Le domaine du Lavardin en Vendomois, Uchronie des Royaumes Renaissants (1451 - ?)
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Campement flamando-licorno-tout ce qu'on veut

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Guillaume_de_Jeneffe
Gaspode en errance
avatar

Nombre de messages : 37
Date d'inscription : 31/03/2009

MessageSujet: Campement flamando-licorno-tout ce qu'on veut   Dim 30 Sep - 0:47

Dans la longue liste des festivités courues par le Jeneffe, je demande la Saint-Michel. Après des joutes, des intronisations, des élévations, j’en passe et des meilleures, ou des pires, le Flamand avait conduit son conroi en Vendômois. Non seulement pour espérer reprendre la voie du succès sur la lice mais aussi pour y retrouver certaines personnes qu’il ne croisait que rarement, au premier rang desquels ses connaissances tourangelles. C’est que, malgré tout, la guerre se faisait bien lointaine…

Il avait donc fait route, accompagné de quelques gardes, flamands comme souvent, d’un large chariot où reposaient les éléments qui, plus tard, composeraient un pavillon pour lui et une tente pour ses gens, l’armure qu’il porterait sur la lice, plusieurs lances, quelques présents, des vivres et une bonne part de son pécule de voyage, la bannière qui marquerait son emplacement ainsi que son identité ainsi qu’un ensemble d’objets divers et variés.

Arrivés sur les terres du Di Maggio, ils avaient été accueillis et dirigés vers le champ où, peu à peu se dressait ce qui, bientôt, constituerait certainement l’un des plus merveilleux villages de toile que comptait la France. En quelques mots de cet idiome barbare que certains osent nommer langue flamande, il donna ses ordres et, presque aussitôt – pouvoir de l’ellipse quand tu nous tiens – il put s’asseoir sur un tabouret tendu d’une peau de cuir et poursuivre la lecture d’un de ses ouvrages favoris,
La Mort le Roi Artu.


Revenir en haut Aller en bas
Eléïce de Valten
Le Fabuleux Maurice et ses rongeurs savants
avatar

Nombre de messages : 6766
Age : 40
Localisation : Quelque part, quelqu'un...
Titre nobiliaire : Duchesse du Lavardin
Date d'inscription : 01/02/2010

MessageSujet: Re: Campement flamando-licorno-tout ce qu'on veut   Dim 30 Sep - 12:48

Un soldat du Lavardin posté à l'entrée du campement dirigeait les nobles vers les emplacements disponibles. La seconde personne à être arrivée n'était autre qu'un habitué des joutes annuelles.
Le vicomte et chevalier fut salué comme il se devait avant d'être dirigé vers les lieux qu'il connaissait déjà.

_________________
Ab imo pectore - Encyclopédia Universalis, Volume I, II, III, IV et V.
Revenir en haut Aller en bas
Rotule.baccard
Plume et Encrier
avatar

Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 14/09/2012

MessageSujet: Re: Campement flamando-licorno-tout ce qu'on veut   Lun 1 Oct - 14:40

Besace en bandoulière, le jeune Baccard parti en direction des couleurs du Flamand… c’est que l’Affreux avait espérer la venu du jouteur et se permit donc à l’arrivé de celui-ci aller à sa rencontre le saluer…

Voyant le vieux guerrier assis avec lecture en main, l'Affreux se racla la gorge …


Vicomte bien le bonjour… et se présenta … Rotule, j’espérais votre venu afin de vous demander un service… lui exprima l’impétueux Dauphinois sans détour ne sachant trop ci il dérangeait par son intrusion…
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume_de_Jeneffe
Gaspode en errance
avatar

Nombre de messages : 37
Date d'inscription : 31/03/2009

MessageSujet: Re: Campement flamando-licorno-tout ce qu'on veut   Lun 1 Oct - 19:26

Alors qu'il en était à sourire une nouvelle fois aux turpitudes de Lancelot et de Guenièvre – le chevalier et la reine, un hasard ? – le Flamand entendit des pas se rapprocher et ensuite s'arrêter à proximité. Mais puisqu'il n'avait pas encore achevé la phrase entamée, il fallut quelques secondes avant que sa tête ne se redresse. Aussi aurait-il à reconnaître son interlocuteur à la voix plutôt que de pouvoir compter sur ses qualités de physionomistes. La voix ne lui était pas inconnue, il en était certain, mais le « Vicomte, bien le bonjour » était trop court pour lui permettre de pousser plus avant ses investigations. Ce fut à ce moment-là qu'il acheva sa lecture – car oui il peut lire et entendre en même temps, qui a dit que les hommes étaient incapables de faire deux choses en même temps ? – et qu'il reconnut le jeune homme qui déclinait maintenant son identité.

Le chevalier reposa alors son volume et, sourire aux lèvres, se releva.


- Jeune Baccard, le bonjour à vous. Dans un instant, un tabouret arrivera. Ou comment donner un ordre à la valetaille sans en donner l'impression. En attendant, dites-moi tout. Que puis-je donc pour vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Rotule.baccard
Plume et Encrier
avatar

Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 14/09/2012

MessageSujet: Re: Campement flamando-licorno-tout ce qu'on veut   Lun 1 Oct - 23:22

Merci Vicomte et voila que le Baccard fier que le Flamand accepte sa visite, fait parcourir son regard par curiosité sur la couverture du livre que tenais le chevalier de la licorne tout en cherchant du bout des doigts la sangle de cuire de sa besace…

Ma suzeraine étant chevalier dans votre ordre royale, j’ai pensé que vous pourriez ci bien sur vous acceptiez ma requête, de lui transmettre cela de ma part… fichtre c’est pénible d’ouvrir ses sangles avec des doigts aussi épais pensa l’Affreux quand enfin il réussit à ouvrir la sacoche pour tout sourire en ressortir une première bouteille suivit de sa jumelle … à l’Etoile … eu… ma Suzeraine reprit il …. Lady Antlia Baronne de Grignan... elle apprécie cette boisson… et sera je le sais toucher que son Affreux pense à elle… et pour vous remercier de lui transmettre mon présent et mon salut… disant cela il pencha la seconde bouteille et l’offrit au Flamand… celle-ci est pour vous… c’est de l’abricotine connaissez vous ? et d’un seul coup il se demande ci le vieux guerrier connait sa Suzeraine … vous voyez de qui je parle ?
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume_de_Jeneffe
Gaspode en errance
avatar

Nombre de messages : 37
Date d'inscription : 31/03/2009

MessageSujet: Re: Campement flamando-licorno-tout ce qu'on veut   Mar 2 Oct - 0:10

Le jeune homme avait décidément la langue bien pendue. Et cela le changeait heureusement de la peu joyeuse bande qu’il avait eu jusque là à ses côtés. Car si les Flamands qui lui faisaient escorte étaient du genre « si tu me souffles dans les bronches, je fais du macramé avec ton entrejambes » et lui évitaient donc pas mal de troubles sur la route, on ne pouvait guère entretenir une réelle conversation. Aussi ce qui, dans d’autres circonstances, aurait peut-être légèrement indisposé le chevalier vint-il plus qu’à point.

C’est donc tout naturellement qu’il désigna au Baccard le tabouret qui venait de lui être amené, et qu’il lui répondit en mode badin.


- Diable, si votre suzeraine m’est tout à fait connue, et si je lui ferais bien volontiers votre commission, il n’en va pas de même pour votre abricotin. Et ainsi que nos pères nous l’ont enseigné, il faut combattre l’ignorance. Faites donc sauter le liège de celle-ci, versez nous en deux rasades, que je complète ma science, et soyez remercié de votre offre des plus agréables.
Revenir en haut Aller en bas
Rotule.baccard
Plume et Encrier
avatar

Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 14/09/2012

MessageSujet: Re: Campement flamando-licorno-tout ce qu'on veut   Mar 2 Oct - 21:26

Heureux de pouvoir partager un verre avec le personnage qu’était le Vicomte, le jeune impétueux pris place sur l’assise proposé et acquiesça du chef quand il fallut ôter le bouchon de la bouteille …

Alors que l’eau de vie abandonnait son parfum, le Dauphinois, ramena sa main en entonnoir autour du goulot pour ressentir l’effluve fruité et concédant la bouteille au Chevalier flamand, il l’invita d’un léger mouvement de tête d’en faire de même …
elle est prometteuse … exprima Rotule avec un sourire satisfait espérant qu'en bouche celle ci libererait toute ses saveurs…
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume_de_Jeneffe
Gaspode en errance
avatar

Nombre de messages : 37
Date d'inscription : 31/03/2009

MessageSujet: Re: Campement flamando-licorno-tout ce qu'on veut   Mer 3 Oct - 0:31

Imitant le Lyonnais dans sa recherche de la senteur pas encore perdue, le Flamand s’en mit littéralement plein les narines, passez-moi l’expression. Si l’ignorance était quelque chose qu’il méprisait singulièrement, il en était de même dans le domaine éthylique. Et la liqueur était, il convient de le remarquer honnêtement, de première qualité. Dans un mouvement de la lèvre inférieure qui traduisait cette appréciation, Guillaume répondit donc par l’affirmative.

- Prometteuse est le mot, en effet. Et je suppose que vous êtes tout autant que moi impatient de voir si cette demoiselle tient ses promesses…

Se levant, il se saisit de deux godets de bois qu’il remplit chacun aux deux tiers, et en tendit l’un à son interlocuteur.

« Trinquons donc à votre suzeraine, dont l’absence est l’occasion de cette rencontre, et de cette dégustation, bien sûr ».
Revenir en haut Aller en bas
Rotule.baccard
Plume et Encrier
avatar

Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 14/09/2012

MessageSujet: Re: Campement flamando-licorno-tout ce qu'on veut   Jeu 4 Oct - 21:39

Pas besoin pour le Baccard d’affirmer qu’il était partant pour aller plus loin à la dégustation, vue le dessin ravis qu’exprimait son visage …

Choquant son godet, il leva le bras et trinqua…
A l’étoile ! Qu’elle brille de mille éclats pour l’éternité… exprima son vassale qui avec grande affection aimait la surnommer ainsi…

Puis suivant le grand écuyer de France il laissa l’alambique caresser son palet, jouant même à faire tournoyer l’alcool en bouche offrant à cette eau de vie d’abricot baignée de soleil délicieusement fruité avec, en arrière plan, une saveur d'amende le temps de libérer mieux encore toute ses saveurs…

Qu’elle séductrice cette demoiselle… quand dites vous Vicomte ? non non, l’Affreux ne parlait pas de sa Suzeraine Lady Antlia bien que celle-ci soit élégante, mais bien de cette eau de vie, et cela en référence de l’expression du redoutable jouteur qu’était Guillaume De Jenef …
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume_de_Jeneffe
Gaspode en errance
avatar

Nombre de messages : 37
Date d'inscription : 31/03/2009

MessageSujet: Re: Campement flamando-licorno-tout ce qu'on veut   Jeu 4 Oct - 23:57

- Vous savez, jeune homme, je n’ai guère l’habitude d’ainsi juger mes sœurs d’armes sur leur physique, ni même de juger leur physique.

Eh non, le Flamand n’avait pas compris que le Lyonnais était passé de sa suzeraine à sa liqueur. Et il se trouvait donc bien en peine de savoir que répondre de plus. S’il développait plus sa pensée, il savait déjà qu’il s’empêtrerait dans des justifications toutes plus alambiquées les unes que les autres. Seule solution, orienter la discussion sur tout autre chose. Et passer du coq à l’âne, ou du coca light comme on ne disait pas encore, voila qui était bien une des spécialités du chevalier.

« Mais parlons plus sérieusement, jeune homme. Pour qui jouterez-vous donc ce jour de fête des chevaliers ? Pour votre suzeraine ? Pour une jeune dame dont vous convoitez les bons sentiments ? Ou pour la grandeur de votre maison ? »
Revenir en haut Aller en bas
Rotule.baccard
Plume et Encrier
avatar

Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 14/09/2012

MessageSujet: Re: Campement flamando-licorno-tout ce qu'on veut   Ven 5 Oct - 2:03

Ecoutant la m'éprise du vieux combatant sur la "Demoiselle Abricotine", le Baccard souri et acquiesça humblement, trouvant même la situation pour le moins cocasse,qui certainement ci Lady Antlia aurait été là, aurait rit discrétement…

Puis dégustant une nouvelle gorgée, il écouta la question, question qu’il ne s'était même jamais posé … et sans réfléchir il répondit spontanément…


Jouter pour La grandeur de ma maison Vicomte, ne serait rien ci je l'effectuais sans porter dans mon cœur le sourire de ma fille qui est mon sang, la douceur de ma compagne qui est mon souffle, la bonté de ma suzeraine qui est mon âme… c’est pour l’ensemble de ses personnes qui font que je suis homme heureux, et que je prends plaisir à croiser en portant fièrement les couleurs de ma maison …

Et vous Vicomte ci je puis me permettre ?
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume_de_Jeneffe
Gaspode en errance
avatar

Nombre de messages : 37
Date d'inscription : 31/03/2009

MessageSujet: Re: Campement flamando-licorno-tout ce qu'on veut   Ven 5 Oct - 11:47

Notant dans un coin de son esprit que le jeune homme n’évoquait aucun de ses ancêtres, le Flamand acquiesça à ses paroles avec un franc sourire sur le visage. Les mots emphase et enthousiasme étaient des plus indiqués pour qualifier son interlocuteur. Au moins n’aurait-il pas à composer avec un maniaco-dépressif à tendance monomaniaque comme… comme il pouvait l’être lui-même par moment.

Reprenant une gorgée de demoiselle après la question qui lui avait été adressée, il prit le temps de la réflexion.


- Quant à moi… Cela fait longtemps que je n’ai plus porté les couleurs d’une dame. Non, c’est plutôt pour ma seule maison que je romps désormais les lances. Pour ma seule maison et donc pour ma fille, même si, je l’avoue honnêtement, je l’aurais préférée présente en armes ici plutôt que recluse à l’abbaye où elle suit ses leçons. Mais enfin, on ne peut réduire l’enseignement à la seule maîtrise des armes, n’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Rotule.baccard
Plume et Encrier
avatar

Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 14/09/2012

MessageSujet: Re: Campement flamando-licorno-tout ce qu'on veut   Sam 6 Oct - 21:40

Se frottant le menton par tique en signe de réflexion il comprend que son interlocuteur a aussi une fille, mais d’âge a pouvoir jouter et que son absence lui manque…
Ha les enfants … et soupire Dieu que je vous comprends, ma fille Lizzie n’est encore qu’une enfançon, mais je pense que comme vous je la préférerais proche de moi que loin pour ses études… et pourtant… l’instruction est une protection redoutable tout autant que n’importe quelles armes quand celles-ci sont maitrisées… hélas nous ne serons pas éternellement là pour les protéger… le sacrifice de leur absence nous en sommes bien obligé pour leur bien être futur… et dégusta une nouvelle gorgé au parfum d’abricot

Peut être qu’un jour prochain j’aurais l’honneur de rencontrer votre descendance, comment se nomme votre fille ?
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume_de_Jeneffe
Gaspode en errance
avatar

Nombre de messages : 37
Date d'inscription : 31/03/2009

MessageSujet: Re: Campement flamando-licorno-tout ce qu'on veut   Lun 8 Oct - 0:25

- Je ne peux que partager votre réflexion quant au sacrifice, c’est évident.

La réponse avait fusé bien plus spontanément que son aspect recherché pouvait laisser paraître. Le sacrifice faisait tant partie de lui que toute autre réponse aurait été, en plus d’un mensonge éhonté, des plus difficilement crédibles. Comment d’ailleurs eut-il pu en être autrement ? Allez expliquer aux chevaliers ses frères que non, en fait, la guerre, il allait pas pouvoir la faire parce que sa femme avait attrapé un rhume un beau matin… Le sacrifice avait été consenti de si bonne grâce qu’ils étaient rares les moments où il se posait encore la question de sa pertinence.

« Enfin, notez bien que certains aveugles vous diront que je n’ai fait cela que par intérêt puisque j’ai reçu le duché de Saint-Ouen il y a quelques semaines maintenant. Mais je ne suis pas persuadé que pour autant ma fille, qui se prénomme Bérénice et est actuellement baronne de Calmont en Rouergue, voit les choses de la même manière qu’eux. Elle pourrait d’ailleurs vous le dire par elle-même, lorsque nous nous reverrons tous trois. À Ryes, par exemple. Ou à l’occasion de quelque joute, auxquelles vous semblez prendre autant de plaisir que moi, ce me semble… »
Revenir en haut Aller en bas
Rotule.baccard
Plume et Encrier
avatar

Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 14/09/2012

MessageSujet: Re: Campement flamando-licorno-tout ce qu'on veut   Jeu 11 Oct - 10:21

L’Affreux écoutait le Flamand, il hochait du chef pour approuver des dires et des réflexions de celui-ci tout en souriant… il me semble en vous écoutant… que votre fille à eu bonne école pour suivre les traces de son père Vicomte… puis le tintement des cloches du beffroi firent prendre conscience au Dauphinois que le temps passais, celui-ci aurait pu rester encore des heures a s’entretenir avec le grand écuyer… fichtre que le temps passe vite… mais en conclusion de leur discutions il reprit tout en se relevant… je pense que chacun doit faire ce qu’il se doit, même ci d’autres trouvent nos actions parfois prétentieuses… mais qui sont ils pour juger de la sorte ? Seul le tout puissant à la vérité divine… la critique envers ceux qui sont actif est le passe temps des oisifs, au moins nous avons le mérite de les divertir dit il en ricanant… et pas qu’avec notre passion de jouteur… mais ceci dit c’est avec grand plaisir que j’accepte votre invitation pour les joutes de Ryes, et serait honoré de pouvoir saluer Bérénice votre fille…

Mais pour l’heure il est temps que je rejoigne mon campement, je manque à mes devoirs auprès de mes hôtes et accapare votre temps… je vous remercie pour ma Suzeraine d’avoir accepté de vous faire le messager de mon offrande…
puis après un Salut digne envers le grand écuyer de France… a demain Vicomte et bonne chance pour vos croisés…
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume_de_Jeneffe
Gaspode en errance
avatar

Nombre de messages : 37
Date d'inscription : 31/03/2009

MessageSujet: Re: Campement flamando-licorno-tout ce qu'on veut   Jeu 11 Oct - 11:04

Se levant, Guillaume salua à son tour le jeune Baccard.

- Le temps passe vite, certes, mais c’est d’autant plu vrai lorsque la conversation est agréable. Je vous souhaite bonne fortune pour ces joutes, sire Baccard, et espère ne pas avoir à trop rapidement vous encontrer sur la lice. Que le Très Haut vous garde.

Et quelques instants plus tard, le chevalier était retourné à a lecture…
Revenir en haut Aller en bas
Ellesya
Gaspode en errance
avatar

Nombre de messages : 32
Localisation : Tours, Amboise, ...
Titre nobiliaire : Duchesse d'Amboise et de Luynes, Vicomtesse de Montbazon, Baronne de Vouvray
Date d'inscription : 27/08/2009

MessageSujet: Re: Campement flamando-licorno-tout ce qu'on veut   Sam 20 Oct - 15:54

Les quarts de finale s'étaient achevés depuis une heure ou deux lorsque la jeune duchesse d'Amboise fit son apparition au campement du Lavardin. Point de toiles aux loups d'argent cette fois. Elle était descendue dans une auberge de bon aloi à quelques lieues de là, bien tardivement.
Les inscriptions avaient eu lieu durant sa dernière convalescence. Cette période semblait dorénavant être maudite puisque l'année précédente elle avait du renoncer également pour faute de blessures. Quant à ses proches, nul ne s'était inscrit.
Pour finir le tableau peu glorieux de sa participation à ces festivités, elle avait manqué l'essentiel du tournoi comme son page venait de lui confirmer après avoir été prendre connaissance des résultats des tours précédents. C'est ainsi qu'elle apprit l'élévation de Guillaume au rang de Duc. Si la nouvelle lui fit sincèrement plaisir, le choix du fief la fit s'étrangler pour une raison difficilement exprimable.

C'est toutefois l'humeur rassérénée qu'elle se rendit au campement du nouveau duc puisque c'était l'une des personnes qui justifiait son déplacement solitaire au Lavardin.
Au garde de faction, elle offrit un large sourire et leva la bouteille de Vouvray qu'elle tenait à la main.


J'ai un laissez-passer. Mais si vous êtes vraiment pointilleux, faites annoncer la Duchesse d'Amboise à votre maître.
Revenir en haut Aller en bas
http://amboise-vouvray.actifforum.com/
Guillaume_de_Jeneffe
Gaspode en errance
avatar

Nombre de messages : 37
Date d'inscription : 31/03/2009

MessageSujet: Re: Campement flamando-licorno-tout ce qu'on veut   Sam 20 Oct - 18:29

Le goût de la défaite toujours en bouche, le chevalier n’avait pas quitté l’intérieur de sa tente. Oh, pas pour ruminer son échec et en pleurer toutes les larmes d’un corps pourtant bien sec, non, rassurez-vous si du moins cela vous avait inquiété ne serait-ce que l’espace d’un instant, mais plutôt pour répondre à une correspondance d’une trop haute importance pour prendre le risque de la dévoiler à quelque œil malveillant. Il était donc occupé à noircir des feuilles et des feuilles qu’il ne lui resterait plus qu’à sceller, après.

Mais tout cela, c’était avant que n’arrive la duchesse d’Amboise et qu’elle se fasse annoncer. Car si les affaires du royaume n’attendait pas, elles le cédaient toujours face à une belle femme… Qu’est-ce que je raconte moi ? Déjà, Ellesya n’était pas « une » femme. Belle oui, certes, mais là n’est pas l’objet ici. Non, ce qu’il y avait était que, par chance pour elle, les choses les plus urgentes avaient déjà trouvé réponse et le chevalier avait d’un ordre délégué l’opération de scellage à son notaire, le bon, consciencieux et presque toujours rigide Jehan de Wavrin. Il put donc remplier son nécessaire du « parfait petit correspondant » avant d’autoriser son garde à introduire l’Arduilet – car dans l’esprit flamand elle était la fille de Rassaln avant d’être celle de Morgwen – et de se lever pour l’accueillir.


- Duchesse, fit-il ainsi alors que l’entrée lui avait été dégagée, c’est un plaisir de vous revoir. Comment vous portez-vous depuis notre dernière rencontre ?

Basique, comme entrée en matière, mais on allait éviter de mettre la question Gaïlen trop rapidement sur le tapis.
Revenir en haut Aller en bas
Ellesya
Gaspode en errance
avatar

Nombre de messages : 32
Localisation : Tours, Amboise, ...
Titre nobiliaire : Duchesse d'Amboise et de Luynes, Vicomtesse de Montbazon, Baronne de Vouvray
Date d'inscription : 27/08/2009

MessageSujet: Re: Campement flamando-licorno-tout ce qu'on veut   Dim 21 Oct - 15:27

Profitant de l'attente -courte, il est vrai- que l'on lui faisait subir, elle lissa négligemment le velours amarante de sa robe et replaça sur son épaule ses cheveux ramenés en une tresse agrémentée d'une ruban de fil d'or rappelant le demi-ceint encerclant sa taille. On était loin du grand apparat et c'était tant mieux. Il ne s'agissait que d'une visite amicale au sein d'un campement. Pas à n'importe qui, certes, mais tout de même.

A l'accueil qui lui fut prodigué, elle répondit d'abord d'un sourire sans artifice et d'une signe de la tête. Mais fut un instant bien en peine de répondre verbalement à Guillaume qui se tenait devant elle. Au bout d'une longue seconde de silence, ses lèvres délivrèrent autre chose qu'un sourire.


Me voilà sénile avant l'heure... Je ne sais plus de quand date notre dernière rencontre !
Le Tournel peut-être ? Hmm... non, je crois vous y avoir juste aperçu sans que nous nous entretenions.


Posant sur le meuble le plus proche la bouteille qui encombrait ses mains, elle reprit.

Le retour du Tournel justement fut bien moins joyeux que les festivités en question. Je vais mieux maintenant mais comme vous l'avez peut-être remarqué, je n'ai encore pu concourir au Lavardin.

A ce dernier mot, elle désigna d'un regard le breuvage vouvrillon dont elle venait de se défaire.

J'ai appris que votre participation avait touché son terme. J'espère que le vin de Loire pourra faire passer l'éventuelle amertume qui vous resterait dans la gorge.

Et je désirais aussi vous féliciter pour Saint Ouen. Je l'ai appris ce jour en m'informant sur les participants de cette année.
Revenir en haut Aller en bas
http://amboise-vouvray.actifforum.com/
Guillaume_de_Jeneffe
Gaspode en errance
avatar

Nombre de messages : 37
Date d'inscription : 31/03/2009

MessageSujet: Re: Campement flamando-licorno-tout ce qu'on veut   Dim 21 Oct - 22:25

- Mais duchesse, bien fol serait l’homme qui goûterait la moindre amertume lors même que vous seriez présente face à lui ou à se côtés. Et permettez que si de tels personnages peuplent la Touraine, je les éduque à coup de métal, ou vous emmène en mes terres.

Dans ce sourire que certains – flatteurs ou objectifs, la était la question – qualifieraient d’également séducteur et ironique, le Flamand répondait à la jeune dame lui faisant face. Certes, rares étaient celles qui méritaient de sa part le qualificatif de vieille – une aide à la courtoisie, en quelque sorte – mais presque aussi rares étaient celles qu’il appréciait autant que la maîtresse d’Amboise. Certes cela ne tenait rationnellement à rien ou presque. L’immense part de son crédit, elle le tenait de ses deux illustres géniteurs. Mais il avait été consolidé lors de leurs quelques rencontres où il avait trouvé en elle une interlocutrice de première classe, maniant les sous-entendus et déjouant certains pièges tendus avec une aisance remarquable. Mais puisque aujourd’hui il n’était guère question d’union matrimoniale, le ton serait peut-être plus détendu. Peut-être…

« Cela étant, ce serait vous faire injure que de refuser votre présent. Soyez-en donc mille fois remerciée, ainsi que de vos félicitations pour Saint-Ouen. Où vous serez bien entendu la bienvenue, dès que vous désirerez vous y rendre, ou y passer sur la route de Paris… »

Il savait la capitale crainte/haïe/jalousée/méprisée par bon nombre des nobles de France. Et évoquer le sujet était une façon comme une autre de se rappeler à quelle colonne appartenait la Tourangelle.

« Mais rassurez-moi, les séquelles du Tournel disparaîtront bientôt. Je n’aimerais vous savoir navrée si tôt dans votre existence. Laissez aux gens de mon âge le privilège de décorer leur corps de cicatrices diverses et variées ».
Revenir en haut Aller en bas
Ellesya
Gaspode en errance
avatar

Nombre de messages : 32
Localisation : Tours, Amboise, ...
Titre nobiliaire : Duchesse d'Amboise et de Luynes, Vicomtesse de Montbazon, Baronne de Vouvray
Date d'inscription : 27/08/2009

MessageSujet: Re: Campement flamando-licorno-tout ce qu'on veut   Mer 24 Oct - 16:11

Le regard d'acier scruta un peu mieux les traits et surtout l'air qu'arborait le vieux chevalier. Elle se méprenait sans aucun doute. Il était juste courtois, comme une déformation devenue naturelle, car elle n'ignorait plus la réputation qu'il s'était forgé auprès de la gent féminine.
De plus, elle pouvait être sa fille ou même peut-être sa petite-fille.
Oui, il s'agissait juste de formules de politesse.
Rassurée par sa réflexion, elle s'apaisa et entretint la conversation.


J'en connais bien un qui, en Touraine, ressent de l'amertume en ma présence.
Mais il ne mérite nullement d'être passé par les armes. J'éprouve de l'amitié pour lui. Et c'est bien là son tourment.


Elle n'en tirait pas de satisfaction comme ses sourcils temporairement froncés et son regard accroché aux gants qu'elle retirait en parlant l'exprimaient. La douleur diffuse que Château Renault manifestait presque constamment en sa présence et ce, depuis longtemps maintenant, ne cessait de la faire osciller entre sa volonté de ne point jouer un sentiment qu'elle n'éprouvait pas et celle de le réconforter afin qu'il regagna son sourire.
Petit soupir et vague haussement d'épaules.
Elle releva le menton et s'adoucit alors.


Par chance, si je n'ai pas quitté le champ clos du Tournel en selle, je n'ai pas souffert de ma chute.
Il s'agit plutôt d'un mal qui m'a affligé durant le trajet de retour et les semaines qui suivirent. Mais voyez, j'en suis remise maintenant.

Quant à ma peau, elle n'a plus grand chose d'un parchemin vierge à cet égard. C'est à mettre sur le compte d'une joute et de la guerre. Mais je n'avais pas l'ambition de la conserver telle qu'à ma naissance donc il n'y a pas de mal à mes yeux. Et comme ce n'a été soumis qu'à mes yeux, tout est pour le mieux!


Elle aurait pu tenir sa langue mais avait lancé cela avec un naturel presque joyeux. Mais, subtile ou non, l'aveu lui semblait utile pour étoffer le portrait qu'on pouvait se faire d'elle. Que cela lui nuise ou non, cela dépendait des valeurs de son interlocuteur.
Elle reprit.


Celui qui m'a élevée est l'homme le plus couturé et estropié que j'ai pu rencontré, en dehors de Falco de Cartel. Ce sont des histoires de nos vies. Cela ne m'effraie pas.
Je serais bien moins brave face à l'idée de la mutilation, j'avoue. Et les douleurs qui précèdent les cicatrices, c'est évident.


Toujours debout puisque aucun siège n'avait encore été offert, elle jouait avec ses gants.

Quoiqu'il en soit, je vous remercie et accepterai certainement votre invitation de séjourner à Saint Ouen. Cela me changera de Saint Ouen les Vignes où je passe le plus clair de mon temps lorsque je ne suis pas à Amboise ou Tours. Il y a là un couvent où j'aime à me retirer ou recevoir des soins lorsque c'est nécessaire.

La situation en Touraine devient nauséabonde et changer d'air sera sûrement salvateur.

Mais vous, comment allez-vous ? Et Gaïlen ? Et Bérénice?

Revenir en haut Aller en bas
http://amboise-vouvray.actifforum.com/
Guillaume_de_Jeneffe
Gaspode en errance
avatar

Nombre de messages : 37
Date d'inscription : 31/03/2009

MessageSujet: Re: Campement flamando-licorno-tout ce qu'on veut   Jeu 25 Oct - 1:40

Vierge ? Elle était vierge ? Bon, il savait que la noblesse avait certains principes, dont celui d’arriver intact au mariage, un principe qui était plus souvent celui d’arriver intactE au mariage, et qu’une frange de l’aristocratie s’y tenait. Il était vrai aussi que sa propre fille était elle aussi toujours pucelle. Étonnant qu’elle confesse cela comme… Il y était, elle l’avait fait à dessein, il ne pouvait en aller autrement. Sans cela, elle aurait rougi, un peu au moins, et accusé un tout autre comportement. Du moins en était-il convaincu. Certaines portaient la chose comme une tare, d’autre comme un trophée, mais rares étaient celles qui semblaient n’aborder le sujet qu’en passant, comme on évoquerait une joute perdue ou une robe déchirée. Ce qu’il ne voyait pas, encore, c’était la raison pour laquelle elle le lui avait dit. Il était, pour l’instant, à cent lieues de penser qu’elle avait besoin de se hausser à ses yeux ou de parfaire son portrait.

Toutefois, elle évoquait déjà son envie de quitter la Touraine, comme pour faire écho à ce qu’elle disait quelques instants plus tôt de celui qui n’était pour elle qu’un ami. Peut-être, effectivement, si autre chose la retenait, quelque chose de plus fort, elle y resterait et s’y battrait. Mais il ne put approfondir car déjà elle l’amenait à un sujet qu’il avait jusque là su éviter. Soit. Puisqu’il n’était guère moyen de l’esquiver.


- Ces derniers temps, Bérénice a suivi de façon très appliquée les leçons de plusieurs des meilleures abbesses de Flandre qui lui ont appris une bonne part de ce que je ne peux lui enseigner. Quant à Gaïlen, ma foi, il apprend vite et bien. Et je ne le dis pas pour vous complaire ou pour vous arracher un sourire de fierté. Je gage d’ailleurs que pour vous voir plus largement sourire, il serait de bon ton de vous offrir à vous asseoir, puisque vous ne semblez point faire partie de celle que ma présence dérange.

Joignant le geste à la parole, il souleva un tabouret orphelin et le présenta à la duchesse.

« Je n’ai hélas rien de plus confortable à vous offrir. Pour les cathèdres, chaises et autres coussins, il vous faudra en effet prendre le risque de vous rendre dans le Saint-Ouen que je possède ».

Attirant à lui un autre de ces tabourets à trois pieds où l’assise était assurée par une épaisse feuille de cuir, il se mit au niveau de son interlocutrice.

« Et je serai ainsi votre sauveur. Ce qui me fera plus jalouser par les hommes de France que vous ne seriez enviée par les dames de notre bon royaume… Ne serait-ce d’ailleurs pas là une belle chanson à faire ? Guillaume de Jeneffe, le vieillard envié. Je devrais trouver quelque jongleur capable de rimer cela, en Paris » acheva-t-il dans un franc sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Ellesya
Gaspode en errance
avatar

Nombre de messages : 32
Localisation : Tours, Amboise, ...
Titre nobiliaire : Duchesse d'Amboise et de Luynes, Vicomtesse de Montbazon, Baronne de Vouvray
Date d'inscription : 27/08/2009

MessageSujet: Re: Campement flamando-licorno-tout ce qu'on veut   Ven 26 Oct - 17:35

Ellesya accueillit le siège rudimentaire avec un sourire de remerciement et glissa un « c'est parfait ainsi » en réponse. Ses gants furent abandonnés non loin d'elle et ses mains reposèrent sur son giron tandis qu'elle écoutait les divagations courtoises de Guillaume. Oscillant entre amusement et scepticisme, la jeune femme rétorqua.

Je note que vous vous instituez d'emblée le personnage principal puisque le titre vous serait entièrement dédié !

En tout cas, si la situation devait être telle que vous la présentez, c'est peut-être qu' « elles » vous connaissent trop et qu' « ils » ne me connaissent pas assez ... ?


Les lèvres livrèrent une jolie expression de son plaisir à plaisanter à leur dépend à tous deux.

Néanmoins, si je n'ai aucun don pour jouer avec la langue et faire chanter les mots, je serai ravie de profiter d'un tel spectacle. A l'occasion de l'inauguration de votre nouvelle demeure peut-être ? Ou bien Saint Ouen est déjà selon vos goûts et ne nécessite pas de rénovation ?

Et quitte à parler demeure, résidez vous le plus clair de votre temps en Flandres ou ailleurs ? Je me posais la question récemment. Je vous apprécie et vous considère comme un ami mais j'en sais assez peu sur vous, même si votre réputation vous précède. Mais les réputations... et comme je peux être curieuse...


La tête légèrement penchée sur le côté, ses traits reflétaient effectivement de l'affection et une note de malice. C'est qu'elle n'oubliait pas certains thèmes à aborder ou du moins à approfondir.
Revenir en haut Aller en bas
http://amboise-vouvray.actifforum.com/
Guillaume_de_Jeneffe
Gaspode en errance
avatar

Nombre de messages : 37
Date d'inscription : 31/03/2009

MessageSujet: Re: Campement flamando-licorno-tout ce qu'on veut   Sam 27 Oct - 13:58

Retour de bâton numéro un : bien reçu sur la caboche ! Car quoi qu’elle s’en défende, la Louveterie avait les crocs acérés et la langue bien joueuse dès lors qu’il fallait mettre le Flamand sur le grill. Toutefois, au contraire de saint Laurent, Guillaume ne s’en plaignit nullement, même mentalement. Tout au contraire se réjouissait-il de recevoir de telles piques qui l’assuraient, s’il en était encore besoin, de sentiments qu’on lui témoignait. Il en allait en effet du chevalier comme de certains autres de son temps qui savaient déceler dans le ton des reproches, feints ou sincère, la nature d’une relation, avec d’autant plus de facilité ici que la jeune duchesse la précisa par la suite.

- Oh, Saint-Ouen n’est en rien « achevé » au sens où vous l’entendez, que du contraire. J’en ai très récemment pris possession et je dois dire que j’ai dans un premier temps paré au plus pressé. Le manoir, ainsi qu’on l’appelait jadis, fut avant tout penser comme le siège d’un Ordre de chevalerie dont les membres ne vivaient point comme en Ryes. Il s’agissait plutôt d’un… d’un hôtel ou mieux d’un lieu de travail. Les commodités nécessaires à son habitation ont de ce fait longtemps été négligée. Et c’est à peine si aujourd’hui deux ou trois chambres, une grand’salle et un cabinet de travail peuvent parfaitement accueillir des invités. Pour le reste, je crains bien qu’il faille attendre la Saint-Michel prochaine avant de le voir remis en état. Songez que je n’ai encore ni salle d’armes, ni lice, ni, pire encore, de bombardes pour le défendre. Je ne sais même, pour répondre à votre question, si j’y résiderai souvent. Quand je dois me rendre à Paris, j’use soit des appartements du Louvre auxquels me donne droit ma fonction soit de la tour Saint-Michel que la Licorne possède dans les remparts de la ville. Et quand je ne suis à Paris, je suis en Flandre, en Marchiennes ou Tournai. Sans parler, bien entendu, de Ryes. Enfin, peut-être les choses changeront-elles, qui sait ? Et me rapprocherais-je de l’Île-de-France…

Souriant, il se détourna un instant pour servir deux rasades de calva, témoin archéologique de son implantation normande, dans deux pintes dont il tendit la première à sa vis-à-vis.

« J’espère que le nectar de pomme que l’on produit en Normandie ne vous déplaît point, car il me plairait de trinquer avec vous à l’amitié dont vous me faites la joie de m’assurer. Tout en m’intriguant… Quelle est donc cette réputation que l’on me fait ? J’en connais une bonne part, c’est certain, mais enfin, je ne peux moi non plus m’empêcher d’être curieux… »
Revenir en haut Aller en bas
Ellesya
Gaspode en errance
avatar

Nombre de messages : 32
Localisation : Tours, Amboise, ...
Titre nobiliaire : Duchesse d'Amboise et de Luynes, Vicomtesse de Montbazon, Baronne de Vouvray
Date d'inscription : 27/08/2009

MessageSujet: Re: Campement flamando-licorno-tout ce qu'on veut   Dim 28 Oct - 19:03

Voilà ! Une langue mieux tenue enfermée sous le dôme du palais n'aurait pas offert cette occasion au nouveau duc de la mettre dans l'embarras.
Parce que c'était plutôt embarrassant de devoir dire à un homme de sa stature qu'il est dépeint dans l'imaginaire collectif -pour ce qu'elle en savait- comme un satyre oublieux de son âge. D'autant plus quand on est profane dans l'art de rataconniculer (c'est moche à l'oreille et à l'oeil mais merci Rabelais!) à défaut de l'être dans les jeux solitaires.
Ou devoir aborder les rumeurs sur le malheur qui avait accablé son mariage quand on a souffert soi-même de la vision de parents malheureux, l'une par l'abandon de son époux durant une décennie, l'autre par des démons sans nom à la fois chassés et nourris de cet alcool dont il abusait. Autant dire que si elle se réconciliait avec Arduilet, sa rancune était tenace contre le Taureau.
Ou d'énoncer encore d'autres choses plus ou moins farfelues dont sa mémoire n'avait retenu que des bribes dont elle aurait été bien incapable de tirer des propos sensés.

Heureusement, l'eau-de-vie lui offrit un sursis dont elle abusa en en savourant les intenses senteurs.
Comme Guillaume n'allait pas disparaitre par magie, elle fut bien obligée de délaisser le calvados.


A l'amitié ! Qu'elle ait autant de saveur que cette eau-de-vie !

Et puisque vous vous risquez à l'égratigner par les racontars, je vais devoir vous rapporter dans les grandes lignes ce que j'ai pu entendre de vous. Bien que je sois absolument persuadée que je ne vous apprendrai rien.

J'ai été mise en garde à votre sujet -d'habitude quand on met en garde, c'est plutôt contre les coureurs de dots!- ... Enfin, quoiqu'il en soit, on vous a présenté comme étant sous l'emprise d'Asmodée.

Ne me demandez pas qui a pu parlé de vous, vous ne tirerez aucun aveu de ma part sur la question.

Sans rien savoir des faits, je préfère accroire que vous êtes plutôt tourné vers Sylphaël ou, au pire, égaré entre les deux. Si ce devait être le cas, j'espère que vous saurez prendre autant soin du bonheur de votre âme que du plaisir de votre corps. Le premier n'est pas à négliger au dépend de l'autre. Surtout que l'Après sera bien plus long que notre séjour terrien.

Voyez, je suis certaine qu'il n'y a pas de nouveauté.


Et hop, on sourit et on parait détendue, avec plus ou moins de succès selon la sensibilité de son interlocuteur. On évite dans la foulée le sujet qui fâche.
Une petite gorgée pour une bonne contenance ? Hmmm, oui, et pour le plaisir !
Revenir en haut Aller en bas
http://amboise-vouvray.actifforum.com/
Guillaume_de_Jeneffe
Gaspode en errance
avatar

Nombre de messages : 37
Date d'inscription : 31/03/2009

MessageSujet: Re: Campement flamando-licorno-tout ce qu'on veut   Mer 31 Oct - 18:52

Le sourire qu’il arborait se mua rapidement en un sourire en coin où brillaient quelques unes de ses dents. Il hocha la tête à quelques reprises tandis que lui étaient contés les racontars courant sur son sujet. Si seulement les gens cherchaient à comprendre avant d’hypothétiser. Certes, et il ne se le dissimulait pas, le Flamand aimait les femmes, et aimait les aimer. Il ne reculait d’ailleurs que rarement devant la séduction, qu’il ait ou non l’intention de « conclure » comme le dirait plus tard une élégante moustache rousse. Mais cela n’avait jamais eu lieu lors de ses années de mariage, à l’exception de quelques rares soirées lors de son « absence », ni lorsqu’il avait engagé sa fidélité. Mais, simultanément, il se réjouissait et s’amusait d’entendre courir de telles rumeurs, y trouvant la certitude que tous ne le trouvaient pas encore trop vieux pour exister. Car pour se livrer à la luxure, la condition sine qua non est bien d’exister, non ?

Toutefois, il était hors de question de ne pas garantir l’esprit de la Louveterie de ces accusations. Après avoir avalé une longue gorgée de calva, il posa son godet et répondit, enfin :


- Asmodée, rien que cela. J’en suis impressionné, moi que ne pensais être qu’un petit pécheur, me voici élevé au rang de lieutenant du démon. Non, soyons sérieux. Je ne nie pas avoir effectivement commis le péché de chair, je m’en suis d’ailleurs toujours repenti et confessé, l’abbé de Marchiennes pourra vous en assurer. Et je gage que si tel était vraiment le cas, ce ne serait pas occupé à lire ou à écrire que vous m’auriez trouvé mais occupé à de bien moins aristotéliciennes choses.

Il lui fallait tout de même une bonne dose de culot, au Jeneffe, pour affirmer cela avec un tel aplomb vu ce qui avait eu lieu ici même un an plus tôt. Quoique ce qui avait alors relié l’alors vicomte à la vicomtesse dépassait, et de beaucoup, la luxure.

« J’espère donc donner raison à la confiance que vous placez en moi car si, en effet, il n’y a rien de neuf à vous entendre me dire cela, je n’aimerai guère que vous y apportiez foi. Votre amitié m’est bien trop précieuse pour cela. Quant au plaisir… ma foi, je n’y suis pas hermétique, encore qu’il ne dirige pas ma vie. Mais quand on passe plus de la moitié de l’année, lorsque l’on est chanceux, en campagne et que le reste du temps vous bombarde de responsabilités, j’avoue croire qu’il peut nous octroyer un répit bien mérité. Reste à ne pas se faire gouverner par lui, comme le roi Édouard III le fut à la fin de son règne… »

Et encore la question de l’âge qui revenait, tel un leitmotiv, cette fois accompagnée de celle de la fin de carrière.
Revenir en haut Aller en bas
Ellesya
Gaspode en errance
avatar

Nombre de messages : 32
Localisation : Tours, Amboise, ...
Titre nobiliaire : Duchesse d'Amboise et de Luynes, Vicomtesse de Montbazon, Baronne de Vouvray
Date d'inscription : 27/08/2009

MessageSujet: Re: Campement flamando-licorno-tout ce qu'on veut   Jeu 1 Nov - 0:30

Sya écoutait avec attention, un peu mal à l'aise malgré tout que la discussion ait pris une tournure plus inquisitrice. Mais c'était lui qui l'avait voulu en relevant son propos tout à l'heure. Au moins, le calva contrebalançait son vague malaise en le nuançant d'une non négligeable décontraction.
Le geste un peu nonchalant, la jeune duchesse créa un petit tourbillon dans le fond de la pinte.


Mon amitié ne serait pas remise en cause pour ce genre d'affaires. Chacun est maître de ses choix et tant qu'on ne me nuit pas...

Haussement d'épaules puis une nouvelle gorgée tandis qu'elle rassemblait ses réflexions et chassait les honnis de ses pensées.

Néanmoins, je vais apporter une nouvelle touche au portrait que j'ai de vous : une once d'orgueil que vous venez de me confirmer ou le goût de l'exagération peut-être...
J'ai parlé d'emprise. Je n'ai pas avancé que vous étiez un fidèle serviteur du prince-démon, ni que vous en étiez un lieutenant.

Mais je cesse là de vous ennuyer à ce sujet.


Un fin sourire égaillait ses traits. Elle fut tentée de jouer la moralisatrice sur l'intérêt de se confesser lorsqu'on recommence ses écarts par la suite. Ou de lancer quelques piques, nées d'une vexation inattendue, sur le fait que l'expression de son vice aurait été d'être affairé avec une tierce personne et non de tenter de la circonvenir.

Et je recommence avec un autre...

La lèvre inférieure fut éphémèrement prise entre ses dents alors que son amusement animait son regard clair, hérité de son ascendance maternelle. Acier poli ou tranchant selon les circonstances, discrètement pailleté d'émeraudes lorsque la lumière s'y prête. Et surtout où elle aime à se mirer lorsque qu'en lieu et place d'un miroir, c'est son cousin qui se tient.

Si je résume bien vos propos quant à Saint Ouen...
Vous m'y invitez et me laissant entendre qu'il s'agit d'un lieu confortable et que vous pourriez dans la foulée vous instituer en sauveur de ma personne. Idées qui m'agréent.

Mais en réalité, l'accueil y sera des plus sommaires et probablement hors de votre présence. C'est bien cela ?


Un peu noirci le tableau ? Si peu...
Elle pinça les lèvres, faussement contrariée, puis reprit sur un ton innocent.


La simplicité ou même la rusticité ne me causent aucune sueur froide. Mais si le maître des lieux ne peut m'honorer de sa présence, je trouverais sans souci une autre tanière temporaire.
Mon Saint Ouen me suffit amplement lorsque je recherche l'isolement.
Revenir en haut Aller en bas
http://amboise-vouvray.actifforum.com/
Guillaume_de_Jeneffe
Gaspode en errance
avatar

Nombre de messages : 37
Date d'inscription : 31/03/2009

MessageSujet: Re: Campement flamando-licorno-tout ce qu'on veut   Jeu 1 Nov - 3:00

Orgueil, vanité, jactance, là étaient bien des points que nombre de ses contemporains tenaient pour le propre des chevaliers. La vérité était, comme souvent, ailleurs mais pour y accéder il était indispensable de sauter ces barrières consciencieusement dressées sur la route des curieux. Et si Ellesya fut vexée de ne pas être l’objet de l’attention du chevalier, le chevalier fut vexé que la jeune fille le pense orgueilleux. Il aurait voulu s’en expliquer, là, et lui livrer sa vérité. Or, déjà la Tourangelle en venait à d’autres questions, d’autres réflexions. Réflexions qui venaient à nouveau le jeter sur le grill. « Bah, laissons-lui la conduite de la discussion cette fois » se résolut le duc. Il serait bien temps de prendre le relais à une autre reprise…

- Duchesse, Saint-Ouen vous sera ouvert en toute occasion, que je sois ou non en ses murs. Mais dès lors que vous le désirez, je me fais fort d’y être présent afin de vous y accueillir. Et si cela doit me conduire à y résider plus souvent, ma foy, je m’en accommoderai aisément. Tout comme, je l’espère, vous vous accommoderez de ma tendance à parfois exagérer ou forcer certaines réalités. Car je ne me pense pas pris d’orgueil, non, mais je crois plutôt que…

Mmmmh, comment exprimer cela en des termes simples et surtout sans donner l’impression de s’enfoncer soi-même en cherchant à se sauver d’une accusation qui, de ce fait, paraîtrait plus vraie encore ? Là était le risque dès lors que l’on ne dirigeait pas soi-même la conversation, on ouvrait des brèches aux questions les plus à même de vous déstabiliser.

« Non, c’est en fait tout autre chose. Il m’arrive en effet de grossir le trait. Mais il n’y a là nul orgueil, que du contraire. En certaines circonstances, il s’est en effet révélé indispensable de passer pour plus que ce que l’on est. Sur un champ de bataille, vous devez faire voir à ceux qui vous suivent et ceux qui s’opposent à vous que vous ne craignez rien de ce qui pourrait arriver et, plus encore, que vous êtes persuadé de la victoire prochaine. C’est une question de survie, pourrait-on dire. Et je crois que cette habitude de me poser en capitaine a influé sur mes expressions, ce qui m’amène à me dire lieutenant là où vous me qualifiez de suppôt. Mais je reste, je pense, lucide sur mes qualités et mes défauts. Je vous promets de dorénavant garder par-devers moi ces abus de langage, car il me peinerait que vous me voyiez tel le paon qui n’a de cesse de se faire admirer ».

Pour une fois, le duc avait parlé sans ces réflexes nés des années de politique et sans construire son discours comme l’argumentaire d’un débat. Il avait abandonné la structure au bénéfice de l’honnêteté. Restait à voir si celle-ci avait été comprise par la Louveterie…

« Non, ce n’est pas cela que j’aimerais lire dans vos beaux yeux, loin de là… »
Revenir en haut Aller en bas
Ellesya
Gaspode en errance
avatar

Nombre de messages : 32
Localisation : Tours, Amboise, ...
Titre nobiliaire : Duchesse d'Amboise et de Luynes, Vicomtesse de Montbazon, Baronne de Vouvray
Date d'inscription : 27/08/2009

MessageSujet: Re: Campement flamando-licorno-tout ce qu'on veut   Jeu 1 Nov - 17:45

Fin du jeu. Fin de la facilité. Car il est en effet souvent plus aisé de se livrer et de sonder sur un ton badin lorsque les deux interlocuteurs y sont réceptifs.
Elle n'en apprécia pas moins les paroles de Guillaume et changea naturellement de registre, que ce soit dans l'attitude ou pour la réponse qui viendra.

A sa conclusion, elle lui offrit simplement un sourire vrai, sans malice, surtout pour sa franchise et un peu pour le compliment, et se pencha vers l'avant pour toucher brièvement la main libre de son vis-à-vis. Pas un geste de réconfort comme pour un malade, ni une caresse en guise d'invitation, simplement un contact « sans prendre de gants » -les siens gisaient sur un meuble non loin- comme expression de compréhension et d'attention.


Si d'aventure, je venais à songer qu'il vous manque un peu d'humilité, je veillerais à remettre cela en perspective d'après ce que vous venez de m'expliquer et que je comprend.

Quant à gardez pour vous vos « expressions », ma foi... Je serais navrée que vous ne soyez pas vous-même en ma compagnie.Un discours plat et mesuré ne sied pas aux discussions vivantes.
Ma marraine est la Glaciale et il est fréquent que l'on me juge froide. Imaginez si nos discussions perdent le peu de chaleur que je suis capable d'y mettre.


Une note d'auto-dérision. Elle n'avait pu s'en empêcher mais elle ne poussa pas plus loin le commentaire et reprit sur un ton normal.

Je viendrais avec plaisir à Saint Ouen et sûrement sous peu, si cela vous convient toujours. Comme je l'ai dit, j'aimerais un peu changer d'air.
Quant à votre présence, il est évident que je n'oserais me rendre chez vous sans que vous y soyez. Surtout pour une première fois. Toutefois, j'ai très bien conscience qu'à moins d'être sans charges et sans attaches, nul n'a la totale liberté de son temps.


Très bien conscience de cela ? Oh oui, malheureusement. Les jaloux de son ascendance et de son nom oublient toujours qu'il y a un revers à cette médaille.

Aussi je vous demanderais de ne pas vous mettre martel en tête à cause de mon séjour chez vous. Je n'ai pas besoin que l'on mette tienne la main et compagnie quotidiennement. Et j'aimerais encore moins devenir un poids.
Puis, peut-être que durant mon escale en votre demeure, je pourrais être utile. Dans le cas contraire, je profiterais simplement de l'automne et des journées raccourcies.


Et alors, si vous ne vous êtes alors pas encore lassé de ma présence, nous nous connaîtrons mieux et peut-être que vous pourrez aisément lire ce que je pense, directement dans mes yeux. Vous pourrez peut-être vous rassurer quant à ce que je pense de vous ?

Enfin ! Tout cela dans le cas où, vous, vous ne me découvriez pas maints défauts que j'aurais jusqu'à présent réussi à dissimuler !
Revenir en haut Aller en bas
http://amboise-vouvray.actifforum.com/
Guillaume_de_Jeneffe
Gaspode en errance
avatar

Nombre de messages : 37
Date d'inscription : 31/03/2009

MessageSujet: Re: Campement flamando-licorno-tout ce qu'on veut   Jeu 1 Nov - 20:59

Alors qu’elle lui touchait la main, le Flamand se demanda le pourquoi du comment. À nul moment il n’avait cru que la duchesse l’invitait à fouler aux pieds les règles de la morale qu’elle se faisait un devoir d’observer. Il n’avait pas l’impression non plus qu’elle voulait l’apaiser en agissant de la sorte, se sentant particulièrement calme en ce moment. Et l’idée qu’elle pourrait désirer l’assurer de la vérité de ses paroles fut rapidement évacuée car tous deux semblaient, du moins à ses propres yeux, se parler en toute franchise, les sous-entendus n’étant là que pour pimenter la conversation et non pour tenter de tromper l’autre. Peut-être voulait-elle ainsi marquer son accord à ce qu’il disait espérer, comme l’on scelle une promesse. Peut-être… mais rien n’était moins sûr.

Aussi se résolut-il à ne pas – encore – tout savoir de la jeune fille et fut-il parfaitement attentif à ce qu’elle lui dit ensuite.


- Il me semble au contraire que vos défauts, répondit-il, si même ils étaient aussi nombreux que vous le laissez entendre, ne pourront en aucun cas se révéler à la hauteur de vos grâces et qualités. Preuve en est votre proposition de m’aider dans l’entretien de ma neuve demeure. Je vous en remercie mille fois, mais espère ne pas avoir à vous infliger cela. Il serait malvenu que, venue pour vous reposer de la vie tourangelle, vous vous trouviez à diriger un chantier. Et, hormis si vous m’épousez, je gage que cette responsabilité ne repose que sur moi, acheva-t-il dans un sourire qui se mua subrepticement en un rire rapide. Il ne concevait ce mariage que comme un sujet de plaisanterie, certain que son interlocutrice penserait de même. Car si, et certaines le lui affirmaient de temps à autres, des jeunes filles le pouvaient désirer, imaginer que la duchesse d’Amboise puisse être du lot et, plus encore, qu’elle escompte devenir son épouse se situait très très haut dans l’échelle de l’impossibilité qu’il avait dessiné au fur et à mesure de ses longues années.

Brisant là la plaisanterie, il prit un ton plus sérieux, même si le sourire n’avait pas quitté son visage, pour poursuivre.


« Quoiqu’il en soit, j’espère que votre séjour vous apportera ce que vous désirerez y trouver et je me réjouis d’avance à l’idée de pouvoir vous mieux connaître. Alors, peut-être, parviendrais-je à vous comprendre aussi aisément que j’entends les théologiens de Sorbonne ou les poissonniers d’Anvers, dont pourtant la langue est bien moins agréable que la vôtre ».
Revenir en haut Aller en bas
Ellesya
Gaspode en errance
avatar

Nombre de messages : 32
Localisation : Tours, Amboise, ...
Titre nobiliaire : Duchesse d'Amboise et de Luynes, Vicomtesse de Montbazon, Baronne de Vouvray
Date d'inscription : 27/08/2009

MessageSujet: Re: Campement flamando-licorno-tout ce qu'on veut   Ven 2 Nov - 0:07

Ses grâces et qualités ? C'est qu'elle avait bien changé depuis qu'elle avait quitté le nid d'aigle savoyard où Tyr et ses Fléaux l'avaient élevée rudement et affectueusement. Le parcours, ensuite, avait été douloureux pour être ce qu'elle était. C'était d'ailleurs sa dernière parcelle d'enfance qu'elle s'était pour l'instant refusée à sacrifier dans les draps d'un amant. Pour rester la petite Walkyrie qu'elle dissimulait maintenant avec un naturel inquiétant.
Mais elle accueillit avec un sourire et un léger rosissement des pommettes les propos galants du Duc. Elle était loin d'en être sevrée même si elle ne l'avouerait pas. Les courtisans avaient été plus que rares jusqu'à l'année d'avant. Au point qu'elle s'était persuadée d'être insignifiante et certainement dénuée d'attrait, hormis ses titres.
Toujours était-il que ce n'était pas ce qu'elle était venue chercher, si tant est qu'elle est eut un but autre que le plaisir de la rencontre.

Le calva finit par disparaitre de son contenant, en petites gorgées disséminées au fil de la discussion.


C'est vraiment aimable de votre part.

Cela étant dit, j'ai beau être fatiguée de la vie tourangelle, je ne le suis pas de la vie tout court. Aussi, ma proposition, pour inconvenante qu'elle paraisse, était sincère. Sans m'instituer maîtresse de lieux. J'en ai suffisamment à ma disposition que pour y exercer ma tyrannie.

Quant à vous épouser, l'idée est loin d'être déplaisante. Néanmoins, ce n'est pas mon ambition lorsque je songe à mettre les pieds en votre demeure. Vous avez sûrement mieux à faire que de vous encombrer d'une toute jeune épouse. Et imaginez si je désirais ardemment une abondante descendance...


Elle ponctua sa remarque d'un air un peu amusé à cette pensée, non sans scruter discrètement la réaction de Guillaume.
Quelle vengeance envers son compagnon d'armes qui s'était détourné d'elle au bout d'un long chemin de croix sentimental parce qu'elle était trop jeune pour lui. Lui qui n'avait pas les deux tiers de l'âge du Chevalier.
Ou contre son cousin qui venait de lui annoncer un mariage sans amour avec une bretonne qu'elle allait doter elle-même, autant par élan de gentillesse que pour d'autres plus sombres raisons.
Ou encore contre Hakon qui avait choisi l'Eglise alors que tout le monde les voyait mariés.
Mais ces tristes motivations ne tiendraient jamais face à ses convictions.


L'année dernière, vous avez subi mon laïus concernant le mariage, en présence de votre fille. Vous savez donc comment je l'imagine.

Cela lui semblait une conclusion satisfaisante en ce qui la concernait. Resterait à parler de la génération suivante. Tôt ou tard.
Revenir en haut Aller en bas
http://amboise-vouvray.actifforum.com/
Guillaume_de_Jeneffe
Gaspode en errance
avatar

Nombre de messages : 37
Date d'inscription : 31/03/2009

MessageSujet: Re: Campement flamando-licorno-tout ce qu'on veut   Sam 10 Nov - 20:33

Guillaume fut pour le moins surpris de voir son interlocutrice rebondit sur sa plaisanterie. Ainsi, elle tenait vraiment à aborder la question d’épousailles communes… Il lui fallut user de son long entraînement à la dissimulation pour cacher ce trouble passager. Certes la jeune fille disposait de nombre d’arguments pro s’il lui fallait réfléchir à la pertinence d’une telle union. Une personnalité affirmée, un verbe tranchant, une tête bien faite, une silhouette agréable, des fiefs remarquables et en quantité et un lignage qui devait faire l’envie des trois quarts de la noblesse de France. Au surplus, elle semblait même ne pas rejeter l’idée.

Le Flamand se contenta toutefois d’un fin sourire en matière d’expression non-verbale, assez mystérieux pour ne pas se dévoiler tout entier et assez clair pour ne pas donner l’impression qu’il rejetait l’idée comme indigne de lui ou saugrenue. Vexer une amie, voila bien ce qu’il ne tenait point à « réussir ».


- Je m’en souviens et le sais donc fort bien, en effet. Et de ce fait, je pense que vous seriez loin de vous montrer encombrante. Quant à avoir une nombreuse descendance, peut-être serait-ce là le moyen de me sauver définitivement des rets d’Asmodée ?

Ponctuant sa phrase d’un clin d’œil amical, il se leva pour accueillir un messager tout couvert de terre et de poussière sur lequel on devinait toutefois, sous une macule difficilement descriptible, les signes de son attachement à la maison du Roy. L’homme avait visiblement couru de nombreuses lieues avant d’atteindre le Lavardin.

« Duchesse, je crains que mes obligations ne viennent nous interrompre, j’en suis navré. Je vais donc me retirer quelques instants et vous laisser en cette tente le temps de régler cette affaire. Considérez-y vous chez vous, aussi longtemps que vous le désirerez. J’espère que tout ceci ne durera pas trop longtemps… »
Revenir en haut Aller en bas
Ellesya
Gaspode en errance
avatar

Nombre de messages : 32
Localisation : Tours, Amboise, ...
Titre nobiliaire : Duchesse d'Amboise et de Luynes, Vicomtesse de Montbazon, Baronne de Vouvray
Date d'inscription : 27/08/2009

MessageSujet: Re: Campement flamando-licorno-tout ce qu'on veut   Jeu 15 Nov - 23:44

Aux paroles précédant l'arrivée du messager, elle se contenta d'un sourire en réponse. Sourire à la fois amusé et légèrement espiègle, à défaut de coquin. C'est que les scènes sous-entendues par leurs taquineries venaient de lui apparaître avec pour différence notable avec ses songeries friponnes habituelles que son partenaire de jeux n'était alors pas un jeune corps à la virilité triomphante et au visage indéfini.

Avec certitude, l'arrivée impromptue de l'envoyé lui sauvait la mise car elle ignorait comment elle aurait pu réagir par la suite. Nul doute qu'elle se serait sortie de la situation sans paraître trop bêtement embarrassée mais il n'y avait rien de plus ennuyeux que de ne plus pouvoir s'adresser à un ami que sans le regarder dans les yeux.
Pour sûr, la vision risquait de la travailler un certain temps.

Lorsque Guillaume fit part de son intention de s'éclipser, elle jeta un coup d'oeil à ses gants, donnant ainsi un objectif valable à son regard clair. Et elle avait affirmé:


Je comprends et vous remercie.

Il n'était alors plus là quand elle soupira profondément et se resservit un verre. Il lui avait dit de faire comme chez elle. Elle n'allait certes pas se commander un bain mais un verre, ça, elle pouvait se le permettre sans problème.

Dégustant le breuvage tranquillement, elle fit quelques pas sous l'abri de toile, en profitant pour découvrir mieux les lieux et y tirer quelques connaissances supplémentaires sur le Chevalier. L'agencement et le mobilier lui parurent pratiques tout en étant de qualité. Elle réprima néanmoins sa curiosité en évitant de toucher à quoi que ce soit. Elle revint enfin vers son siège et rêvassa à quelques futilités avant de revenir aux paroles échangées. Et réfléchit plus sérieusement à cette possibilité. Mais quand bien même ses sentiments pour le vieux Chevalier venait à évoluer, nul doute que sa fille risquait de constituer un écueil.
Et puis, il avait dit qu'il doutait qu'elle soit « encombrante ». Peut-être... mais son ressentiment était encore trop vif envers son père et sa conduite que pour accepter sans broncher l'absence de celui qu'elle se choisirait pour époux. De cela, elle en était sûre.
Mais peu importait, se dit-elle en se relevant. Ce n'était que gaie causerie.


Alors conservons ce ton et cette bonne humeur...

Ayant remarqué un nécessaire d'écriture durant son « inspection », elle en tira un petit bout de parchemin et une plume taillée qu'elle trempa dans l'encre.

Revenir en haut Aller en bas
http://amboise-vouvray.actifforum.com/
Guillaume_de_Jeneffe
Gaspode en errance
avatar

Nombre de messages : 37
Date d'inscription : 31/03/2009

MessageSujet: Re: Campement flamando-licorno-tout ce qu'on veut   Dim 18 Nov - 18:33

Hélas pour le chevalier, et sans doute aussi pour nos lecteurs, le messager qui était venu le « déranger » n’avait pas été des plus laconiques, que du contraire. Les nouvelles qu’il apportait entraînèrent une longue réflexion dans le chef d’un Flamand qui ne pouvait se reposer sur ses dossiers pour y trouver réponse mais se trouvait forcer d’explorer les recoins de sa mémoire. Il se malaxa donc les tempes à plus d’une reprise avant de fournir une réponse construite et cohérente.

Durant tout ce temps, il oublia parfaitement la duchesse d’Amboise, absorbé une nouvelle fois par une charge décidément bien pesante. Il n’y avait plus de mariage, de Gaïlen ou de Bérénice qui tenaient mais plutôt des ordres, conseils et informations à envoyer en tous lieux. Sans s’en rendre compte, il venait de démontrer une nouvelle fois que son existence ne lui importait que peu face à ce qu’il considérait être sa mission. Comme si avoir littéralement blanchi sous le harnois n’était pas déjà un avertissement suffisant. Alors que d’autres rêvaient de finir dans le lit d’une maîtresse tué à 80 ans par une bande de jaloux – tué par UN mari, ça ne vous semble pas manquer d’ambition ? –, Guillaume de Jeneffe espérait-il pousser son dernier soupir au Louvre, au milieu d’un conseil royal ? Et si poser la question c’était y répondre ?

Toujours fut-il que lorsqu’il revint, ce fut pour trouver une tente désormais vide de toute présence féminine, seul un petit billet fixé par une pierre sur l’écritoire rappelant que peu de temps auparavant l’endroit résonnait d’une discussion finalement bien surprenante. Ce fut donc au tour de Guillaume de pousser un profond soupir et de se servir une pinte de bière avant de lire les deux lignes.

Deux lignes et plus de promesses encore. Sages, peut-être, mais amicales, certainement. L’engagement de se revoir, le souhait d’une situation qu’elle espère meilleure pour lui. Que demander de plus ? Pliant précautionneusement le parchemin, il le glissa dans son pourpoint. Dans quelques minutes, ensuite, il donnerait l’ordre du départ. Et du retour à la vie publique, à cette vie par laquelle et pour laquelle il existait.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Campement flamando-licorno-tout ce qu'on veut   

Revenir en haut Aller en bas
 
Campement flamando-licorno-tout ce qu'on veut
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Besoin de conseils - Ma xbox refuse de s'éteindre
» Mission Juillet 2013 : Tableau de Ferme, Bâtisseur de l'Impossible.... [facebook]
» [Jour IV] Tout le monde veut devenir un cat !
» Littlest Pet Shop / Mes tout petits amis (Kenner) 1992
» Mon lapin ne veut pas se reveiller

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Castel Lavardin :: La Forteresse du Lavardin :: Les Festivités de la Saint Michel :: Saint Michel 1460-
Sauter vers: