Le domaine du Lavardin en Vendomois, Uchronie des Royaumes Renaissants (1451 - ?)
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [A Valider] Auzouer-en-Touraine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
LLyr di Maggio
Maistre de céans
avatar

Nombre de messages : 3949
Age : 43
Date d'inscription : 17/12/2007

MessageSujet: [A Valider] Auzouer-en-Touraine   Mar 19 Jan - 19:07

Auzouer, / Auzouer-en-Touraine

Auzouer-en-Touraine
Généralités historiques
"Parochia de Oratorio", mentionné en 1271.
Fief relevant de la châtellenie de Château-Renault.
Ancienne maladrerie réunie à l'hôtel-Dieu de Tours en 1698.

Vestiges préhistoriques et antiques
Dolmen du château de Pierrefitte, classé à tort comme menhir (MH).

Architecture civile
Motte féodale fossoyée du Grand Mauléon.
Château de Pierrefitte : partie centrale Henri IV, reste milieu 19ème.
Château de La Guespière 19ème de style Renaissance.
Tours du Haut-Villaumay.

Architecture sacrée
Eglise Saint-Martin reconstruite 19ème, sauf la façade occidentale* 11ème (IMH) à contreforts d'angle, portail et baie plein cintre.

commune du canton de Châteaurenault,
arrondissement de Tours, à 31 kilomètres
de Tours et à 6 kilomètres de Châtoauronault.
Parochia de Oratorio, 1265, 1271 (Chartes do
l'abbaye de Gastines). Ozouer, 1335 (Cartulaire
de l'archevêché de Tours). Orouer, 1366 (Aveu
au comte de Blois, par Jehan de Buschay).
Ozoer, 1466 (Liber composil.). Auzouer,
carte de Cassini.
Elle est arrosée par la Brenne, qui la sépare
du territoire de Villedùmer et fait mouvoir les
moulins d'Herbault, du Bas-Villomer, de la Blutière,
de la Basse-Blanchère et de Courguigny; –
et par les ruisseaux de Boubilles et de la Guépière
qui faisaient autrefois mouvoir les moulins
de Clopart ei de la Quintaine. Ces doux ruisseaux,
en se réunissant, forment une petite rivière appelée
la Quiotaine ou la Saulaie qui se jette dans la
Brenne, près du moulin de Grenouilleau. La commune
est traversée par les routes n° 4, de Chàtoaurenault
à Chàtellerault, et 19, de Châteaurenault
à Vouvray.
Les lieux, hameaux et villages suivants en dépendent
Piorrefitte, ch. et f. (27 habit.), ancien
fief, relevant de Villedômer et de Châteaurenault.
La Gasserie (21 habit.). L'Épinière,
aueieu fief, relevant de Châteaurenault.
Les Landes (19 habit.). La Royauté, ancien
fief, connu dès 1336 et relevant de l'archevêché
de Tours. La Borde, ancien fief, relevant de
Pierrefitte et du Plessis-Auzouer. Montifault,
ancien fief, relevant do Châteaurenault. Aubtgny,
au xv' siècle formait deux fiefs, appelés le
Grand et le Pelit-Aubigny, et relevant de Châteaurenault.
Le Grand-Aubigny appartenait à
l'abbaye de Gastines. La Patellerio (12 habit.).
– La Fontaine, ancien fief, relevant de Brouard.
– La Pierre, ancien fief, relevant du Plessis-
Auzouer. La Guêpière, ancien fief, relevant de
Cliâleaurenanlt. La Chaise, ancien fief, relevant
d'Auzouer. Jupeau, ancien fief, relevant
de Châteaurenault. – Champbroton, ancien fief,
connu dès 1230. Le Grand-Moléon (ou Mauléon),
ancien fief, relevant de Châteaurenault.–
Le Petit-Moléon, qualifié de métairie noble, au
xvuc siècle. La Moissonaièro, ancien fief, relevant
de Couleurs et du Plessis-Auzouer. La
Maloire, ancien ûef, relevant de ChAtoaurenault.
Saint-Servan (12 habit.). La Blutière, ancienne
propriété de l'abbaye do Gastines. La
Blanchère, ancien fief connu dès 1271, et relevaut
do la Graffitrdiôre. La Caherie, ancien
fief. Le Daul-Villaumé (ou Villomer), ancien
fief, relevant du Plessis-Auzouer. Beauvais,
ancien fief. Beaumont, ancien fief, dépendant
de Brouard. Balesehoux, La l'ommelière, anciens
fiefs, relovant do Châteaurenault. La
Graflardière, ancien fief, relevant du fief Bernier.
La Picardièro, ancien fief, rolovant du Plessis-
Auzouer. La Pinsonnière, ancien fief, relevant
de Châtoaurenaull. Curisay, ancien fief. Los
A~JUUZ u..
Grand et Petit-Charmeteau, anciens flefa, relevant
de Châteaurenault. – La Hémelicro, ancien fief,
relevant de Châteaurenault, de Couleurs et de
Villedômer. L'Archerie, ancien fief appartenant
au Chapitre de Tours. La Bouleuvre, ancienne
propriété des seigneurs de Chàteaurenaull.
Courte-Epée, autrefois la Fraperie, propriété de la
maladrerie de Châteaurenault, au xv° siècle.
Les Landes, Montifault, Moulinet, la Ruellerie,
l'Argentrie, etc.
Avant la Révolution la paroisse d'Auzouer
était dans le ressort de l'élection d'Amboise, et
faisait partie du doyenné de Châteaurenault et
do l'arehidiaconné d'outre-Loire. En 1793, elle
dépendait du district de Châteaurenault.
Super ficie cadastrale. 3310 hectares. Le
plan cadastral, dressé par Lecoy, géomètre, a été
terminé le 27 septembre 1835. D'après une déclaration
faite vers 1770 par Jean-Bon Touzard, curé
d'Auzouer, les deux tiers de cette paroisse étaient
alors en bois, buissons et bruyères; l'autre tiers
se composait de terres labourables et de quelques
vignes.
Population. 105 feux en 1772. 479 habit.
vers 1775. 521 habit. en 1801. 487 habit.
en 1806. 566 habit, en 1808. 443 habit.
en 1810. 675 habit, en 183t. 641 habit.
on 1841. C95 habit. en 1851. 693 ha-
.bit. en 1861. 705 habit, en 1866. G72 habit.
en 1872. – 666 habit. en 1877.
Bureau de poste et Perception de Châteaurenâult.
Nous trouvous cotte paroisse mentionnée pour
la première fois dans une charte de 1271 de l'abbaye
de Gastines, conservée aux archives d'Indreet-
Loire. Elle est désignée sous lo nom do Oratorium,
dont on a fait Orouer, puis Auouer.
Il est cependant certain que l'église, dédiée
à Saint-Martin, existait avant cette époque. Elle fut
construite en effet au xic ou au xne siècle il n'y
avait qu'une nef. Do ce premier édifice il ne
reste aujourd'hui que le portail et la muraille
septentrionale.
Le 11 novombre 1587, Victor Gardette fut autorisé
par Jacques de Lavardin, soigneur du Pleesis-
Auzouer et de Bourrot, à faire construire près du
choeur une chapello où il pourrait placer ses
armoiries. L'érection do cette chapelle fut toutefois
longtemps retardée, et précédée de travaux importants
à l'église elle-même, qui fut refaite presque
en entier. Ces travaux, commencés en 161 ne
furent achevés, pour la maçonnerie, qu'à la fin de
janvier de l'année suivante. La pose de la première
pierre par Victor Gardette, seigneur du Plessis-
Auzouer et de Pierrefitte, eut lieu le 13 mai 1611.
Le 3 lévrier 16t2 on s'occupa de la charpente, et
cMIo-im fur complètement terminée dans le mois
qui suivit.
L'établissement de cette annexe eut pour résultat
do défigurer complétement le plan de l'église.
Par suite, on effet, du rocul donné au mur du
AUZ
midi, le portail et l'abside cessèrent de se trouver
dans le centre de l'édifice.
Le projet de Victor Gardette, de construire uno
chapelle à côté du choeur, fut alors repris et
exécuté en 1613, l'autorisation ayant été accordée,
le 24 mars de cette année, par le curé, Claude
Quenault, et par les fabriciers. Victor Gardette
créa, au profit de l'église, une rente de six livres,
à percevoir sur la terre de Pierrefitte, pour la
célébration do quatre messes annuelles, et d'un
salut, le jour de la Fête-Dieu.
La chapelle « close et enceinte de murailles
avait deux toises en carré. Une note de Ronô
Boully, curé, nous apprend qu'à cette époque,
on établit l'arcade qui la mettait en communication
avec la nef do l'église, et que le 5 décembre do
la même année, l'autel de la Sainte-Vierge fut
transporté de la nef dans la chapelle, que l'on
appela depuis chapelle seigneuriale de Pierrofitte.
Dans le même temps, l'abbé Boully fit construire
dans l'église deux grands autels en bois, ornés de
tableaux. L'un de ces tableaux, représentant saint
Sébastien, existe encore.
Vers lo milieu du xvm» siècle l'église se trouvait
dans un état déplorable. Une note du curé
nous apprend que le choeur était ouvert à tous
les vents, et la couverture entièrement ruinée.
Une voûte menaçait de s'écrouler. Les habitants,
manquant des ressources nécessaires, et les décimalours
no voulant contribuer à aucune dépense,
le curé dut faire les réparations à ses frais.
Le 31 mars 1851, un incendie détruisit le maîtreautel,
tous les meubles, ornements, livres liturgiques
et vases sacrés, qui se trouvaient dans
l'abside, servant alors de sacristie. A la suite de
ce sinistre, une restauration importante eut lieu.
Une nouvelle abside, dans l'axe de l'édifice, fut
construite, et l'on éleva deux chapelles, formant
transsept, et une sacristie. La nef et le portail restèrent
intacts.
On remarque dans cette église des vitraux
sortis dos ateliers de M. Lobin.
La cure d'Auzouer était à la collation et à la
nomination de l'archevêque do Tours. Au xvm*
siècle son revenu était de 211 livres.
Près du hameau de la Gasserie est située une
petite chapelle qui était placée sous le vocable de
saint Aubin. Elle fut interdite en 1787. Vendue
nationalement en 1791, elle servit depuis de grenier
à fourrages. Autrefois, un grand nombre de
pèlerins s'y rendaient pour demander à saint
Auhin la guérison -des fièvres dont ils étaient
atteints. Au point de vuo archéologique la construction
n'offre aucun intérêt.
Uno autre chapelle, aujourd'hui détruite, était
située à Villomer, dans la même paroisse. Elle
était dédiée à saint Joseph et à saint Claude.
Reconstruite en 1643, par Pierre du Papillon,
seigneur de Villomer, elle fut béuite le 12 novombre
do cette année, avec l'autorisation de
l'archovôquo da Tours, par Joau Lo Franc, curé
AUZ AUZ
d'Auzouer. Nous ignorons à quelle époque on l'a
démolie.
Deux autres chapelles existent encore dans la
commune d'Auzouer celle de Pierrentte, qui est
située dans le château de ce nom, et celle de
Saint-Joseph.
Cette dernière fut fondée de nos jours par l'abbé
A. Renard, pour son usage personnel, dans un
bâtiment qu'il possédait à la Ilaute-Blutière et.
qu'il nommait l'Ermitage-Ia-Chapelle. La bénédiction
de cet oratoire, aujourd'hui délaissé, a
eu lieu le 16 décembre 1858.
L'auteur de la Notice sur les divisions territoriales
de l'ancienne province de Touraine e
(page 209), se trompe en plaçant dans la paroisse
d'Auzouer une chapelle dédiée à saint Rigomer.
Cette chapelle se trouvait dans la paroisse de
Neuillé-le-Liurre. V. Rigomer [Si-).
Comme dans tous les fiefs ayant quelque importance,
il y avait, à Auzouer, une léproserie ou
maladrerio. Par lettres patentes du 11 juillet
1698, les biens et revenus de cet établissement
furent annexés à ceux de l'Hùtel-Disu de Tours.
Cuhés d'AuzoDEK. Claude Quonault, 1588,
décédé le 5 août 1617; il fut inhume dans
l'église. Alexandre Bonnette, 1617-29, desservant
la paroisse sans avoir le titre curial.
Jean-René Boutly, 1617-42. Jehan Le Franc,
1642-1608. Grossier, aumônier de l'archevêque
do Tours, curé titulaire, non résidant, 1669-
70. Les fonctions curiales sont remplies par
François Martin. René Mureau, 1670-79.
Jean-Michel Latour, 1679, décédé au mois
d'avril 1702. Pierre Garnier de Vineuil, 1702-
32. Louis-François Touscho, 1732-48. Jean-
Bon Touzard, 1748, décédé le 7 octobre 1782, âgé
da soixante-onze ans. Gauvry, de novembre
1782, au mois de septembre 1791. Fraaçois-
Jean-Marie-Antoine Sionneau, curé constitutionnel.
Eu 1792, il prend la qualité tfofficier public.
César-François-Sylvain Duprat, 1802-1833.
Louis-Jean Bourjuge, 1833-35. Joseph-Adrien
Dclahaye, 1835-38. Charles-Théodore Garny,
1838-42. Augustin Grudé, 1842-46. – Joseph
Hoguet, 1846-70. Paul-Athauase Verger, 1870,
actuellement en fonctions (1877).
Le Gof d'Auzouer était désigné sous le nom de
Plessis-Ausouer. Il s'étendait dans les paroisses
d'Auzouer, de Neuillé-le-Lierre, de Villedomer,
du Boulay, île Châleaureuault, de Saint-Cyr-du-
Gault et de Morand, et relevait, pour la plus
grande partie, de la châtelWnie de Chàtoaurenault,
à foi et hommage-lige, quinze jours de
garde, une épée, un arc et douze floches, à
muance de seigneur. Pour une petite partie, il
rolevait aussi de Bourrol et du Chapitre de la
cathédrale do Tours, eu cu qui concernait des
Usrros situées dans la paroisse de Villedomor. La
justice seigneurialo avait son siège au manoir do
la Libourgerie, situé dans le bourg d'Auzouer.
Le premier soigneur connu ost lienaud de l'rossigny,
chevalier, vivant on 1265. Il ost mentionné
dans une charte do l'abbaye de Moncé.
On trouve ensuite Hahcrt do Fontenay, chevalier,
seigneur du Plessis-Auzouer, vers 1300. – Agaice
des Haies, dame du même fief, 1331. Jean du
Buchay, qui rendit hommage au comte de Blois,
seigneur de Châteaurenault, on 1366. Jean de
Fontonay, 1494. Louis do Fontenay, 1530. –
François de Fontenay, 1550. Jean de Fontenay,
1558. Pierre de Fontenay, qui vendit le fief,
en 1560, à Jacques de Lavardin, Éc. Jean de
Lavardin, Éc., 15G9, 1575. François Lecoustelier,
seigneur d'Auzouer (on partie), conseiller du
roi et de la reine Éléonore d'Autriche, lioutenantgénéral
au bailliaga de Tours, 1575. Jacques
de Lavardin, Éc. Par acte du 13 janvier 1594, il
vendit le Plessis-Auzouer au suivant. Victor
Gardette, lieutenaul-génûral et président au siegy
présidial de Tours, mort en 1616. Renée Lasneau,
veuve du précédent, dame du Plossis-
Auzouer, mourut en 1632. Jean Gardotie,
prévôt général de la connétablie de France, 1626,
décédé en 1667. – Le 17 août 1678, François
Fourneau acheta le fief, saisi sur les héritiers
du précédent: il rendit aveu au soignour do Châteaurenault
la 13 juin 1G79. Quelques années
après, le Plessis-Auzouer, saisi à la requête de
Nicolas Le Clerc, conseiller du roi, trésorier géué
rai de l'extraordinaire des guerres, fut mis aux enchères
et adjugé à ses enfants Jean-Baptiste Le
Clerc de Bois-Guiché, marié à Marie-Thérèse Le Bas
de Girangy, mort on 1741; Nicolas Lo Clerc de
Grandmaison, marié à Catherine Ledoux deMelîeville,
décédé en 1751 et Marie-Henriette Le Clerc,
morte en 1764. – Micolas Le Clerc de Grandmaison
laissa deux filles Marie-Henriette, née le 16 juin
1751, mariée à René Thomé, chev., seigneur de
Rentilly, et Élisabeth, née le 3 août 1752, mariée
à Jacques-Augustin, marquis de la Barberye de
Ressaveille. Colles-ci héritèrent d'une moitié du
Plessis-Auzouer, en 1751 (époque de la mort de
leur pure), et de la seconde moitié à la mort do leur
tante, Marie-Henriette Le Clerc. Jehan-Joseph
Bertrand, Éc, chevalier d'honneur au bureau des
finances de Tours, seigneur de Saint-Ouen, acheta
le Plessis-Auzouei de Marie-Henriette et Élisabeth
Le Clerc de Grandmaisou, en 1770, et le vendit
au suivant en 1775. Didier-François-René
Mosnard, comte do Chouzy, dernier seigueur du
Plessis, comparut à l'assemblée générale de la
noblesse de Touraine en 1789.
On remarque sur le torrituiro d'Auzquer un
monument celtique, appelé Pierre-levée, dans le
pays, et qui a donné sou nom au château do
Pierrofilto (V. Piemfttte), – et un curieux ouvrage
militaire, appelé les Ronds, ou le Camp
de Molèon, situé près de la ferme du Grand-Moléon
(V. Molèon). Un statère d'or, imité des
monnaies macédoniennes, a été trouvé dans cotte
commune.
Maiues d'Auzoueu. Dubois, 1801. Jamain,
AVA AVA
1802. Dovauzd; 1805, nommé de nouveau le
50 décembre 1807, décédé en 1809. – Jamain,
16 décembre 1809. Boulay, 13 août 1812. –
De la Rozière, 1812. René Mollian. – 20 janvier
1815. Le comte Achi)lo\de la Rozièro,
Ie1'août 1J521. – Louis-Sylvain Ligneau, 25 novembre
1830. – Jean-Bapliste Garuier, 1832,
17 novembre 1834, 5 juin 1837, juin 1840,
20 juillet 1846.– Thielio, 1851. Jean-Vincent-
Gustave, comte do Baillivy, 1857, démissionaire,
18C7. Armand-Jaseph-Marie de la
Pierre, marquis do Frémeur, 20 avril 1867. Jean-
Baptiste Garnier, 4 septembre 1870, décédé le
23 mars suivant. Armand-Joseph-Marie de la
Pierre, marquis de Frômeur, élu en mai 1871, et
le 8 octobre 1876.
Arch. d'L-et-L., Chartes de l'abbaye de Gastines;E,
21, 118, 119, 120, 150, 315; G, 13, 14. Registre des visites
des chapelles domestiques du diocèse. Cartulaire
de ^archevêché de Tours. D. Hous., XIV. Liber
compositiarnum, 112. Idée générale de la Touraine,
dans VAlmanach de Touraine de 1792. Expilly,
Diction. des Gaules, 418. Bibl. de Tours. fonds Lambron,
manuscrits 1494, 1496, – Mém. de la Soc. Archéol.
de Tour., X, 121. Bulletin de la Soc. Archéol. de
Tour. (1871), 5, 5S, 99. Chalmel, Bist. de Tour., IV,
288. A. Joanne, Géographie dIndre-et-Loire, 93.
L. de la Roque et E. de Barthélemy, Catalogue des gentilshommes
de Touraine, 13. -Annuaire du département
d'Indre-et-Loire. Notes communiquées par M. l'abbé
Verger, curé d'Auzouer et membre de la Société Archéologique
de Touraine. Diction. archéologique des Gaules,
101.

_________________
Avatar(c)(t)(r) 2006-Fay'Raya
Revenir en haut Aller en bas
http://Terresdeleyt.free.fr
Felian
Publivore
avatar

Nombre de messages : 89
Age : 30
Localisation : Loches
Titre nobiliaire : Seigneur de Saint-Nazaire de Ladarez
Date d'inscription : 03/11/2008

MessageSujet: Re: [A Valider] Auzouer-en-Touraine   Ven 15 Aoû - 16:02

À Classer : baronnie RR
Historiquement : SIM de Châteaurenault à f et h lige, quinze jours de garde, une épée, un arc et douze flèches, à muance de seigneur ; pour partie SIM de Bourrol et le chapitre cathédral de Tours (en la paroisse de Villedômer)


Nom : Le Plessis-Auzouer

Siège de la justice : manoir de la Libourgerie (dans le bourg)

Extension : paroisses d'Auzouer, Neuillé-le-Lierre, Villedômer, le Boulay, Chateaurenault, Saint-Cyr du Gault, Morand


Seigneuries : La Chaise (date ?), La Borde (Pierrefite et Plessis-Auzouer, date ? ; si pas d'autres seigneuries pour Pierrefite, attribuer La Borde au Plessis-Auzouer et laisser Pierrefite à Villedomer), La Pierre (Plessis-Auzouer, date ?), La Moissonnière (Couleurs et Plessis-Auzouer, date ?), Le Haut Villaumé ou Villomer (Plessis-Auzouer, date ?), La Picardière (Plessis-Auzouer, date ?)



Notes : Pierrefite (Villedômer et Châteaurenault, date ?), L'Épinière (Chateaurenault, date ?), La Royauté (1336, archevêché, seigneurie RR), , Montifault (Chtrnault, date ?), Grand-Aubigny (Chtrnlt, XVe), Petit-Aubigny (Chtrnlt, XVe), La Fontaine (Brouard, date ?), La Guêpière (Chtrnlt, date ?), Jupeau (Chtrnlt, date ?), Champbreton (relève de ?, 1236), Le Grand-Moléon (Chtrnlt, date ?), La Maloire (Chtrnlt, date ?), La Blanchère (Graffardière, 1271), Beaumont (Brouard, date ?), Baleschoux (Chtrnlt, date ?), La Pommelière (Chtrnlt, date ?), La Graffardière (Bernier, date ?, seigneurie : La Blanchère cf. supra), La Pinsonnière (Chtrnlt, date ?), Grand-Charmeteau (Chtrnlt, date ?), Petit-Charmeteau (Chtrnlt, date ?), La Hémelière (Chtrnlt, Couleurs, Villedômer, dates ?), L'Archerie (chapitre de Tours, seigneurie RR, date ?),

Sources :

  • http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2100400/f91.image
Revenir en haut Aller en bas
 
[A Valider] Auzouer-en-Touraine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [A Valider] Auzouer-en-Touraine
» [A Valider] Mazières-de-Touraine
» [A Valider] Rouziers-de-Touraine
» [A Valider] Lignières-de-Touraine
» [Traité Frontalier] Maine - Touraine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Castel Lavardin :: Aile Héraldique :: Salle Nobiliaire :: Touraine-
Sauter vers: