Le domaine du Lavardin en Vendomois, Uchronie des Royaumes Renaissants (1451 - ?)
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Seigneurie de l'Isle Bouchard] Brizay

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
LLyr di Maggio
Maistre de céans
avatar

Nombre de messages : 3949
Age : 44
Date d'inscription : 17/12/2007

MessageSujet: [Seigneurie de l'Isle Bouchard] Brizay   Lun 31 Déc - 17:48

Brizay

Généralités historiques
"Brisiacum", mentionné en 1050.
Seigneurie des Brizay, puis des La Hussaudière.
Ancienne commanderie des templiers de L'ile-Bouchard.

Vestiges préhistoriques et antiques
Dolmen dit le Palet de Gargantua.
Sarcophages mérovingiens.

Architecture civile
Château du Haut-Brizay 15ème et 19ème.
Manoir des Hautes-Charpentières 17ème.
La Commanderie 19ème (à la place du domaine des Templiers).

Architecture sacrée
Eglise Saint-Pierre* 12ème, remaniée 15ème : nef lambrissée 12ème, travée couverte par une fausse coupole, ch?ur lambrissé à chevet plat 15ème, clocher carré 15ème, porche moderne, portail en accolade 15ème.

Brizay, commune du canton de l'Ile-Bouchard,
arrondissement de Chinon, à 44 kilomètres
de Tours, 20 de Chinon et à 3 de l'Ile-Bouchard.
Brisiacum, vers 1050 (charte de Geoffroy
de l'Ilo-Bouchard). Brisaius, vers 1119
(charte de Marmoutier). Brisaicus, Briseium,
xn" siècle (charte de l'abbaye de Turpenay).
Parochia de Brisaio, xm8 siècle (Cartulaire de
l'archevéchéde Tours et Lib.juram.). – Brizay,
cartes de Cassini et de l'état-major.
Elle est bornée, au nord, par la commune de
Tavant; à l'est, par celle de Theneuil; à l'ouest,
par Lemeré; au sud, par cette dernibre commune
et par la Tour-Saint-Gulin, Elle est arrosée par le
ruisseau de la Fontaine des Hauts-Champs, qui
vient de la commune de Tbencuil et va se jeter
dans la Vionne, sur les limites de Tavant et de
I'Ile-fiouchard. Elle est traversée par le chemin
BRI BRI
55
de grande communication n» 53, d'Azay-lu-Rideau
à Bichelieu.
Les lieux, hameaux et villages suivants sont
compris dans la territoire de cette commune
La Brèche (12 habit.), ancien fiof, relevant de
Boislégat. La Deteurbe (14 habit.). Crèze et
le Petit-Crèze (41 habit.), ancien fief. Cléré
(35 habit.). Boislégat (13 habit.), ancien fief,
relevant de Crissé et de Brizay. Les Ilautes-
Charpentières, ancien fief, relevant de l'Ile-Bouchard.
Les Basses-Charpenlières, ancien fief,
relevant du prieuré de Lièze. Le Haut-Brizay,
ancien fief, relevant de la châtellenie de l'lle-
Bouchard. Les Bournais, ancien fief. Aubigny,
connu dès le x° siècle. La Commanderie,
ancienne propriété de l'ordre de Saint-Jean
de Jérusalem. Les Jaunaies, ancien fief,
relevant de l'Ile-Bouchard. Vau-MarLin, ancien
fief, relevant de Honcée. La Chaumine,
les DelTorges, Mocrate, Croisne, la Pichardière,
Goury, Pamplie, le Plessis, Grosbois, etc.
Avant la Révolution, la paroisse de Brizay
était dans le ressort de l'élection de Richelieu et
faisait partie du doyenné de l'lle-Bouchard et de
l'archidiaconné d'outre-Vienne. En 1793, elle dépendait
$u district de Chinon.
Superficie cadastrale. 143Ghectares. Le
plan cadastral, dressé par Brutinel, a été terminé
le 20 mars 1832.
Population. 57 feux en 1762. 283 habit.
en 1801. 281 habit. en 1804. 2G9 habit. en
1808. -250 habit. en 1810. – 2(it habit. en 1821.
574 habit, en 1831. 290 habit, en 1841
251 habit. en 1851. 280 habit. en 18G1. 269
habit, en 1872. 209 habit, en 1877.
Bureau de poste et perception de l'Ile-Bouchard.
Plusieurs auteurs ont pensé que Brixis (ou
Brixeis), cité par Grégoire do Tours parmi les
localités où saint Eustoche, évoque de Tours,
fonda des églises, au v. siècle, devait être traduit
par Brisay. Cette traduction a été donnée
par Hadrien de Valois (Notit. Gall., 57 1), de la
Ponce (Mém. de la Soc. archéol. de Tour., IX,
185), A. Jacobs (Géographie de Grégoire de
Tours, 99), et A. Salmon (Chronicon archiep.
Turonensium). Clialmel (Hisl. de Touraine, I,
93) et E. Mabille (Notice sur les divisions territoriales
de l'ancienne province de Touraine,
29), traduisent par Bray (aujourd'hui Reignac).
Cette dernière interprétation, que nous regardons
comme exacte, a pour elle le témoignage même
d'IIadrien de Valois qui, tout en voulant identifier
Brixis à Brizay, nous conduit, sans s'en
douter, à conclure que ce lieu n'est autre que
Bray. Voici, en etfet, comment il s'exprime
Bi Uis vIlm, mt/t>' videtuf esse Breti» caeirum^
in Gestis dominorum Ambaciensium et Brisay
nunc dici. Évidemment, pour tirer une pareille
conclusion, il ne s'était pas suffisamment rendu
compte des indications topographiquea fournies
par l'ouvrage sur lequel il s'appuie. Voici les
passages de cet ouvrage où il est question de
Bresis
Erat etiam eis auxilio, Albericus de Monthesauro,
filius Buchardi, Hugoni hominium
debitum facere renuens, Archambaudus Bresis,
cui comes oppidum suum abslulerat, Hugoni
sororio suo favebat qui omnia quse eranl
circa pochas et in confinio Montricardi et
Monlhesauri deleverunt. Duo illi fratres Gosselinus
et Hugo ob ssevitiam et superbiam suam
a militbus Haioe, quos mullum deturpabatil
occisi sunt.
Ilugo tune Archambaudus ex amico {actus
inimicus, Bliriacum (Bléré) munit, milites et
famidos ibidem ponit, quidquid circa Dresim
(Bray) invenit vastando delevit Larchaiacum
(Larçay), Vernovum (Vernou), vicos archiepiscopales
cremavit. E contra Gisebertus milites
et clientes multos Bresis posuil, qui Campaniam
fere totam usque ad Carum fluvium,
excepto Bliriaco, vastaverunt. Quadani die
Archambaudus Bresis et sui, Caro flurnine
(le Cher) nocte evadalo, terrain Hugonis intraverunt;
quod Hugo comperiens eadem nocte
copiis suis congregatis, summo mane illos terram
suam reperit, quos invadens, fusos fugatos
que Carum transire coegit, muliis que captis,
reliquos usque ad Andresium fluvium
(l'Indre) fugavit; Archambaudus vero usque ad
Lochas fugiens evasit. Non longo post tempore,
Hugo Bresim iterum, excepte-domicilio, Mura
succendit et cremavit.
On voit, par ce texte, que Bresis était à portée
de Bléré et de la Champagne tourangelle, qui
s'étendait du Cher à l'Indre, et qu'il ne saurait
être question ici de Brizay, dont nous connaissons
la situation.
Quelques écrivains ont vu dans Brizay le Briotreis
de Grégoire de Tours. Nous avons dit ailleurs
que ce mot répondait à celui de Bléré. V.
Bléré.
L'église actuelle de Brizay, placée sous le vocable
de saint Pierre, offre quelques parties qui
remontent au xi* siècle. L'abside et le clocher
paraissent être du xv". Le droit de présentation
au titre curial appartenait à l'abbé de Meaubec,
du diocèse de Bourges.
Au xvu* siècle, la revenu de la cure était de
600 livres.
En 1855,M. l'abbé Bourassé a signalé dans un
rapport sur une excursion archéologique à l'Ile-
Bouchard et Brizay, l'existence d'une pierre tombale
placée sous le porche de l'église de cette
dernière paroisse. « On y voit sculptée en relief,
dit-il, la figure d'un chevalier, portant à ses côtés
rûi.u de ses armoiries, Sîillicartasement le temps
a détruit et la forme des traits, et les meubles
héraldiques de l'écusson et les lettres de l'inscription.
»
Curés DBBbizay. J.-L. Bourguignon, 1654.
BRI BRI
Louis Mangot, 1614. Jacques Gauldrée,
1709. Auvinet, février 1710. Pierre-Charles
Lambert, 1711, 1756. Étienne Martin, 1753.
Jacques-Joan-Baptisto Quenclle, 1769. Olivier-
Antoine Leridon, 1783-90, 1801. – Gervais jeune,
1841. Gervais aine, 1862. Guy, 1864.
Le siége de la Commanderie de l'Ile-Bouchard,
de L'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, était à
Brizay. La chapelle, dédiée à saint Jean, existait
encore en 1787. Le Registre de visite des chapelles
domestiques du diocèse de Tours constate qu'àà
cette époque elle était en bon état. On voit, par une
déclaration de Léon-Hyacinthe Lingier de Saint-
Sulpice, commandeur de l'Ile-Bouchard, faite
sous la date du 18 novembre 1790, que ce commandeur
résidait à Brizay. La commanderie possédait
50 arpents de terre environ dans cette paroisse
et des renles s'élevant à 500 boisseaux de
tous grains. De plus, le titulaire percevait la
dime des Courances, paroisse de Theneuil; la
dîme de Migny, paroisse de Parçay; la dîme de
Cravant et celle de Rnzines. La maison du
Temple, paroisse de Rivarennes; les métairies et
le moulin du Temple, paroisse de Nouâtre; la
métairie de Tantan, paroisse de Draché; le moulin
du Temple et la métairie de l'Hôpital, paroisso
de Balesmes, dépendaient de la même
commanderie.
Le territoire de Brizay formait un fief relevant
de la châtellenie de l'Ile-Bouchard. Le siège de la
seigneurie était au Haut-Brizay.
SEIGNEURSDE Brizay.
I. Ernauld, ou Arnauld de Brizay, chev.,
vivant en 1050, est le premier seigneur connu. Il
possédait aussi la terre de Chourses, dans le
Maine. 11 eut, entre autres enfants Burchard,
qui suit; Simon, mentionné dans une charte de
l'abbaye de Bourguail, de 1050, concernant la
fondation du prieuré de Saint-André de Mirebeau
et Hugues, dit de Chourses.
Il. Burchard (ou Bouchard), dit de Chourses,
soigneur de Brizay, vivant en 1080, out deux enfants
Aimery de Brizay et Patri de Chourses. Ce
dernier est mentionné dans une charte de 1081.
III. Aimery de Brizay, premier du nom,
seigneur de Brizay, en Touraine, et de la Roche-
Brizay, en Poitou, comparut en janvier 1094 dans
une donation faite par Gautier de Montsoreau, à
l'abbaye de Saint-Florent de Saumur. Il eut
quatre enfants Pierre, qui suit; Aimery, vivant
en 1131; Geoffroy, cité dans une charte de l'abbaye
de Fontevrault, de 1125; et Guillaume, que
l'on voit figurer en 1133, dans la charte de fondation
d'Asnier-le-Bellay.
IV. Pierre de Brizay, premier du nom, eliev.,
seigneur de Brizay et de la Roche-Brizay, est cité
dans une bulle du pape Calixte II, donnée à Marmoutier
le 15septembre 1119, en faveur de l'abbaye
de Fontevrault, dont il fut un des princlpaux
bienfaiteurs. Il eut trois fils Pierre, Alo I"
et Effroy.
V. – Alo (ou Halo) de Brizay, premier du nom,
seigneur de Brizay et de la Roche-Brizay, figure
commo témoin dans une charte de Hugues de
l'Ile-Bouchard, de 1140, relative à des donations
faites par son père à l'abbaye de Turpenay. Il est
mentionné dans une autre charte de 1164.
VI. Alo de Brizay, deuxième du nom, fils du
précédent, seigneur de Brizay et de la prévôté de
Restigné, vivait en 1180-1207. eut trois enfants:
Alo, qui suit; Pierre, mentionné dans une charte
de Notre-Dame de Mireheau, en 1213; et Josselin,
prévôt de Faye-la-Vineuse.
VII. Alo de Brizay, troisième du nom, chev.,
seigneur de Brizay, de la Roche-Brizay et de Destilly,
mourut avant 1253. En 1232, il avait fait
une donation à l'abbaye de Fontevrault. En
1234, il céda au Chapitre de Saint-Martin de
Tours la part qu'il possédait dans le droit de
voirie sur la terre de Restigné. Neuf ans après, il
donna à l'abbaye de Fontevrault une rente en
grains, à percevoir sur la terre de Dastilly.
VIII. Pierre de Brizay, deuxième du nom,
fils du précédent, et do Sybillo de N., fit don, à
la même abbaye, en 1253, d'une rente annuelle
de 12 seliera de froment, à prendre sur la terre du
Haut-Brizay. Il eut cinq enfants 1" Pierre, chevalier-
banneret, vivant en 1299; 2" Hugues, marié
à Philippe de Marmande, dame du Coudray,
fille de Guillaume de Marmande, chev., seigneur
du Coudray (1279); 3* Guy, dont on parlera
plus loin 4' Pierre, seigneur du Petit-Brizay
5" Guillaume, mentionné dans des chartes de
1290-1302.
IX. Guy de Brizay, chev., seigneur de Brizay,
servit, en 1297, dans l'armée envoyée en
Flandre par Philippe le Bel.
X. Alo de Brizay, quatrième du nom, fils du
précédent, chev., seigneur de Brizay, de Destilly,
la Roche-Brizay, etc., épousa, par contrat passé
à Chinon lo 14 mars 1323, Béalrix do Montejean,
dont il eut cinq enfants Alain V, qui suit;
Isabeau, femme d'Eschivard, baron de Preuilly
Marguerite, mariée, en premières noces, à Guy
de Laval, décédé en 346; et, en secondes noces,
à Louis Rouaull, seigneur de la Motte; Alix et
Agnès de Brizay.
XI. Alo do Brizay, cinquième du nom
chev., seigneur des mêmes lieux, vivant eu 1374,
eut trois enfants do son mariage avec Berthelonne
ou Bertaude de la Jaille Gilles, qui suit; Aimery,
vivant en 1405; Jeanne, femme de Jean
Prevost, chev., seigneur du Châtelier-Porlault.
XII. -Gilles de Brizay, chev., seigneur de Deslilly,
la Hoche-lirizay, etc., combattit à la bataille
de Nicopolis, le 28 septembre 1 300, et fut fait prisonnier.
Il mourut peu de temps après, dans l'Ile
de Metelin, tandis qu'il retournait en France. De
son mariage, contracté le 26 octobre 1394, avec
Marguerite de Hocbechouart, tille d'Aimery de
BRI BRO
Rochechouart, seigneur deMortemarl, et de Jeanne
d'Archiac il eut un fils unique, Jean.
XIII. Jean de Brizay, chev., seigneur de
Brizay, de Doussay, d'Availles, St-Germain, etc.,
né au château de Destilly le 9 août 1390, fut
autorisé par le roi, en 1440, à fortifier son flefde
Brizay. Il épousa Jeanne do Linières, dame de la
Ferté-Gilbert et en out, entre autres enfants
Émar, mort sans postérité; Jacques I", qui suit;
Ëmar, seigneur de Lespinay Catherine, femme
de Louis de Valory, seigneur de Destilly.
XIV. Jacques de Brizay, premier du nom,
cliov., seigneur de Doussay, de la Roche-Brizay,
Saint-Germain, etc., fut marié, par contrat du
12 janvier 1472, avec Françoise de Beauvau, fille
do Pierre de Beauvau, chev., seigneur du Rivau,
et d'Aune de Fontenay. Il laissa, entre autres enfants,
Jacques II de Brizay.
XV. Jacques de Brizay, deuxième du nom,
chev., seigneur de la Roche-Brizay, de Saint-
Gcrmain, etc., cul doux enfants de son mariage,
contracté en 1521, avec Françoise du Bec René,
décédé sans postérité en 1608; et Madeleine, mariée
à René de Puyguyon.
Après la famille de Brizay nous trouvons Jeanne
de France, dame dc Brizay en 1553; Simonne
Journyer, 1563; la famille de la Barre; la
famille de Lomeron; Louis Boizard, lieutenant-
général du bailli de Touraine au bailliage
de Chinon; René-François Benoit de la Hussaudière,
chev., seigneur de la Hussaudière et du
Haut-Brizay, chevalier de Saint-Louis, ancien
capitaine d'infanterie (1789).
Dans les diverses éditions do l'Annuaire du
département d'Indre-et-Loire (Diction. des
villes et communes), il est dit que le château de
Brizay « appartenait à la famille de Maillé, qui
et fut ensevelie sous les ruines des plafonds qui
« s'écroulèrent tous à la fois » ot que « Simon de
« Maillé, archevêque de Tours, qui se trouvait à
« un étage supérieur, survécut seul à ce dé-
« sastre. » II y a là une erreur. L'événement dont
il s'agit s'est cn effet passé, non à Brizay, qui
n'a jamais été la propriété des de Maillé, mais au
château de Brézé, en Anjou (canton de Montreuil-
Bellay, arrondissement de Saumur). Lo chàteau
de Brézé a été possédé par cette famille depuis le
xiv siècle jusqu'au xv8.
Maires DE Brizay. Ferret, 1801, 29 décembre
1807. Bonoit Cavé, nommé le 14 décembre
1812. Louis- Pallu-Girard, 1821-28. Le
comte de Sparre, pair de France, lieutenant-général,
nommé le 21 février 1828. CharlesÉlienuo
Grosset, 22 novembre 1834, 29 juin 1837,
juin 1840, 6 août 1846, mal 1871, 13 février 1874,
octobre 1876,janvier 1878.
U. Housseau, II, 533; V, 1980 bis; XII, 0764; XIV.
Arch. d'I.-et-L., chaHes de Turpenay et de Marmoutier,
C, 600; E, 219; G, 13, 14. Biens nationaux. Liber juram.
et Cartul. de Varchevêaké de Tours. Maau, S. et
metrop. ecclesU Tttrmttuis, 134. Registres d'étatcivil
de Brizay et de Rivière. Gallia ehriatiana, Il,
col. 1291. P. Marchegay et A. Salmon, Chroniques
d'Anjou, I, 185, 202. Archives de la Vienne, Prieuré
d'Aquitaine. Pouillé de l'archevéchâ de Tours (1548),
p. 42. Expilly, Diction. des Gaules et de la France, I,
267. A. Jacobs, Géographie de Grégoire de Tours, 99.
D. Martène, Hist. de Marmoutier, I, 67. Recueil de
Fonteneau, XX, 529. – Lhermite-Souliers, Hist. de la noblesse
de Touraine, 308. Lainé, Archives de la noblesse
de France, VIII. -E. MabUle,Notice sur les divisions
territoriales de tancienne province de Touraine,
29, 30, 204. -Beauchet-Filleau, Diction. des familles de
tancien Poitou, I, 474 et suiv. Me'm. de la Soc. archéol.
de Tour., 1, 55; V, US; IX, 185; X, 89. J.-Jf..
Bourassé et C. Chevalier, Recherches sur les égtises ro.
manes en Touraine, 10, 75. Chronique de Tours, 204.
A. Joanne, Géographie d'Indre-et-Loire, 95. An'
nuaire du département dlndre-et-Loire (1840), p. 49.
Annuaire-ahnanach d'Indre-et-Loire (1877), p. 61. P.
Anselme, Hïst. généal. de la maison de France, III, 653
VIII, 838. A. Duchesne, Hist. de la maison de Chasteigner,
171.
Brizay, ou le Haut-Brizay, chat, et
f., c™ de Brizay. C'était le siège de la seigneurio
do Brizay (V. Brizay). En 1825, la général
comte de Sparre acheta cette propriété, composée
de deux cents hectares environ, et la cultiva
d'après la méthode do Mathieu de Dombasle. De
nos jours, M. Goussard de Mayolles, ingénieuragriculteur,
président du Comice de Chinon, l'a
affermée et en a fait une très-belle ferme expérimentale.
(Targan, Les grandes usines en
France et à l'étranger, X, 241-336.)

_________________
Avatar(c)(t)(r) 2006-Fay'Raya
Revenir en haut Aller en bas
http://Terresdeleyt.free.fr
 
[Seigneurie de l'Isle Bouchard] Brizay
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Seigneurie de Charmes] Essegney
» [Seigneurie de Charmes] Savigny
» Seigneurie de Cattenom : Theudric Von Strass
» [Seigneurie de Brissac] Quinçé
» Seigneurie de Chaponnay

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Castel Lavardin :: Aile Héraldique :: Salle Nobiliaire :: Touraine-
Sauter vers: