Le domaine du Lavardin en Vendomois, Uchronie des Royaumes Renaissants (1451 - ?)
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Vicomté] Ussé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
LLyr di Maggio
Maistre de céans
avatar

Nombre de messages : 3949
Age : 44
Date d'inscription : 17/12/2007

MessageSujet: [Vicomté] Ussé   Mar 18 Déc - 1:18



Héraldisme
Fief Vicomtal (Seigneurie des Bueil Historiquement)
Description du Blason : Parti de gueules à la tour ruinée d'argent maçonnée de sable et ajourée su champ en franc quartier et d'or à la couronne de Laurier au naturel en quartier de la pointe senestre et à deux jumelles d'azur brochant sur le tout, posée en barre .
Ancien nom : Uceium (6e), Ucerum
Devise : -
Actuel Seigneur :
Ancien Seigneur : Baya de Prie MontPoupon, Altaiir Auditore da Firenze (félon)
Nom des habitants : Rigny-Usséens, Rigny-Usséennes
Seigneuries historiques :
  • Rigny (Non Historique)
  • Isle Sainct Martin (Non Historique)
  • Bréhémont (Anachronique mais historique)
Seigneuries RR octroyées :


Généralités historiques
  • "Uceium", mentionné au 6ème, Ussé appartint aux Bueil, aux d'Espinay de 1485 à 1557, à Suzanne de Bourbon, aux Bernin de Valentinay jusqu'en 1780, puis au due de Rohan-Montbazon.
  • Erigé en marquisat en 1692 (en faveur de Louis Bernin de Valentinay, gendre de Vauban), puis à nouveau en 1701.
  • Le village de Rigny, dans un vallon de la forêt de Chinon, a peu à peu diminué d'importance au bénéfice de celui d'Ussé, sur la rive gauche de l'Indre.
  • Déjà cité au VIe siècle, sous le nom d' Ucerum (chronique des Turons), le site occupe une situation stratégique, adossé à la Forêt de Chinon, il contrôle le chemin de Chinon vers Tours, et la navigation sur la Loire et l'Indre.
    On trouve dans l'enceinte du château des traces d'occupation préhistorique. Enceintes et vestiges gallo-romains (petit tumulus et tombes).
  • Le premier seigneur connu des terres d'Ussé fut en 1004, le redoutable viking GUELDUIN 1er de Saumur ("Le diable de Saumur"), qui porte les couleurs du Comte de Blois Eude et Thibault II, édifia la première forteresse en bois.
  • Guelduin, guerrier redoutable avait été Seigneur de Saumur, en 1004 il est cité comme Seigneur d'Ussé, de Saumur et de Pontlevoy. Son fils Guelduin II, en 1040 lança la construction en pierre de la première forteresse.
  • Olivier d'Ussé, chevalier croisé vers 1099, sera le premier Seigneur d'Ussé.
  • En 1424 (vers la fin de la Guerre de Cent ans) Jean de Bueil, Seigneur d'Ussé, du chef de sa femme, sera le bâtisseur de la structure de base du château actuel. Le fils épousera la fille de Charles VII et d'Agnès Sorel
  • Au XVe siècle, sur les ruines de cette forteresse Jean V de Bueil commença la construction actuelle, alors château fort. La famille de Bueil était une des plus illustres de Touraine, plusieurs de ses membres s'étaient rendus célèbres pendant la guerre de Cent ans. Jean V de Bueil était capitaine du Roi Charles VII.
  • C'est en faveur de Louis II Bernin de Valentinay que la chatellenie d'Ussé fût érigée en Marquisat en 1700 (le domaine comprenait également les terres de Rivarenne et de Bréhémont).
  • Il est écrit dans le dossier : "La Seigneurie d'Ussé est très considérable, et d'une grande étendue, consistant en un château avec cinq grosses tours et fermé de fossés à fond de cave et pont-levis, dans l'enceinte duquel est une Eglise (chapelle actuelle), qui en est la paroisse où il y a un Chapitre composé d'un Doyen et de cinq chanoines de la Fondation des Seigneurs du dit lieu, avec un parc de soixante arpents, clos de murs, et avec tous les ornements qui peuvent rendre une terre capable de porter un titre éminent".
  • Tous les actes furent officialisés en septembre 1700
  • En 1807, le château passa dans la famille de DURAS. Les cèdres du Liban ramenés de Terre Sainte par CHATEAUBRIAND pour son amie Claire de Kersaint, épouse du Duc de Duras, furent plantés en 1817 (on peut les admirer près de la chapelle)
  • Louis II Bernin de Valentinay est Receveur général des Finances à Tours, Contrôleur Général de la Maison du Roi, en janvier 1691,il épouse Jeanne-Françoise Le Prestre de Vauban, seconde fille du Maréchal de Vauban, ils auront trois enfants, dont Louis Bernin, Marquis d'Ussé, et deux filles, dont la cadette sera religieuse à Sainte Marie de Saint Denis, Jeanne-Françoise de Vauban décèdera le 14 novembre 1713. Vauban viendra donc au Château d'Ussé passer chez son gendre quelques moments de loisirs, il réalisera des plans et des dessins de travaux qui seront exécutés à Ussé. Sa fille sera Dame d'Ussé pendant 22 ans.
  • C'est donc sous Louis II de Valentinay que furent bâties, par le Maréchal de Vauban, la construction italienne et les terrasses du Château, au bout de la belle allée se trouve le Bastion de Vauban, une chambre porte le nom du Maréchal, on lui doit également l'allée des cavaliers.
  • La fille du Duc de Duras légua le château à son petit neveu le Duc de Blacas, dont les descendants sont propriétaires du château.
  • Suzanne de Bourbon fille de Louis prince de La Roche sur Yon acheta sans doute Ussé de la famille d Espinay nous la voyons comparaître comme dame du lieu en 1559 à la réformation des coutumes de Touraine Or cette terre était échue après sa mort à la fille de Claude de Rieux et de Rochefort deuxième du nom sa petite fille à elle Suzanne de Bourbon à cause de son mariage en secondes noces avec Claude I Cette petite fille Louise de Rieux en son nom ayant épousé René de Lorraine marquis d Elbeuf celui ci vendit L ssé à Louis Bernin de Valentinay contrôleur général de la maison du roi t ui laissa cette terre avec sa charge à son fils Louis II Ce seigneur épousa Louise Françoise Le Prêtre de Vauban fille de l illustre maréchal Lorsqu on apprend que ce grand homme continua la reconstruction du châ ieau d Ussé commencé au xvie siècle on s explique l ensemble de grandeur et de puissance que présente cette vaste demeure où la science de l immortel ingénieur semble être venue se jouer après de redoutables travaux en mariant le faste d un monument moitié palais moitié forteresse avec les sites majestueux qui l environnent Ce château appuyant sa structure sévère au coteau boisé qui fuit un peu au sud pour tracer à l Indre une route vers la Loire présente nu type féerique que nous n avons point retrouvé ailleurs On se plaît i le vieillir afin d en l aire le théâtre des aventures de la dame des Belles Cousines et du petit Jehan de Saintré L imagination grandit cette chronique apocryphe elle lui prête les proportions de l épopée et l on regrette quand la raison s éveille de ne trouver sous le voile soulevé de cette séduction caressante qu un fait entièrement fabuleux La tradition locale affirme pourtant l authenticité de ce conte et les narrateurs des bords de la Loire ajoutent
  • Le château d'Ussé correspond parfaitement à cette définition que l'on utilise souvent à propos de sites historiques de notre Val de Loire : rêve et réalité, histoire et légende...
    La situation géographique d'Ussé est exceptionnelle, nid d'aigle accroché aux flans du côteau, adossé à l'immense forêt de Chinon, avec la rivière l'Indre, romantique et paresseuse, et le grand fleuve ligérien, la Loire, dominatrice, parfois terrifiante, toujours envoûtante et majestueuse, en harmonie avec les châteaux qui la bordent.
    "Le long des côteaux courbes et des nobles vallées, les châteaux sont posés comme des reposoirs, et dans la majesté des matins et des soirs la Loire et ses vassaux s'en vont par ces vallées. (Charles Péguy).


Vestiges préhistoriques et antiques
  • On a retrouvé les restes d'une ancienne Villa Gallo Romaine près de l'ancienne Eglise de Rigny. Des fouilles archéologiques sont en cours pour degager les structures de cette construction.


Architecture civile
  • Château d'Ussé** en pierre blanche, 15ème et 16ème (MH et SC) : 3 corps de logis disposés autour d'une cour d'honneur, imposant donjon circulaire 15ème, tours d'angle circulaires, aile 17ème couverte d'une terrasse à l'italienne, chemin de ronde sur mâchicoulis, lucarnes ornées, lanternons ; escalier 17ème, antichambre avec cabinet italien 16ème, mobilier 17ème et 18ème, tapisseries 18ème ; chapelle 16ème ; terrasses fleuries et orangerie 17ème, jardins de Le Nôtre, parc à l'anglaise.

    Le chateau actuel a été construit aux XV et XVIème siècles sur l'emplacement d'une ancienne forteresse médiévale datant du XIème siècle et possèdée par Guelduin de Saumur, un fidèle des Comtes de Blois.

    Au début du XVème siècle le chateau passe par mariage à une grande famille de Touraine, les Bueil. Jean de Bueil Comte de Sancerre et Seigneur d'Ussé meurt en 1477. Son fils Antoine de Bueil lui succède et commence la reconstruction du chateau qui alors a la forme d'un quadrilatère avec un pont levis pour accèder à la cour intérieure. Il était marié à Jeanne, une fille du Roi de France Charles VII et d'Agnès Sorel.

    Antoine de Bueil vend en 1485 le chateau à Jacques d'Espinay issu d'une famille qui a occupé des fonctions importantes à la Cour des Ducs de Bretagne puis à celle des Rois de France. Jacques et son fils Charles ont achevé l'aile est par une entrée en angle entre deux tours et ils ont fait construire l'aile ouest.
    Entre 1521 et 1535 Charles d'Espinay fait construire la Chapelle qui possède des stalles réalisées par Jean Goujon, bien qu'à la base de style gothique elle est enrichie de decors à l'italienne.
    En 1557 René d'Espinay vend Ussé à Suzanne de Bourbon, l'épouse de Claude de Rieux, Seigneur de Rochefort et d'Ancenis sur la Loire. Leur fille Louise de Rieux apporte le chateau à son mari René de Lorraine, Marquis d'Elbeuf. Par la suite et toujours par mariage Ussé passe à Henri de Savoie, Duc de Nemours qui meurt en 1620. Après une succession de propriétaires le domaine est acquis en 1659 par Thomas Bernin, Secrétaire du Roi de France. Ses descendants portent le nom de Valentinay.
    Au XVIIème siècle l'aile nord a été abattue afin d'ouvrir la cour sur la Vallée de l'Indre et au delà vers celle de la Loire.
    En 1664 le Marquis de Valentinay fait amènager des terrasses fleuries à partir de dessins de l'architecte Le Notre. Au XIXème siècle la facade est a été refaite et un batiment construit dans la cour extérieure.
    En 1807 Ussé est acquis par le Duc de Duras et de ce moment à 1813 c'est la résidence de la Duchesse de Duras, une amie de l'écrivain Chateaubriand qui a rédigé ici une partie de son grand ouvrage, les Mémoires d'Outre Tombe.

  • Rigny est le village à l'intérieur duquel se trouve le chateau d'Ussé.
    L'ancienne Eglise de Rigny a été construite au XIIème siècle, elle dépendait de l'Abbaye de Cormery. Sur les murs on peut encore distinguer d'anciennes peintures du XVème siècle.
    Elle n'est plus utilisée pour les offices religieux depuis 1860, date à la quelle une nouvelle église construite au centre du village l'a remplacée.


Architecture sacrée
  • Nouvelle église Notre-Dame 1860 : Vierge de pierre 17ème, triptyque* 15ème attribué à Fra Angelico (provenant de l'ancienne église).
  • Ancienne église Notre-Dame de Rigny* 12ème, remaniée 14ème, 15ème et 18ème (MH), désaffectée : nef unique à voûtes angevines, transept 12ème et 15ème, choeur de 2 travées 12ème et 14ème, façade ornée d'un enfeu ; retable 18ème, peintures 15ème ; source de dévotion ; paroisse de Louis XI chassant en forêt de Chinon (en très grand péril).
  • Chapelle du château Renaissance** (MH) : nef unique de 3 travées, abside à 5 pans, chapelle basse, chapelle 18ème, façade au riche décor ; Vierge* de faïence par Luca della Robbia, stalles* 16ème de Jean Goujon.


Nota Bene : * : Notoire - ** : Exceptionnel - IMH : Inscrit Monument Historique - MH : Monument Historique - SI : Site Inscrit - SC : Site Classé

Sources
  • [url]Commune de Rigny-Usse
  • Site du Chateau de Righny-Ussé
  • Eglise Notre Dame de Rigny

_________________
Avatar(c)(t)(r) 2006-Fay'Raya


Dernière édition par LLyr di Maggio le Mer 9 Mar - 10:49, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://Terresdeleyt.free.fr
LLyr di Maggio
Maistre de céans
avatar

Nombre de messages : 3949
Age : 44
Date d'inscription : 17/12/2007

MessageSujet: Re: [Vicomté] Ussé   Mar 18 Déc - 1:18

Citation :
Par la présente, Nous LLyr di Maggio et d'Astralgan, Maréchal d'Armes de France, Premier Maistre d'Hostel de leurs Majesté le Roy Levan le IIIe de Normandie et la Reyne Catherine-Victoire, Marquise de Valois, Héraut de Touraine, d'Alençon, du Bourbonnais Auvergne et d'Artois par interim faisons acte de la demande de Dame Baya, quant à l'octroi d'un fief de retraite pour lui mesme comme les lois Héraldiques l'y autorisent Sis au fief nommé Rigny-Usséen Touraine.

Apres recherches héraldiques dument enterinées, le Fief de Rigny-Ussé est bien Fief du Duché du Touraine.

Après consultation d'armoriaux, l'écu se référant au dicte fief est de Parti de gueules à la tour ruinée d'argent maçonnée de sable et ajourée su champ en franc quartier et d'or à la couronne de Laurier au naturel en quartier de la pointe senestre et à deux jumelles d'azur brochant sur le tout, posée en barre , soit, après dessin :



Par nostre Scel, actons ce document comme valide et conforme aux reglements Héraldiques et nous nous engageons à estre le témoin Héraldique des serments vassaliques échangés entre l'octroyant et l'octroyé.

Faict le XVIe jour du Mois de Juillet 1455 sous le regne de nostre souverrain bien aimé le Roy Levan le troisieme de Normandie.


_________________
Avatar(c)(t)(r) 2006-Fay'Raya
Revenir en haut Aller en bas
http://Terresdeleyt.free.fr
Felian
Publivore
avatar

Nombre de messages : 89
Age : 31
Localisation : Loches
Titre nobiliaire : Seigneur de Saint-Nazaire de Ladarez
Date d'inscription : 03/11/2008

MessageSujet: Re: [Vicomté] Ussé   Mar 11 Sep - 13:05

Citation :
Au nom du Roi,

Félix de Cosnac, baron de Preuilly, seigneur de Saint-Nazaire de Ladarez, héraut d'armes royal,

À tous ceux qu'il appartiendra,
À tous ceux qui la présente lirons ou orrons,

Saluts & paix en Notre-Seigneur.


Après recherches dûment enterrinées, il appert que les fief & seigneurie de Rigny & d'Ussé, ci-devant titrés au rang de vicomté, ne sont pas unis comme il fut précédemment établi.

Or donc, ordonnons & statuons QUE le fief & seigneurie de Rigny soit départit du fief & seigneurie d'Ussé ;
QUE le ci-devant fief & seigneurie de Rigny-Ussé soit d'ore en avant nommé Ussé ;
QUE le fief & seigneurie de Rigny soit considéré, comme le veut l'usage & la tradition féodaux, comme fief servant dudit fief & seigneurie d'Ussé ;
QUE le blason attaché au fief & seigneurie d'Ussé n'est point amendé conséquemment.

En témoin & attestation de la conformité de ce aux édits & coutumes héraldiques, nous avons scellé les présentes lettres de notre propre scel & passées de notre main à Monthodon le onze septembre mil quatre cent soixante.

Revenir en haut Aller en bas
Felian
Publivore
avatar

Nombre de messages : 89
Age : 31
Localisation : Loches
Titre nobiliaire : Seigneur de Saint-Nazaire de Ladarez
Date d'inscription : 03/11/2008

MessageSujet: Re: [Vicomté] Ussé   Mar 11 Sep - 13:33

Citation :
Nous, Thomas de Clérel, magnanime Duc de Dun-le-Roy, Roy d'Armes & Pair de France,

A toutes et tous que la présente liront ou entendront,

Par la présente, après consultation du collège héraldique, faisons acte de la demande de Messire Altaiir , quant à l'octroi d'un fief de retraite de qualité vicomtale pour lui-mesme comme les lois Héraldiques l'y autorisent, sis au fief nommé Rigny-Ussé en Touraine.

Après recherches héraldiques dument entérinées, le Fief de Rigny-Ussé est bien Fief du Duché de Touraine.

Après consultation d'armoriaux, l'écu se référant au dicte fief est:
Parti de gueules à la tour ruinée d'argent maçonnée de sable et ajourée su champ en franc quartier et d'or à la couronne de Laurier au naturel en quartier de la pointe senestre et à deux jumelles d'azur brochant sur le tout, posée en barre .

Soit, après dessin :



Qu'afin que nul ne puisse contester la vigueur et l'autorité de la présente, apposons notre scel.

Faict le vingt-troisième jour du mois de décembre de l'An de Grasce Mil Quatre Cent Cinquante Huit.


Citation :


À Perrinne de Gisors-Breuil, dicte « Montjoie », Roy d'armes de France,
À Félix Barrauld de Cosnac, dict « Touraine », Héraut d'armes de Touraine,
À la noble assemblée des Hérauts d'armes de France,

Saluts.


CONSIDÉRANT QUE le vicomte de Rigny-Ussé, au-travers de son activité d'avocat, a qualifié les verdicts de la Cour de justice de Touraine d'abusif et a recommandé à un condamné de faire appel au Tout-Puissant pour punir le juge de Touraine (vide pièce numéro 1) ; QU'en faisant ainsi, il a été à l'encontre de son serment de Conseiller ducal qui dispose : « Le Conseil est un et indivisible. Ainsi, je jure de ne point l'attaquer en public, instillant ainsi faiblesse auprès de nos ennemis » ; QUE par cet acte, il s'est rendu parjure ;

[hrp]Vous noterez que la pièce dont il est question mélange allègrement RP et HRP. Je considère qu'elle peut être utilisée de manière RP, car il est fait mention du nom du joueur avec sa charge d'avocat et qu'en début et en fin de lettre, il emploie clairement un ton RP.[/hrp]

CONSIDÉRANT QUE le vicomte de Rigny-Ussé était à la tête d'une liste ducale & qu'il a permis, par son soutien, la collation de l'office de capitaine à un novice qui s'est révélé être un traître et qui a, par malice et manœuvres diaboliques, retiré à toutes nos armées leur agrément, entraînant par suite la mort de nombreux soldats en Berry ; QUE par son appui à ce traître, il s'est rendu coupable pour le moins d'une grave erreur de jugement, au pire, de Haute Trahison, ce sur quoi la justice pénale aura a se prononcer ; QUE par son appui, il s'est rendu co-responsable de la mort de nombreux soldats ; QU'à l'instar du seigneur responsable des actes de ses vassaux, le chef de liste dispose d'une responsabilité sur les agissements des membres de sa liste si par un examen plus approfondi il avait pu fomenter quelques doutes sur iceux ; QU'en faisant acte de discernement plus grand et non de volonté de pouvoir, le vicomte aurait pu s'apercevoir de la malignité du sieur Phénix ;

CONSIDÉRANT QUE le vicomte de Rigny-Ussé a harcelé sexuellement pour le moins trois femmes, à savoir une roturière, une noble et une ecclésiastique, dont nous tairons les noms pour le moment et qui fourniront, si elles le souhaitent, leur témoignage en temps imparti ; QUE ces actes sont par nature ignobles ; QUE le vicomte était marié lorsqu'il commit ces actes ; QUE cela constitue conséquemment acte d'adultère, la volonté contrecarrée valant moralement la même chose que l'acte commis ;

ET CONSIDÉRANT QUE le vicomte de Rigny-Ussé a dénoncé son seigneur d'alors, Pierre-Louis de Villefort, alors Duc de Touraine, aux autorités ecclésiastiques, en public, à Rome, pour hérésie, car l'alors Duc de Touraine n'était pas encore baptisé ; QUE procédure de baptême était en cours et QUE l'absence de baptême n'a jamais été hérétique ce qui rend le vicomte coupable de dénonciation calomnieuse, ce qui est un acte ignoble ; QUE cette dénonciation ne constitue pas une « critique politique respectueuse » mais une atteinte délibérée à la personne de son seigneur en espérant qu'il serait excommunié ; QUE cela constitue un acte de félonie ;


Nous, Llyr di Maggio et d'Astralgan, Duc et pair de Touraine, demandons officiellement à la noble assemblée des Hérauts d'armes de France de prononcer à l'encontre du vicomte de Rigny-Ussé la commise pour son fief de Rigny-Ussé. Que le vicomte soit destitué de son fief et qu'icelui fief soit rendu au Duché de Touraine duquel il relève.


Donné à Tours, le 24e jour de septembre, mil quatre cent cinquante-neuf, sous le règne de la Reyne-élue Nébisa de Malemort


Citation :
Pièce numéro 1

**Lettre retirée et transmise aux joueurs des hérauts pour absence d'autorisation de l'émetteur.**

[hrp]http://rome.lesroyaumes.com/viewtopic.php?t=25712[/hrp]

Citation :

    Nous, Ingeburge von Ahlefeldt-Oldenbourg, par la volonté de la Reine et du Grand Maître de France, Roi d'Armes de France, et ainsi connue sous le nom de Montjoie,

      Savoir faisons à tous présents et à venir :


      • Que saisine de la justice héraldique ayant été effectuée par Sa Seigneurie Llyr di Maggio et d'Astralgan, alors duc de Touraine, via une plainte déposée à l'encontre d'Altaiir Auditore da Firenze, vicomte de Rigny-Ussé; que la procure héraldique ayant jugé ladite plainte recevable; qu'instruction ayant été ouverte sous le chef d'inculpation de nuisance au suzerain; que ladite procure héraldique ayant, après clôture de l'instruction, lancé une procédure de justice collégiale et pour ce faire, convoqué le Collège des Maréchaux et Hérauts d'Armes de France; conformément aux coutumes et lois héraldiques royales, ledit collège réuni en tribunal a débattu et voté et a ainsi, à l'unanimité des votants, déclaré coupable le sus-cité Altaiir Auditore da Firenze, la sanction décidée étant la réduction à l'état de roture.


      • Qu'en vertu des coutumes et lois susdites, en retenant que le caractère volontaire de la nuisance constitue acte de félonie, validons et contresignons la décision du Tribunal Héraldique, réduisons conséquemment ledit Altaiir Auditore da Firenze à l'état de roture et actons le retour du fief de Rigny-Ussé dans le giron du duché de Touraine afin qu'il puisse à nouveau être octroyé selon la législation en vigueur.



      En foi de quoi, afin que ce soit chose stable et ferme à toujours, nous avons signé de notre main et fait mettre et apposer notre sceau à cette présente annonce par nous faite et passée et donnée le quinzième jour de novembre de l'an de grâce MCDLIX.




[rp]
Citation :

A Elisabeth Stilton de Lasteyrie, Dame de Lusigny et avocat d'Altaiir Auditore da Firenze,
A Altaiir Auditore da Firenze,


Nous, Melior de Lioure signifions par la présente que la Noble Assemblée des Pairs de France a débouté sa saisine portant plainte à l’encontre d’une décision héraldique de destitution de fiefs concernant Altaiir Auditore da Firenze datée du quinzième jour de novembre de l'an de Grâce 1459 .


Consultation du dossier lié au procès a été faite. Demande a été formulée auprès de Montjoie, Roi d'Armes de France pour éclaircir certains points.

Concernant les interventions de Felix Barrauld de Cosnac, dict Felian, héraut de Touraine, Montjoie a assuré que son avis a été écarté, tant lors des débats que lors du vote.
Concernant la lettre du Vicomte Pierre-Louis de Villefort, celle-ci a été retirée du dossier d'accusation sur demande du Vicomte. Elle était d'ordre privé et ne peut être divulguée sans son accord.
Concernant la missive de Son Eminence Clodeweck Montfort-Toxandrie, cardinal-archevêque de Tours, Cardinal Chancelier de la Congrégation de la Saincte Inquisition, Duc de Montforzh, non retenue par le Tribunal héraldique car parvenue hors des délais établis par la procédure, celle-ci ne peut être non plus retenue par la Noble Assemblée des Pairs de France, en vertu du chapitre V, partie 2 du Codex Levan :


Citation :
L'Hérauderie est une institution royale de même titre que la Cour d'Appel, et un juge local ne peut retirer des titres de noblesse, et qu’il n'est donc point dans les attributions de la Cour d'Appel de traiter des destitutions et réhabilitations des titres de noblesse. C’est pourquoi, afin de préserver la possibilité des Nobles de faire appel exceptionnellement des sanctions les plus importantes que pourraient prendre le Collège Héraldique (rétrogradation d'un rang de noblesse, réduction à l'état de roture et réduction à l'état de roture assortie d'un délai avant tout nouvel anoblissement) seule la Pairie, par délégation de l'autorité Royale, est habilitée à recevoir ces demandes et la HCJ à traiter ces demandes d’appel. Si un noble souhaite contester la peine retenue par le Collège Héraldique, il peut donc saisir la Pairie pour y faire appel.


En effet la Noble Assemblée des Pairs de France étudie la recevabilité d'appel sur le verdict et non sur la procédure héraldique. Elle ne peut donc s'appuyer sur d'autres pièces que celles composant le dossier soumis au jugement du collège héraldique.
Dans ces pièces, il apparaît que la volonté de nuire au suzerain retenue par le Tribunal Héraldique est établie par le témoignage de Naudeas La Barillère, Curé de Rieux, qui dit :

"Je ne connaissais pas les tenants et les aboutissants, il m�a demandé comment agir contre un Duc qui ne respectait pas le concordat de la Touraine, alors je lui ai expliqué comment faire, déposer une plainte à la Congrégation de la Sainte Inquisition à la salle des lamentations."

La Noble Assemblée des Pairs de France tient également à ajouter que lorsqu'elle examine la recevabilité d'un appel, cet examen n'est en rien suspensif de la peine décidée par le Tribunal Héraldique, conformément au préambule du chapitre V du Codex Levan :


Citation :
Appel et peines :
L’appel d’une décision de justice héraldique, quelle qu’elle soit, est suspensif de la peine décidée à partir du moment où il est accepté par l’instance où il se fait.
Tout appel doit être fait endéans les 15 jours qui suivent la décision pour être considéré comme valide et légal par la Hérauderie.


L'appel n'est suspensif qu'à partir du moment où la Noble Assemblée des Pairs de France y a apporté une réponse favorable, ce qui n'est pas le cas ici.

Qu'il en soit su et certifié.

Faict à Paris le dix-huitième jour du mois de décembre de l'an de Grâce 1459.






Pairs de France ayant participé à la prise de décision suite à la saisine : Marie-Alice Altérac, Bess Saincte Merveille-Rouben, Armoria de Mortain, Actarius d'Euphor,Valnor de Landemorte, Dotch de Cassel, Oksana de Floret, Argael Devirieux, Martymcfly de Montfort-Balmyr, Ztneik du Ried.
[/rp]

Citation :
A Vous Primus Inter Parès, A Vous l'Assemblée des Pairs de France,
De Nous, Elisabeth Stilton de Lasteyrie, Dame de Lusigny et avocat d'Altaiir Auditore da Firenze,
Salutations,


    Nous demandons aujourd'hui à la grande assemblée des Pairs de France de traiter notre dossier d'appel d'une décision héraldique comme cela est prévu par le Codex Levan concernant une décision de la justice collégiale du tribunal héraldique. Notamment en cas de réduction à la roture comme c'est le cas dans cette affaire. Cela en vu d'une révision de procès en HCJ.

    Les faits quels sont ils ? Mon client a été condamné pour nuisance à son suzerain, toutes les autres charges ont été abandonnées par manque de preuve. Nous allons donc vous mettre les extraits des témoignages concernant uniquement les faits qui ont amené au verdict.

    Llyr di Maggio et d'Astralgan a écrit:
    ET CONSIDÉRANT QUE le vicomte de Rigny-Ussé a dénoncé son seigneur d'alors, Pierre-Louis de Villefort, alors Duc de Touraine, aux autorités ecclésiastiques, en public, à Rome, pour hérésie, car l'alors Duc de Touraine n'était pas encore baptisé ; QUE procédure de baptême était en cours et QUE l'absence de baptême n'a jamais été hérétique ce qui rend le vicomte coupable de dénonciation calomnieuse, ce qui est un acte ignoble ; QUE cette dénonciation ne constitue pas une « critique politique respectueuse » mais une atteinte délibérée à la personne de son seigneur en espérant qu'il serait excommunié ; QUE cela constitue un acte de félonie


    Rhiana de Hasselt a écrit:
    En mai dernier une plainte a été déposé en effet par le Vicomte Altaiir à la sainte inquisition, je n'ai pas participé à cette conversation, j'ai juste prit note de la plainte.
    Plainte qui a été réglée par Son Eminence Clodeweck dès son arrivé en Touraine


    Naudeas La Barillère a écrit:
    Je ne connaissais pas les tenants et les aboutissants, il m�a demandé comment agir contre un Duc qui ne respectait pas le concordat de la Touraine, alors je lui ai expliqué comment faire, déposer une plainte à la Congrégation de la Sainte Inquisition à la salle des lamentations. A avouer, son Éminence Clodeweck est intervenu en disant qu�il était un catuchène, voilà une affaire de réparer pour les instances ducales. La plainte fut donc sans suite et le baptême eut lieu en même temps que la bénédiction ducale.


    Cependant un témoignage n'a pas été usité dans le procès pour la simple et bonne raison que Son Éminence Clodeweck était en retraite au moment de la prise de témoignage et qu'après la Hérauderie a considéré que le collège n'avait pas à prendre cette preuve car le délais était passé. Nous vous joignions donc le dit courrier de Son Éminence.

    Son Éminence Clodeweck de Montfort-Toxandrie a écrit:
    A Altaïr


    En réponse, à la missive reçue en la Saincte Cité de Rome,

    Je me souviens que tu vins nous trouver pour nous questionner sur le fait que le Duc élu de Touraine n'était pas baptisé.
    D'une part, cela lui rendit service dans la mesure où, au fait de cela, j'intervins pour qu'il puisse être élu sans encombre, sans que cela lui fut reproché. Ayant remplacé son obligation d'être baptisé par l'engagement qu'il avait pris de l'être. Puis ayant intervenu j'intervins de nouveau pour qu'il puisse être baptisé rapidement.
    D'autre part, la reyne de France n'acceptant pas de reconnaître un régnant hors de la Foy, grâce à toi nous avons pu éviter que le duc de Touraine puisse être « non reconu » ce qui eut été possible dans le cas où il aurait refusé le baptéme.
    Encore, tu es venu nous trouver et personne autre que toi n'était présent en salle des lamentations ce jour là. La Saincte Inquisition gardant trace des personnes se présentant. Il est donc impossible que les propos échangés entre la congrégation et toi fussent connus de quelqu'un d'autre que des gens effectivement présents. Si quelqu'un avait connaissance de cela ce ne pourrait être que sorcellerie auquel cas nous nous occuperions de lui faire passer l'envie de s'adonner à ce genre de pratiques.
    N'aies nulle crainte, tu as rendu service à ton duc et à la Touraine ce jour là, sois en fier.


    Clodeweck de Montfort-Toxandrie, cardinal-archevêque de Tours, Cardinal Chancelier de la Congrégation de la Saincte Inquisition, duc de Montforzh, par la grâce de Dieu, devant le Très Haut, sous le regard d'Aristote et au nom de notre Sainte Mère l'Eglise,

    Fait à Rome le XII du mois d'Aout de l'an MCDLIX. de la Saincte Eglise Aristotélicienne.


    Nous tenons aussi à faire remarquer que le régnant de l'époque Pierre Louis de Villefort avait décidé de ne point intervenir sur cette affaire le concernant. En effet, il a préféré passer outre et ne pas tenir compte de l'intervention de mon client auprès de la Sainte Inquisition comme il le dit dans son témoignage écrit qu'il a envoyé à Montjoie qui est des plus parlant.

    Citation :
    À Perrinne de Gisors-Breuil, dicte « Montjoie », Roy d'armes de France,
    De nous Pierre Louis de Villefort, vicomte de Château-Renault, seigneur de la morélie.

    Saluts.

    Je viens à vous par cette missive, pour intervenir dans la saisine héraldique opposant le vicomte Altaïr au Duché de Touraine.
    En effet j'ai ouï dire que mon nom été cité, de fait je me suis procurer via mon valet une copie des différentes pièces et je dois avouer être un brin choqué.

    En effet une partie du réquisitoire se base sur des faits ayant eu cour durant mon mandat à la tête du Duché de Touraine.
    Prenant acte de cette partie du réquisitoire, j'ai informé le duc actuel Llyr que je n'avais pas été consulté et que je n'avais pas donné mon accord pour user de ces faits.

    En effet, les dénonciations de messire Altaïr à mon encontre auprès de l'inquisition sont ce qu'elles sont. Elles eurent lieu durant mon mandat et il m'appartenait donc de les juger et de juger l'attitude du sieur. Ce que je fis. J'ai pris mesure, et acte de ces dénonciations et plutôt que de mettre en procès le sieur, ce qui aurait été une tribune et donner trop d'importance à ses propos, j'ai préférer ignorer l'affaire, passant outre.

    Ainsi donc mon jugement dans cette histoire a été rendue, le sujet est clos et n'as plus à être ré-ouvert.

    De surcroît comme je vous le précisait je n'ai nullement été consulté pour que ce sujet soit utilisé à nouveau, et n'ai nullement donné mon accord.
    Je vous demande donc de ne pas tenir compte de la partie du réquisitoire faisant allusion à cette dénonciation du sieur altaïr à mon encontre.

    Nous nous trouvons face à la folie destructrice et vengeresse de l'actuel duc de Touraine et je ne saurai tolérer que l'on me mêle à pareil affaire. Affaire ô combien honteuse par sa teneur.

    Il vous sera difficile de juger sur pièce mais sachez qu'en Touraine et depuis longtemps deux clans s'opposent. D'un côté les partisans de l'actuel duc Llyr et de l'autre ceux du vicomte de RIgny-Ussé. Pour ma part je n'appartiens à aucun de ces groupes. Toujours est-il que ici nous n'assistons encore qu'à un règlement de compte, à un véritable acharnement.

    Pour preuve de mes dires, il peut paraître étonnant que le vicomte soit soumis à cette procédure, là même où messire Burin Khazad qui a été destitué de son titre de baron, continue de pavaner avec le dit titre, sous les bons hospices de sa grâce Llyr. Normal me direz vous, c'est un de ses partisans.

    J'engage donc la hérauderie à ne pas prendre partie dans ce conflit intra-touraine et à rester ce qu'elle est un arbitre impartial. Rejetez donc toute la procédure, ne donnant raison ni à un camp ni à l'autre, ainsi vous aurez la paix et éviterez d'attiser de nouvelles haines en Touraine.


    PS: Pour ma propre sécurité et mon bien être, je vous prierai de garder cette missive confidentielle et de ne l'utiliser qu'à huis clos avec les membres décideurs qui se pencheront sur le projet. J'aimerai éviter d'être sujet à représailles de l'actuel duc.

    Cordialement
    Pierre louis de villefort


    De plus, nous sommes surprise que le héraut dénommé Touraine, ai pris part aux délibérations du collège. En effet, cet homme a aidé le plaignant à faire sa saisine, il fait partie de sa liste et a été élu lors des dernières ducales qui se déroulaient lors du procès de mon client. Un héraut se doit d'agir dans la neutralité et la participation de Touraine est tout sauf neutre. Nous ne savons pas s'il a participé aux votes puis qu’aucun relevé n'est fait lors du dépôt de verdict mais nous estimons qu'en participant au procès il a put induire dans l'erreur des hérauts votants.

    Aussi aux vues des nouvelles preuves et du déroulement du procès nous demandons à la très noble assemblée des Pairs de France d'étudier notre dossier.


Fait à Paris le vingt et quatrième jour de l'an de grasce quatorze cent cinquante neuf.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Vicomté] Ussé   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Vicomté] Ussé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Vicomté] Ussé
» Seigneurie issue de mérite de Le Bois d'Oingt (Vicomté d'Oingt)
» [Vicomté] Baudricourt - Charlemagne von Frayner
» Vicomté de Clermont en Trièves
» [Vicomté] Baïgorry/Baigorri

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Castel Lavardin :: Aile Héraldique :: Salle Nobiliaire :: Touraine-
Sauter vers: