Le domaine du Lavardin en Vendomois, Uchronie des Royaumes Renaissants (1451 - ?)
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Seigneurie de la Haye] Antogny-le-Tillac

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
LLyr di Maggio
Maistre de céans
avatar

Nombre de messages : 3949
Age : 44
Date d'inscription : 17/12/2007

MessageSujet: [Seigneurie de la Haye] Antogny-le-Tillac   Mer 13 Jan - 12:39

Généralités historiques
"Antoniacus", puis "Antigniacus in pago Turonico", mentionné en 638 dans une charte de Dagobert.
S'est appelé Antogny-le-Tillac depuis le 18ème.
Siège d'un prieuré relevant de l'abbaye de Noyers.

Vestiges préhistoriques et antiques
Restes d'un aqueduc gallo-romain.

Architecture civile
Manoir de La Goronnière 16ème, avec portail 18ème.

Architecture sacrée
Eglise Saint-Vincent* 11ème/12ème (IMH et SI), restaurée 20ème : nef lambrissée, travée sous clocher couverte d'une coupole, abside en berceau à chevet plat, portail plein cintre en avant-corps, clocher octogonal coiffé d'une courte flèche ; cuve baptismale romane* 11ème.

Citation :
arrondissement de Chinon, située sur les
bords de la Vienne, à 55 kilomètres de Tours,
44 de Chinon et à 20 de Sainte-Mauro. Antigniacus,
super Vigennam, in pago Turonico,
638. (Charte de Dagobert, Bréquigny, Diplôm., I,
53, 58.) Ecelesia Sancti Vincenlii in villa
Antoniaco, 1)30-25. (Recueil des historiens des
Gaules, IX.) Terra apud Antoniacum, in
qua Sancti Sulpitii sila est capella; Antogniacus,
xi" et xn* siècles. (Cartulaire de
Noyers.) Parochia de Antoigneio, xm*
siècle. [Carl'ul. de l'archev. de Tours.) Antoigné,
Anloigny-le-Tillae 1725-70 (Arcti.
d'I.-et-L., E.)
Placée sur la limite méridionale du départemont,
cette commune joint celles de Vellèches,
de Saint-Romain, des Ormes ot do Port-de-Piles
(Vienne) Elle est séparée des deux dernières par
la Vienne. Au nord, elle est limitée par la commune
de Pusaiguy, à l'ouest parcelle de Marigny,
On y trouve doux ruisseaux celui do Verrières,
qui prend sa source près d'une ferme do ce nom,
et se jette dans la Vienne, près de Libéré, après
un parcours d'un kilomètre environ; et colui
do Hivolier, qui formo la limita avec la comniuno
do Saint-Romain ot ao jette dans la Vienne à l'Ile-
Bussière.
Los lieux, hameaux et villages suivants dépendent
de cette commune Bourdigal (31 habit.),
ancien fief, relevant de Faye-la-Vineuse. Les
Broutevignes (42 habit.). Le Marais, ou Maraisd'Antogny,
ancien fief, relevant de la Motte-Marcilly.
Libéré, ancienne propriété de l'abbaye
de Noyers, connue dès le xie siècle. La Ghevalerio
(17 habit.). Maigrebois (57 habit.).
Montigny, ancien fief, connu dès le xi" siècle.
Grapineau (10 habit.). Séligny (204 habit.),
ancien fief; il est cité dans une charte du vu»
siècle sous le nom de Selignech. Les Beaux-
Chênos (22 habit.). Le Mur-du-Val, ancion
fief. Tivoli (il t habit.). Verrière, ancien
nef. La Grille (28 habit.), connue dès la xisiècle.
Morandière (15 habit.). Vaugault
(26 habit.), ancien fief,
Avant la Révolution la paroisse d'Antogny
était dans le ressort de l'élection de Chinon, et
faisait partie du doyenné de la Haye, de l'archidiaconé
d'outre-Vienne et de l'archiprètré de
l'Ilo-Bouchard. En 1793, elle dépendait du district
de Chinon.
Superficie cadastrale. 1799 hectares. Le
plan cadastral a été dressé par M. Collet, géomètro,
et terminé en novembre 1826.
Population. 47 feux en 1762. 613 habit.
en 1800. 586 habit, en 1806. 612 habit. en
1808. 480 habit. en 1822. 503 habit. en
1831. – 620 habit. en 1841. – 642 habit.en
1851. – 650 habit, en 1861. – 652 habit. en
1812.
Bureau de poste des Ormes (Vienne).
Perception de Nouàtre.
Trompés par la concordance des noms anciens,
quelques historiens de Touraine ont confondu
notre Antogny avec Antoigné, canton de Montreuil-
Bellay (Maine-et-Loire).
Antoigné dépendait autrefois du Poitou,
comme nous le dit une charte datée de 791
et par laquelle Ithier, abbé de Saint-Martin de
Tours, donne, entre autres propriétés, au monastère
de Cormery qu'il vient de fonder, in page
l'iclavo,Antoniacum, villam-eum appendiciis
suis. Cette donation fut ratifiée en 820 par Louis
le Débonnaire, et on 829, par Pépin, roi d'A"quitaine.
Une dizaine d'années après, Vivien, abbé
de Saint-Martin, enleva cette propriété à l'abbaye
de Cormery et la joignit aux autres biens du Chapitre,
avec l'intention d'employer spécialement le
revonu au vestiaire dos religieux. De nouvelles
chartes do 849, 862 et 920 maintinrent l'abbaye
do Saint-Martin dans la possession d'Aatoigné.
Mais dans le cours de cette dernière année, le
vicomte Savary s'en empara et ne la restitua quo
six ans plus tard, par suite do l'interveution du
comte Ébolus, Une charte de 926 nous prouve,
d'uno façon irréfutable, qu'il no s'agit pas icii
d'Antogny de Touraine. Elle dit eu effet,
ANT ANT
quo le domaine qui vient d'être restitué
au Chapitre, est situé in pago Toarsensi
(Thouars). Antoigné constituait uno châtellenie
relovant do la baronnie de Montreuil-Bellay. La
seigneur était un chanoine do Saint-Martin portant
lo titre de prévôt. Au nu" siècle, il fut dépouillé
du droit de haute-justice, qui fut attribué
au suzerain. L'église était sous le vocable de
Saint-Martin; la cure, faisant partie de l'archiprêlré
de Thouars, était à la présentation de
l'évêque de Poiliers. Le chanoine de Saint-Martin
de Tours, prévôt d'Antoigné, nommait le
titulaire. Au xvm" siècle, la paroisse dépendait
de la généralité de Tours.
Ces détails, concernant une localité qui n'est
pas de notre département, mais dont l'histoire se
rattache à celle de la collégiale do Saint-Martin,
nous ont paru à leur place ici, pour prévenir
toute confusion avec la commune dont nous
avons à nous occuper.
Dans son Recueil de documents sur la géographie
historique et politiqne de Touraine,
M. de la Ponce, page 159 du tome IX des Mémoires
de la Société Archéologique de Touraine,
dit que l'abbaye da Cormery possédait, en
Poitou, une « villa nommée Antoniacus, Antoi-
« gné, qu'il faut éviter de confondre avec Anto-
« gny (de Touraine), do même qu'avec un autre
« Antoniacus, Antoigné, situé en Aujou, et qui
« appartenait à Saint-Martin de Tours. n
II y a là une erreur. L'Antoigné de Poitou,
quo l'abbaye de Cormery a possédé, est, comme
nous venons de le voir, le même qu'Aoloigné
d'Anjou. Dans la suite de sa notice, M. de la
Ponce se trompe encore en appliquant à Antogny,
de Touraine, trois chartes qui concernent Antoignê,
en Maine-et-Loire.
Il paraît, du reste, bien constant que los chanoines
de Saint-Martin n'ont jamais rien possédé
sur le territoire de notre Antogny.
L'église de cette paroisse, dédiéo à saint Vincent,
est connue dès le vne siècle. Nous connaissons,
en oflbt, une charte de Dagobert, de 638,
par laquelle ce prince donne à l'abbaye de Saint-
Denis, l'église d'Antogny in pago Turonico
Anligniacum et ecclesiam Sancti Vincentii
super Vigennam.
Pondant un espace do quatre cents ans, nous
ne la voyons mentionnée dans aucun titre. Son
nom reparaît au x* siècle seulement, dans un décret
do Robert, archevêque do Tours.
En 925, il y eut, entre Geoffroy, curé d" Antogny
(reclor parochialis ecclesioe S. Vincentii
de Antoniaco), et Raymon, curé de Pussigny,
un différend au sujet des dîmes de Fayo et du
Frasno. Le premier prétendait que la moitié des
dîmes lui appartenait depuis longtemps. L'affaire
fut portée devant l'archevêque de Tours, Robert,
qui par ordonnance rendue au mois de mai
de cette année, décida que le curé d'Antogny
justifierait, par l'épreuve du far chaud, du droit
qu'il prétendait avoir sur los dîmes dont il
s'agissait. Cette espèce de jugement était fréquemment
employée dans ces temps baTbares 'et
nous en trouvons plusieurs autres exemples dans
l'histoire de notre province.
L'épreuve eut lieu au château de Nouâtre, en
présence de Renier, archidiacre de Tours, de
Baudilon, trésorier de la même église, et de trois
chanoines délégués par l'archevêque, pour assister
au jugement de Dieu et en dresser acte. La
loi autorisant les ecclésiastiques à se faire remplacer
dans ce cas, le curé d'Antogny commit à
sa place un homme de bonne volonté qui, après
les cérémonies accoutumées, exécuta, en portant
dans sa main un fer incandescent, le parcours
qui avait été indiqué. La main qui avait tenu le
fer fut ensuite enveloppée de linges 'et scellée
et lorsque, trois jours après, on enleva les bandelettes,
les délégués de l'archevêque constatèrent
qu'il n'y avait sur la peau aucune trace de
brûlure. Ce résultat donnait gain de cause au
curé d'Antogny. L'archidiacre de Tours le déclara
légitime propriétaire de la moitié des dîmes do
Fayo et du Fresne, et le mit immédiatement en
possession, par une formalité qui consistait à
prendre sur le lieu un brin de paille ou uno
petite branche d'arbre.
Nous voyous ensuite la paroisse d'Antogny
figurer dans une charte du milieu du xi" siècle,
délivrée par Pierre, fils d'Achard, qui cède à
l'abbaye de Noyers certains droits féodaux, qu'il
possède à Antogny (106U).
Vers 1107, l'église appartenait à deux clievaliers
du château de Nouâtre, Simon et Hervisus
Cabruns, qui la donnèrent au môme monastère,
avec le cimetière et les droits de sépulture. Ils
joignirent à ce don, des vignes, une écluse sur
la Vienne pour y établir un moulin, les redevances
provenant des péages et d'une foire
qui se tiendrait le jour de la fête do saint
Vincent, et enfin, un terrain assez vaste pour y
construire un bourg, et une carrière devant fournir
les pierres des nouvelles constructions.
C'est vraisemblablement de cette époque quo
date lo développement du bourg d'Antogny.
Un peu plus tard les donations faites par
Simon et llervisns Cabruns donnèrent lieu à des
contestations, mais il y eut avec les héritiers un
arrangement, par suite duquel l'abbaye de Noyers
fut définitivement propriétaire du bourg d'Antogny
et de la Justice du lieu.
La cure d'Antogny était à la collation de l'ahbaye
do Noyers. Le prieuré appartenait au même
monastère.
Au milieu du xi" siècle il y avait dans cette
paroisse une chapelle dédiée à saint Sulpice ot
dont l'abbay était également propriétaire. Par
une charte de 1050 environ, Pierre, fils d'Achard,
renonça aux droits féodaux qu'il avait eus jusquelà
sur les terrains au milieu desquels la chapelle
était placée. On ignore à quelle époque cette chaANT
ANT
polie a été détruite. Nous ne la trouvons pas mentionnée
dans le Pouillé de l'archevéché de
Tours de 1648.
Parmi les prieurs d'Antogny on remarque Mathieu
de l'Évesque, qui devint plus tard abbé do
Saint-Jean de Laon et de Saint-Nicolas-des-
Champs, et mourut en 1533. Son neveu, François
de l'Évesque, fut cellerier de l'abbaye de
Noyers, puis abbé de TÉtoile. Il mourut le
10 mars 1567.
CURÉSD'ANTOGNY. Geoffroy, 928. Bernard,
1132. François Tortorue, 1730. Louis
Berruyer, 1754. Rossignol, curé constitutionnel,
1793. Potier, 1801. Tiercé, 1856.
Zéphirin Billard, 1860-1876.
MAIRESD'ANTOGNY. Bsrland, 1800. Parent,
1805. Leroux, 1807. Pierre Penneret,
29 décembre 1807, maintenu lo 14 décembre
1812. Pierre Joindard, nommé le 18 août 1815,
maintenu le 17 novembre 1834. Augustin
Boucard, nommé le 23 juin 1835, maintenu les
18 juin 1837, 19 juin 1840, 15 juillet 184G.
Boille, 186G. Detuassongues, 1870. Arthur
Lehec, mai 1871, élu le 8 octobre 1876.
Doublet, Hist. de fabbaye de Saint-Denis, Il, 675.
Brequigny, Diplâm., I, 53, 58. Recueil des Aist. des
Gaules, V, VIII, IX, X. Cartulaire de Noyers,
chartes 16, 136, 156, 176, 197, 211-12, 263, 313-20, 354,
359, 387, 436-37-38-47-49, 477, 531, 601-12-16, 652.
L'abbé Chevalier, But. de l'abbaye de Noyers, 14, 62,
107, 153. Fouillé de t archevêché de Tours, 1648. –
Cartulaire de Cormery, 4, 26. Lib. jur. et Carlul. de
l'archev. de Tours. Ampliss. coll., I, 118, 340.
Mém. de la Soc. Archéol. de Tour., IX, 159; XVII, 437.
Arch. d'I.-et-L., E 166, 241 G 176. Bibl. de Tours,
fonds Salmon, titres de Saint-Martin, V, VII. Monsnier,
II, CXLII. C. Port, Diction. historique, biographique
et géographique de Maine-et-Loire, 1, 123. J.-J. Bourasaé
et l'abbé Chevalier, Recherches sur les églises romanes
de Tour., 21. Chalmel, Hist. de Tour., I, 287.

_________________
Avatar(c)(t)(r) 2006-Fay'Raya
Revenir en haut Aller en bas
http://Terresdeleyt.free.fr
 
[Seigneurie de la Haye] Antogny-le-Tillac
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Seigneurie de la Haye] Antogny-le-Tillac
» [Seigneurie de Charmes] Essegney
» [Seigneurie de Charmes] Savigny
» Seigneurie de Cattenom : Theudric Von Strass
» [Seigneurie de Brissac] Quinçé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Castel Lavardin :: Aile Héraldique :: Salle Nobiliaire :: Touraine-
Sauter vers: