Le domaine du Lavardin en Vendomois, Uchronie des Royaumes Renaissants (1451 - ?)
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Vicomté] Langeais

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
LLyr di Maggio
Maistre de céans
avatar

Nombre de messages : 3949
Age : 44
Date d'inscription : 17/12/2007

MessageSujet: [Vicomté] Langeais   Mar 18 Déc - 0:14



Héraldisme
Fief Vicomtal
Description du Blason : d'or à la mouette d'argent, volant et plongeant en bande, tenant dans son bec un poisson du même, au chef de sable chargé trois tours crénelées d'argent, essorées et girouettées de gueules, ouvertes et maçonnées aussi de sable
Ancien nom : -
Devise : alae gaviae vicus
Actuel Seigneur : Dame Boubou
Ancien Seigneur : -
Nom des habitants : Langeaisiens, Langeaisiennes
Seigneuries historiques :
Seigneuries RR octroyées :


Histoire (réelle)
Aux environs de l’an mil, la Touraine est convoitée par deux seigneurs : le comte d’Anjou, Foulque Nerra, et le comte de Blois, Eudes Ier. A la fin du Xe siècle, Foulque Nerra conquiert la place de Langeais, non loin de Tours. Un château est alors fondé sur le promontoire. Il ne reste de cet ensemble que les vestiges du « donjon ». Langeais connut ensuite une histoire mouvementée, tour à tour occupée par les comtes de Blois et d’Anjou. En 1044, Langeais passe, avec toute la Touraine, entre les mains des Plantagenêts, puis dans celle des rois d’Angleterre, leurs héritiers. C’est en 1206 que Langeais entre dans le domaine royal français, par suite des victoires de Philippe Auguste sur Jean sans terre. A partir de cette période, le fief de Langeais est concédé à divers grands seigneurs proches du pouvoir royal.

Langeais, pendant la guerre de Cent Ans, fut le repaire épisodique de bandes armées. Charles VII, conscient du danger que pouvait représenter ce type d’occupation, décide de reprendre possession des lieux : la seigneurie est rachetée en 1422, et les fortifications autres que la « grosse tour » furent abattues.

Langeais, pendant la seconde moitié du XVe siècle, demeure une place importante. Ainsi, Louis XI, en réaction à la Ligue du Bien Public (coalition de grands seigneurs constituée contre le roi) à laquelle participe activement le duc de Bretagne, décide de faire bâtir un nouveau château à l’extrémité orientale de l’éperon. Le chantier est en pleine activité en 1465 et en 1467. La direction de ces travaux est assurée par Jean Bourré, fidèle conseiller du roi, en coopération avec Jean Briçonnet, autre serviteur du roi et alors premier maire de Tours.

Cependant, les troubles de la ligue du Bien Public s’apaisent et, à partir de 1468, Louis XI aura à lutter contre un ennemi bien plus dangereux : le duc de Bourgogne, Charles le Téméraire. Les travaux s’arrêtent ; le château, construit sous l’impulsion royale, fut cédé dès juillet 1466 au cousin du roi, Dunois, fils du compagnon de Jeanne d’Arc.

C’est dans le château de Dunois qu’eut lieu le mariage de Charles VIII et d’Anne de Bretagne, à l’aube du 6 décembre 1491. Ce mariage mettait fin aux troubles entre la France et la Bretagne, et constituait le début du rattachement de la province à la royauté française.

Le mariage eut lieu en présence d’une petite assistance, dans une des grandes salles du château. Le contrat de mariage stipulait quel les deux conjoints se faisaient mutuelle donation de leurs droits sur le duché ; de plus, Anne s’engageait à épouser, si le roi mourait sans enfant mâle, le nouveau souverain. C’est ce qu’il advint : les enfants du couple royal étaient morts à la naissance ou en bas âge. Charles VIII mourut en 1498, au château d’Amboise. Anne de Bretagne épousa alors le cousin de Charles VIII, Louis d’Orléans, qui régna sous le nom de Louis XII.

Après le XVe siècle, le château de Langeais fut cédé à diverses personnes et ne fut guère entretenu. Seul Christophe Baron, propriétaire à partir d'avril 1839, avait entrepris des travaux de restauration et acheté une collection de mobilier. Malheureusement, son fils, pour régler des dettes importantes, vendit une grande partie de cette collection. Après le décès du fils Baron, le château fut acquis par Jacques Siegfried.

Jacques Siegfried, né à Mulhouse en 1840, était un homme d’affaires très actif : banquier, il fut aussi chargé par le gouvernement français de rechercher les meilleurs moyens de développer le commerce français à l’étranger. Il était aussi passionné par l’art du Moyen Age et acquit, le 28 juillet 1886, le château de Langeais. Il passa alors presque vingt ans de sa vie à le restaurer et le remeubler, restituant ainsi le cadre de vie de la noblesse de la fin du Moyen Age. En 1904, il donna le château et sa riche collection à l’Institut de France, qui en est toujours propriétaire.

Vestiges préhistoriques et antiques
  • Grotte de la Roche-Cotard : importante station paléolithique.
  • Pointe de lance à ?illets, trouvée par les dragages de sable en Loire.


Lieux particuliers
  • Le Donjon : La cour intérieure et les jardins du Château sont dominés par les vestiges d’un donjon carré bâti autour de l’an mil par Foulques Nerra, Comte d’Anjou, le terrible “Faucon Noir”. Ne subsistent aujourd’hui que ses murs nord et est et quelques éléments du mur ouest.
  • Le Pont suspendu :
    Le pont de Langeais, avec ses tours et ses châtelets interpelle les touristes. C’est un des monuments les plus photographiés de notre ville. Au risque de décevoir les visiteurs, le pont n’est pas contemporain du Château.
    La décision de construire un pont remonte à 1839 (ordonnance de Louis Philippe).
    La première pierre est posée en 1846 et l’inauguration a lieu en grande pompe en 1849. En 1859, la foudre détruit une partie du pont. Reconstruit, il est une nouvelle fois inauguré en 1861.
    Pendant la guerre de 1870, les câbles sont coupés par décision militaire et voilà notre pont suspendu encore une fois hors d’usage. Il sera reconstruit et remis en service en 1874. Jusqu’en 1888, un droit de péage est exigé des passants.Remanié, transformé dans son aspect extérieur, il sera à nouveau inauguré en 1936. L’ouvrage est partiellement miné en 1940 et le tablier du pont s’écroule. Il sera réparé en 1946 au moyen d’une passerelle posée par-dessus. Entre temps on utilisait le bac pour traverser. Après 11 mois de travail assidu, le pont est remis en service le 8 novembre 1950. Ce pont impressionnant et majestueux a connu en 150 ans bien des vicissitudes de l’histoire et reste un “Géant aux pieds d’argile.”
  • L'église St-Jean-Baptiste : Saint Martin ordonna la construction d’une église et d’un baptistère à Langeais vers l'an 380 : ce fut la première église rurale de la Touraine. Au Xème siècle fut construite une basilique dédiée à Saint Jean-Baptiste. Son clocher-porche date des Xème et XIIème siècles. La flèche a été élevée vers 1450. Reconstruit à plusieurs reprises, le clocher a subi le mauvais temps, la foudre et les tremblements de terre. L’abside du XIIème siècle, la sacristie et le clocher ont été classés en 1914 et 1933. Sous l’abside, la crypte, que l’on peut visiter, appartient à l’église du Xème siècle.
  • L'église St-Laurent : Église paroissiale jusqu’à la Révolution, vendue comme bien national, incendiée en 1861, convertie en atelier, c’est un des rares édifices religieux de Touraine qui ait fait l’objet de fouilles systématiques.
    Initialement, elle comportait une nef rectangulaire de neuf mètres de large, précédée d’un porche et suivie d’un petit chœur rectangulaire.
    Le chevet fut postérieurement reconstruit sur un plan nouveau. L’emploi du moyen appareil à gros joints rubannés, la présence de colonnettes encadrant la fenêtre de l’abside et l’absence de tout décor permettent de dater cette reconstruction vers la fin du XIème siècle. Le pignon du transept est décoré d’appareil réticulé.
    On voyait naguère, incrustée dans le chevet, une dalle sculptée en cuvette d’une croix aux bras de laquelle étaient suspendus “L’Alpha et l’Oméga”. Elle provenait sans doute de l’édifice primitif. Celui-ci a été daté par Octave Barbeau d’avant les invasions normandes, la partie occidentale de la nef appartenant à une seconde restauration du Xème siècle.
    Selon la chronique, c’est l’Abbaye de Beaulieu-lès-Loches qui aurait fondé à Saint-Laurent un prieuré-cure au temps de Foulques Nerra, donc avant 1040 : ce doit être de cette époque que datent les vestiges les plus anciens.
    L'église n'est pas visitable mais des spectacles ou des concerts y sont organisés durant l'été.
  • Le château de Châteaufort : Situé route de Hommes, le Château, de construction moderne, a remplacé un édifice ancien. Châteaufort tire son nom d’une forteresse temporaire que Foulques Nerra établit au même endroit, pendant sa lutte contre les Comtes de Blois et avant la construction du donjon de Langeais.
  • La Roche-Cotard : Sur la route de Tours, à flanc de coteau, se trouve le Château de la Roche-Cotard, construction du XVIème siècle flanquée de tourelles. Des fouilles réalisées en 1912, puis en 1975-76-77, ont permis la découverte d’un important site préhistorique de l’époque paléolithique. On ne peut malheureusement pas visiter ce site, mais le mobilier, les armes et ossements découverts ont été transférés dans les collections de la Société Archéologique de Touraine à l’”Hôtel Gouïn”, rue du Commerce à Tours et au Musée de la Préhistoire du Grand-Pressigny, où une reconstitution du site est présentée.
  • Maison dite "de Rabelais" : En face du Château, à l’angle de la rue Gambetta et de la rue Charles VIII, une maison Renaissance passe pour avoir été habitée par Rabelais, sans que rien ne confirme cette tradition.
  • La Maison des "Trois Rois" : Près du Château se trouve l’une des plus anciennes maisons de Langeais. Construite au cours du XVème siècle, elle a probablement été élevée en même temps que le Château.
  • A flanc de coteaux, dans les carrières d’extraction du tuffeau, ont été aménagées de nombreuseshabitations troglodytiques.
  • Rue Anne de Bretagne, non loin du Château, on trouve deux autres maisons du XVIème siècle, dont l’une est décorée de pilastres
  • Ancienne église Saint-Laurent* (IMH), dans la vallée de la Roumer : nef en petit appareil 11ème, transept 12ème, abside et absidioles en cul-de-four (en péril).
  • Chapelle de La Châtaigneraie 1856, style 15ème.
  • Chapelle de Chemilly 19ème.
  • Pont suspendu sur la Loire.
  • Anciens moulins à eau.
  • Châteaux : La Châtaigneraie 1846 ; Bresne 16ème et 19ème ; Vernou 19ème ; Montfleury 19ème.


Economie

  • Carrières.
  • Champignonnières.
  • Vignes.
  • Elevage.
  • Pisciculture.
  • Scierie.
  • Spécialités gastronomiques (charcuteries, champignons farcis, matelote de Loire).
  • Usine de briques réfractaires, ayant remplacé la fabrique de faïences fines du 19ème, dites "faïences de Langeais".

_________________
Avatar(c)(t)(r) 2006-Fay'Raya
Revenir en haut Aller en bas
http://Terresdeleyt.free.fr
Felian
Publivore
avatar

Nombre de messages : 89
Age : 31
Localisation : Loches
Titre nobiliaire : Seigneur de Saint-Nazaire de Ladarez
Date d'inscription : 03/11/2008

MessageSujet: Re: [Vicomté] Langeais   Lun 30 Avr - 20:21

Citation :
Geoffrey, fils de Rolland de Bourgueil et de Lydie, Duc de Bourgueil.
Mattane, deuxième Duc de Touraine a écrit:
Moi, Mattane, Duc de Touraine elevons au titre de Vi-comte, Vicomtesse et Baron, Baronne les personnes cités pour leur travail effectuer au conseil comme me le confere le droit en vigueur
  • Trinity recoit les terres de Montrésor et le titre de Vicomtesse
  • Boubou recoit les terres de Langeais et le titre de Vicomtesse
  • Fnor recoit les terres de Montbazon et le titre de Vicomte
  • Adric recoit les terres de Villandry et le titre de Baron
  • Jason recoit les terres de Sainte Maure et le titre de Baron
  • Zygomar recoit les terres d'Azay-le-Rideau et le titre de Baron
  • Aymeric recoit les terres de Montrichard et le titre de Baron
  • Whell recoit les terres de Preuilly et le titre de Baron
  • Morgwen recoit les terres de Vouvray et le titre de Baronne


Fait à Tours en l’an de grâce 1453 le 6 septembre
Mattane
Duc de Touraine
le Duc apposa le sceau ducale
Revenir en haut Aller en bas
Felian
Publivore
avatar

Nombre de messages : 89
Age : 31
Localisation : Loches
Titre nobiliaire : Seigneur de Saint-Nazaire de Ladarez
Date d'inscription : 03/11/2008

MessageSujet: Re: [Vicomté] Langeais   Mer 24 Déc - 13:45

Armoiries de la ville : D'or à trois melons de sinople.
Armoiries de la prévôté en 1310 (sceau) : De ... à une fleur de lys renfermée ans une rose de six lobes, celui du haut occupé par une couronne, les cinq autres par des fleurs de lis coupées.


Notes : Clairmortier (les écluses), Vernou (idem), Le Puy Pellerin (Crassay), La Guerinière (St Michel sur Loire), Gruais (Crassay), La Châteigneraie (Idem et les écluses),


Sources :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2100434/f18.image.r=Carr%C3%A9%20de%20Busserolle,%20Jacques-Xavier.langFR
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Vicomté] Langeais   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Vicomté] Langeais
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Vicomté] Langeais
» Seigneurie issue de mérite de Le Bois d'Oingt (Vicomté d'Oingt)
» [Vicomté] Baudricourt - Charlemagne von Frayner
» [Seigneurie] Langeais
» Vicomté de Clermont en Trièves

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Castel Lavardin :: Aile Héraldique :: Salle Nobiliaire :: Touraine-
Sauter vers: