1834, 1" juin
1837, juin 1840. Hilaire Chesneau, 1842,
8 août 1846. Manger, 1851. Jules Vaissier,
1870, mai 1871. Lemaire, 22 février 1874.
Le marquis de Biencourt, 187C.
Arch. d'I.-et-L., titres du prieuré de Relay, de Foncher
et des Minimes du Plessis; Inventaire des titres de l'abbaye
de Benumont, C, 654; E, 146; G, 14, 16; Biens nationaux.
– Cartul. de l'archev. de Tours. Liber. stat.
eccles. Tur. Cartul. de Cormery, 75, 76, 80, 96, 118,
120, 133, 143, 218, 231, 252, 266. Arch. de la Vienne,
D, 169.-D. Hous., II, 493; V, 1681, 1698 XIV, XXX.
Liber de servis, 182. Bibt. de Tours, fonds Salmon,
Paroisses et familles de Touraine, I; titres de Marmoutier,
III. Rôle des fiefs de Touraine. Bibl. de Rouen,
Hist. de la maison du Puy du Fou. Bétancourt, Noms
féodaux, II, 693, 970. Cartulaire de Philippe-Auguste,
Dibl. nationale. Monanier, I, 118. – Arrêt du conseil
sup. de Blois, 1772, imprimé. Pouillé général des abbayes
de France, 1626 (Bibl. de Rouen, n» 2055). Génd
ralitéde Tours, manuacrit. (même bibl.), coll. Leber,5793.
Pouillé de l'archev. de Tours, 1048. – P. Anselme,
Hist. génial, de la maison de France, II, 852, 853; IV,
322; VII, 16, 851; VIII, 52, 251, 903; IX, 38, 66, 228,
292. Duchesne, Hist. de la maison de Chàteigner, 313.
D. Fonteneau, manuscrite, XXV, 63. Bibl. nationale,
Gaignères, 678. Saint-Allais, Diction, de la noblesse,
XIV. Lalanne, Hist. de Chàtelkrault, I, 337. Goyet,
Nobil. de Touraine, manuscrit. L'abbé C. Chevalier,
La ville d'Azay-le-Rideau aux xv» et ivi» siècles (dans le
Bulletin de la Société archéologique de Touraine, 1873).
-Même anteur, Promenades pittoresques en Touraine,
336 et suivantes. Mém. de la Soc. archéol. de Tour.,
IV, 50 V, 65 et suiv. X, 189. J. Loiseleur, Étudea sur
Gilles Berthelot (dans les Mém. de la Soc. archéol. de
Tour., XI, 180-2U9. J.-J. Bourassé et C. Chevalier,
Recherches sur les églises romanes en Touraine, 89 (notice
sur l'église d'Azay, et dessin représentant la façade).
Bulletin de la Soc. archéol. de Tour., année 1873,
p. 372; année 1875, p. 292. La Touraine, publiée par
AZA AZA
M. Marne.(Noticesur le château d'Alay, avec gravure.)-
B. Mabille,Notice sur les divisions territoriales -de Vancienne
province de Touraine, 26, 210. De Cougoy,
~E.tNcucrMsior&u t'o~ennn T?'oout[rraci!n'nee eft etnt ~Poti~toouM, ,2539. – -AAl~mnatMnafcthcA
de Touraine, 1778-S2. Mém. de Miromenil (dans tle
Diction. top. du diocèse du Mans, par Le Paige), XXIV.
Panorama pittoresque de la France (département
d'Indre-et-Loire), H. – C. Chevalier, Diane de Poitiers
ait conseil du roi, XXV. – Noël, Souvenirs pittoresques
de la Touraine (notice sur le château d'Azay, avec dessin).
Bruzen de la Martinière, Diction, géographique, I,
320. Piganiol de la Force, Description de la France,
VI, 93. Expilly, Diction. des Gaules, Il 421. Recueil
des actes administratifs d'Indre-et-Loire, 1838. Chalmel,
Hist. de Tour., II, 107, 135, 181 III, 25. Bibl. de
Tours, fonds Lambron, manuscrit 1496. S. Bellanger,
La Touraine ancienne et moderne, 521. A. Joanne,
Géographie d'Indre-et-Loire, 88, 94. Notes communiquées
par M. l'abbé Chevalier. -Beauchet-Filleau, Diction.
des familles de l'ancien Poitou, I, 415 H, 332.

_________________
Avatar(c)(t)(r) 2006-Fay'Raya
Revenir en haut Aller en bas
http://Terresdeleyt.free.fr
p3r3v3rt de loches
Gaspode en errance
avatar

Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 28/12/2008

MessageSujet: Re: [Duché RR] Azay le Ridel   Ven 18 Juin - 17:19

Le fief est noté a définir, hors il est un Duché de retraite rr, j'ai également mis les seigneuries rr octroyées et le nom des seigneurs.



Héraldisme
Fief Duché
Description du Blason :d'Azur aux trois aigles d'or .
Ancien nom : Azay le brulé, Azay le rideau
Devise : -
Actuel Seigneur : Barbe_Noir
Ancien Seigneur : -
Nom des habitants :
Seigneuries historiques :
  • Gerfaut (à Azay)
  • Javesnon (à Azay)
  • La Rémonière, (à Azay)
  • Goupillières ou Les Caves-Brunes, (à Azay)
  • Meschinières, (à Azay)
Seigneuries RR octroyées :
  • Gerfaut (à Azay) Linexiv
  • La Rémonière, (à Azay) Ellana
  • Goupillières ou Les Caves-Brunes, (à Azay) Shyppy du Val de Loire
Revenir en haut Aller en bas
Felian
Publivore
avatar

Nombre de messages : 89
Age : 30
Localisation : Loches
Titre nobiliaire : Seigneur de Saint-Nazaire de Ladarez
Date d'inscription : 03/11/2008

MessageSujet: Re: [Duché RR] Azay le Ridel   Lun 30 Avr - 20:25

Citation :
Geoffrey, fils de Rolland de Bourgueil et de Lydie, Duc de Bourgueil.
Mattane, deuxième Duc de Touraine a écrit:
Moi, Mattane, Duc de Touraine elevons au titre de Vi-comte, Vicomtesse et Baron, Baronne les personnes cités pour leur travail effectuer au conseil comme me le confere le droit en vigueur
  • Trinity recoit les terres de Montrésor et le titre de Vicomtesse
  • Boubou recoit les terres de Langeais et le titre de Vicomtesse
  • Fnor recoit les terres de Montbazon et le titre de Vicomte
  • Adric recoit les terres de Villandry et le titre de Baron
  • Jason recoit les terres de Sainte Maure et le titre de Baron
  • Zygomar recoit les terres d'Azay-le-Rideau et le titre de Baron
  • Aymeric recoit les terres de Montrichard et le titre de Baron
  • Whell recoit les terres de Preuilly et le titre de Baron
  • Morgwen recoit les terres de Vouvray et le titre de Baronne


Fait à Tours en l’an de grâce 1453 le 6 septembre
Mattane
Duc de Touraine
le Duc apposa le sceau ducale
Revenir en haut Aller en bas
Felian
Publivore
avatar

Nombre de messages : 89
Age : 30
Localisation : Loches
Titre nobiliaire : Seigneur de Saint-Nazaire de Ladarez
Date d'inscription : 03/11/2008

MessageSujet: Re: [Duché RR] Azay le Ridel   Lun 30 Avr - 20:29

Fnor, Régent de Touraine a écrit:
Nous, Fnor, Régent de Touraine, avons déchu les nobles suivant, en accord avec le droit en vigueur :

Whell, Baron de Preuilly se voit déchu de son titre de baron et de la baronnie de Preuilly.

Zygomar, Baron d’Azay-le-Rideau se voit déchu de son titre de baron et privé de la baronnie d’Azay-le-Rideau.


Fait à Tours le 13 du mois d'octobre 1453

Le Régent apposa le sceau ducal
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Duché RR] Azay le Ridel   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Duché RR] Azay le Ridel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Duché RR] Azay le Ridel
» [Duché] Remiremont - Cecilia von Wittelsbach-Frayner
» [Duché] Château-la-Vallière / Castel-en-Anjou
» don de samarel au duché du lyonnais dauphiné
» Duché de Clérieux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Castel Lavardin :: Aile Héraldique :: Salle Nobiliaire :: Touraine-
Sauter vers: